Caractéristiques et danger d'allergie médicamenteuse chez les adultes et les enfants

L'allergie aux médicaments se développe en raison de la sensibilité accrue de l'immunité à un certain type de substance. Le système de défense commence à produire un grand nombre de leucocytes lorsque le composant actif entre dans la circulation sanguine. Il existe 2 types de dommages affectant la pathogenèse.

  1. Local. Il s'agit de démangeaisons, de brûlures, d'éruptions cutanées sur la peau, qui se forment lors de l'utilisation d'un gel, d'une crème, d'un liquide, d'une pommade. Si l'agent a une structure épaisse, il introduit vraisemblablement des ingrédients actifs dans les tissus mous, de sorte que la réponse est plus forte..
  2. Systémique. Il se produit en réponse à l'utilisation de comprimés, de gélules, de suppositoires, d'injections. Cette forme est plus dangereuse, car les allergènes sont instantanément transférés dans la circulation sanguine. Il existe des réactions systémiques telles que choc anaphylactique, œdème de Quincke, urticaire (voir «À quoi ressemble l'urticaire chez un enfant: causes, principaux symptômes et soins d'urgence en cas d'apparition soudaine de la maladie» et «Causes de l'urticaire chez l'adulte, traitement et mesures de prévention»).

On ne comprend pas entièrement pourquoi la réponse immunitaire est pervertie. Mais les théories d'étiologie suivantes sont suggérées:

  • hérédité;
  • l'utilisation d'aliments de mauvaise qualité, de cigarettes, d'alcool par une femme enceinte, ce qui conduit à une prédisposition à une allergie aux médicaments chez le fœtus;
  • maladies chroniques qui provoquent un dysfonctionnement du système immunitaire (diabète sucré, hyperthyroïdie).

Lorsque les lymphocytes ont atteint la lésion, ils commencent à libérer des médiateurs inflammatoires. Cela affecte la physiopathologie, provoque un gonflement, des douleurs, des démangeaisons, des brûlures, des rougeurs. Le gonflement est si important qu'il interfère avec la respiration normale.

Lorsqu'une intolérance aux médicaments est étudiée, le médecin est obligé de savoir pour quels médicaments le processus pathologique se forme. Le plus souvent, une hypersensibilité apparaît lors de l'utilisation des groupes suivants:

  • anti-douleurs;
  • antipyrétique;
  • les stéroïdes;
  • anti-inflammatoire;
  • antibiotiques.

Par conséquent, les fabricants de médicaments doivent inscrire sur l'emballage l'ingrédient actif et les autres composants du produit..

Si un patient est allergique aux pilules, assurez-vous de lire la composition et les instructions avant d'acheter. Lorsque vous consultez un médecin ou effectuez des procédures médicales, assurez-vous de mettre en garde contre l'hypersensibilité.

Les réactions locales et systémiques s'accompagnent d'une détérioration du bien-être. Le patient est léthargique, fatigué et veut constamment dormir. Chaque jour, il est perturbé par un inconfort, qui se manifeste à des degrés divers..

Diagnostique

Avec les symptômes qui apparaissent, ils consultent un médecin. Il doit savoir comment les allergies médicamenteuses se manifestent chez les enfants ou les adultes.

Dans le diagnostic, il aide à déterminer l'état externe du patient. Cela montre immédiatement que les allergènes médicinaux sont entrés dans la circulation sanguine. En règle générale, les signes apparaissent immédiatement après l'entrée du produit dans le corps. Mais il vaut mieux voir un médecin, décrire les symptômes. Il subira un diagnostic complet d'allergie médicamenteuse pour éliminer le risque d'hypersensibilité supplémentaire à d'autres substances.

  1. Un allergologue procédera à un examen général. Il identifie les symptômes d'une allergie aux médicaments ou à d'autres substances. Demande au patient, découvre quelles substances il a utilisées récemment. Révèle si un adulte ou un enfant a une réaction à la nourriture, aux facteurs quotidiens.
  2. Analyse générale de l'urine et du sang. Ce sont des tests qui déterminent l'état du sang, le système immunitaire. Déterminez la fonctionnalité des voies urinaires. Si le patient est allergique aux médicaments, les leucocytes seront augmentés dans l'analyse. Le nombre d'éosinophiles dépasse le nombre d'autres cellules. Mais cela ne peut être vu que par la leucoformule élargie (voir plus en détail "Comment les indicateurs du test sanguin clinique général pour les allergies changent-ils?").
  3. Test sanguin pour les allergènes. C'est un test qui n'a lieu qu'après 4 ans. Jusqu'à cet âge, l'état du système immunitaire est instable, par conséquent, des données inexactes peuvent être obtenues. La présence d'immunoglobulines contre les principaux types d'allergènes est détectée dans le sang. Par exemple, protéines de lait de vache, poussière domestique, pollen.
  4. Test d'allergie cutanée. Différents types de substances sont appliqués sur le poignet d'une personne. S'il y a une réaction à l'un d'entre eux dans les 40 minutes, la cause a été trouvée. Il s'agit d'un test spécifique et fiable. Le médecin peut identifier de nombreux allergènes qui provoquent une hypersensibilité dans le corps..

Si, après les informations reçues, le médecin doute du diagnostic, des tests différentiels sont prescrits. Par exemple, avec une infection staphylococcique, une éruption cutanée est également observée. Par conséquent, une inoculation bactériologique est effectuée. Si l'éruption allergique provient du médicament, le test sera négatif.

Si une allergie est détectée chez un enfant après un traitement, de nouveaux types d'hypersensibilité peuvent apparaître progressivement. Cela est dû au fait que l'immunité se développe progressivement. Il peut répondre de manière inadéquate à d'autres groupes de drogues ou de substances. Par conséquent, il est recommandé de refaire le test, en particulier en présence de manifestations systémiques graves..

Traitement

Tout le monde ne sait pas quoi faire s'il est allergique aux médicaments. Tout d'abord, ils se tournent vers un allergologue ou un dermatologue. Après avoir effectué des méthodes de laboratoire et instrumentales, un diagnostic est posé. Le traitement dépend de la cause de la pathologie.

Thérapie médicamenteuse

Le traitement des allergies médicamenteuses se résume au refus d'utiliser le médicament. Le patient doit lire la composition de chaque médicament qu'il achète. Il est interdit d'utiliser toute dose de l'allergène, sinon la condition s'aggravera.

Si le patient a utilisé accidentellement ou intentionnellement le médicament, il est recommandé d'utiliser les méthodes de traitement suivantes:

  • utilisation orale d'antihistaminiques sous forme de comprimés pour adultes ou de sirops, de gouttes pour enfants (Zodak, Suprastin, etc.);
  • injection d'un antihistaminique par voie intramusculaire ou intraveineuse (Suprastin);
  • une injection d'une substance hormonale en cas de réaction systémique à un médicament (dexaméthasone, hydrocortisone);
  • onguents, liniments, gels, crèmes avec un complexe antihistaminique (voir «Variété de crèmes pour le traitement des allergies chez l'adulte et l'enfant») en présence d'éruptions cutanées, de démangeaisons, d'irritations et d'autres réactions locales.

Le traitement de l'allergie aux médicaments polyvalents ne s'arrête pas là. D'autres agents symptomatiques sont prescrits pour soulager les symptômes qui apparaissent:

  • les analgésiques locaux et systémiques;
  • médicaments qui augmentent la tension artérielle en cas de choc anaphylactique (épinéphrine et ses dérivés);
  • préparations cicatrisantes à effet hydratant après de graves lésions de l'épiderme (Solcoseryl, Korneregel, etc.);
  • hydratant pour peaux sèches et abîmées;
  • les sorbants qui capturent l'antigène dans le tube digestif, l'éliminent sans pénétrer dans la circulation systémique (Enterosgel, Polysorb, Smecta);
  • bronchodilatateurs, élargissant la lumière de l'arbre bronchique avec des spasmes (Euphyllin);
  • administration intraveineuse de physique. solution pour fluidifier le sang, augmenter la quantité de plasma par rapport aux substances toxiques.

Ces fonds ne sont indiqués que pour éliminer les symptômes d'allergie médicamenteuse apparus chez les enfants ou les adultes. La seule méthode de traitement qui permet d'éliminer complètement l'état pathologique est la sensibilisation du corps aux allergènes (voir «L'efficacité de l'utilisation de l'immunothérapie allergénique spécifique (ASIT) dans le traitement des allergies chez les adultes et les enfants»). De petites doses d'allergènes sont injectées par voie sous-cutanée ou intraveineuse. Leur particularité est en si petites quantités que les réactions locales et systémiques ne peuvent pas se produire. La technique est réalisée uniquement en automne ou en hiver, lorsqu'aucune poussée d'hypersensibilité n'est observée. L'immunité pour cette période est stable, le nombre de leucocytes est normal. Progressivement, la posologie est augmentée afin que les cellules immunitaires s'habituent à la présence de la substance dans le sang. S'il y a une entrée accidentelle de toute quantité d'antigène, une réaction pathologique ne se produira pas.

Il y a un autre résultat. Si une personne a une réaction sévère en réponse à l'introduction d'un antigène, après stabilisation du corps, elle diminuera. Par exemple, auparavant, une personne avait un bronchospasme, après le traitement, seule la rhinite est observée. Le gonflement des voies respiratoires supérieures devient impossible.

Méthodes de médecine traditionnelle

La médecine traditionnelle n'est utilisée qu'avec l'autorisation d'un médecin. Il doit être sûr que le patient ne peut pas développer d'hypersensibilité à la méthode de traitement utilisée. Les remèdes populaires se réfèrent uniquement aux composants auxiliaires. Le traitement principal reste avec des antihistaminiques et d'autres médicaments.

L'avantage de la méthode traditionnelle est l'absence de composants chimiques. Ils ont une structure étrangère, ils ont donc un effet toxique sur les organes internes. Les herbes et autres remèdes naturels n'ont pas cette propriété..

Les remèdes suivants, qui ont trouvé une grande popularité parmi les personnes allergiques, sont recommandés:

  • utilisation quotidienne d'eau d'au moins 2 litres afin d'augmenter la quantité de plasma sanguin par rapport aux substances qu'elle contient;
  • utilisation quotidienne de coquilles d'œufs, moulues sur un mélangeur, qui est considéré comme un adsorbant naturel qui élimine les allergènes;
  • l'utilisation de miel, de gelée royale, de cire, qui empêchent le développement d'une infection secondaire après une défaillance du système immunitaire;
  • appliquer du goudron sur la peau en cas de réaction allergique sur l'épiderme;
  • les décoctions à base de plantes (camomille, calendula, ficelle, tussilage, écorce de chêne), appliquées en interne, sont appliquées sur la peau, les muqueuses pour éliminer la réaction inflammatoire et le processus infectieux.

Mesures de prévention

En plus de l'utilisation d'extraits de plantes et d'autres substances, il est démontré qu'une personne adhère à certaines règles. Il est recommandé de ne pas sortir au soleil lors d'une exacerbation. Les rayons ultraviolets affectent négativement l'épiderme, par conséquent, une éruption cutanée, l'exanthème se développera plus rapidement. Si le patient souffre d'urticaire, les zones de sa propagation augmenteront..

Il est nécessaire d'établir un régime. Excluez les aliments qui ont un effet important sur le tractus gastro-intestinal et d'autres organes. Il est préférable de ne pas manger de chocolat, d'œufs, de lait de vache et d'autres types d'allergènes puissants. Vous ne pouvez pas boire d'alcool en aucune quantité lorsqu'une exacerbation est observée. Au stade de la rémission, il est autorisé à utiliser, mais en quantités limitées..

Seuls des produits cosmétiques et de soins décoratifs naturels et de haute qualité sont utilisés. Il ne doit pas contenir de substances provoquant une hypersensibilité immunitaire. En outre, il ne devrait y avoir aucun composant chimique qui affecte négativement tout le corps, provoquant une intoxication. Les allergies cutanées se développent rapidement si le patient utilise des produits cosmétiques bon marché.

Conclusion

Si le patient a une réaction aux médicaments, ils doivent être complètement exclus de l'armoire à pharmacie. Les médecins expliquent que la moindre dose de ce composant conduit à une issue imprévisible d'une éruption cutanée à un bronchospasme, un œdème du larynx. Ces patients doivent adhérer aux règles quotidiennes de prévention afin d'exclure une réponse immunitaire accrue. Vous devez toujours avoir un antihistaminique sous forme de comprimés ou d'injections avec vous pour éviter les crises soudaines..

Allergie aux médicaments: les principales causes, la classification et les manifestations cliniques

Ces dernières années, la sécurité de la pharmacothérapie est devenue particulièrement pertinente pour les médecins. La raison en est la fréquence accrue de diverses complications de la pharmacothérapie, qui affectent finalement le résultat du traitement. L'allergie aux médicaments est une réaction extrêmement indésirable qui se développe avec l'activation pathologique de mécanismes immunitaires spécifiques.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le taux de mortalité dû à de telles complications est presque 5 fois plus élevé que le taux de mortalité par chirurgie. Des allergies médicamenteuses surviennent chez environ des patients, en particulier lors d'une auto-administration, une prise de médicament incontrôlée.

Dans l'ensemble, une allergie aux médicaments peut se développer dans le contexte de l'utilisation de tout médicament, quel que soit son prix..

De plus, selon le mécanisme d'apparition, ces maladies sont divisées en quatre types. Il:

  1. Réaction anaphylactique de type immédiat. Le rôle principal dans leur développement est joué par les immunoglobulines de classe E..
  2. Réaction cytotoxique. Dans ce cas, des anticorps de la classe IgM ou IgG se forment, qui interagissent avec l'allergène (tout composant du médicament) à la surface cellulaire.
  3. Réaction immunocomplexe. Une telle allergie se caractérise par des dommages à la paroi interne des vaisseaux sanguins, car les complexes antigène-anticorps formés se déposent sur l'endothélium de la circulation sanguine périphérique..
  4. Réponse retardée à médiation cellulaire. Les lymphocytes T jouent le rôle principal dans leur développement. Ils sécrètent des cytokines, sous l'influence desquelles l'inflammation allergique progresse. Il est possible d'augmenter l'activité des lymphocytes T à l'aide d'Ipilimumab.

Mais une telle allergie ne se produit pas toujours uniquement par l'un des mécanismes énumérés. Il n'est pas rare dans les situations où plusieurs maillons de la chaîne pathogénétique sont simultanément combinés, ce qui provoque une variété de symptômes cliniques et le degré de leur gravité..

Les allergies aux médicaments doivent être distinguées des effets secondaires associés aux caractéristiques du corps, au surdosage et à la mauvaise combinaison de médicaments. Le principe du développement de réactions indésirables est différent, respectivement, et les schémas thérapeutiques diffèrent.

En outre, il existe des réactions dites pseudoallergiques qui se produisent en raison de la libération de médiateurs par les mastocytes et les basophiles sans la participation d'immunoglobuline E spécifique.

Le plus souvent, les allergies médicamenteuses sont causées par les médicaments suivants:

  • les antibiotiques;
  • les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens;
  • médicaments radio-opaques;
  • vaccins et sérums;
  • médicaments antifongiques;
  • les hormones;
  • substituts du plasma;
  • médicaments utilisés dans le processus de plasmaphérèse;
  • anesthésiques locaux;
  • vitamines.

De plus, cela peut également se produire en raison de tout ingrédient auxiliaire, par exemple, l'amidon avec une sensibilité accrue aux céréales, etc. Cela devrait également être pris en compte lors de l'utilisation de tout médicament..

Les principales raisons de l'apparition des symptômes d'une réaction allergique chez toutes les catégories de patients sont:

  • consommation de médicaments en constante augmentation;
  • le recours généralisé à l'automédication, en raison de la disponibilité des médicaments et de leur délivrance sans ordonnance;
  • sensibilisation insuffisante de la population aux dangers d'une thérapie incontrôlée;
  • pollution environnementale;
  • maladies de nature infectieuse, parasitaire, virale ou fongique, elles ne sont pas elles-mêmes des allergènes, mais créent les conditions préalables au développement d'une réaction d'hypersensibilité;
  • consommation de viande et de lait provenant de bétail nourri avec divers aliments contenant des antibiotiques, des hormones, etc..

Mais dans une plus grande mesure, ils sont prédisposés à de telles allergies:

  • patients présentant une prédisposition héréditaire aux réactions d'hypersensibilité;
  • les patients présentant des manifestations antérieures d'allergies de toute étiologie;
  • les enfants et les adultes avec des invasions helminthiques diagnostiquées;
  • les patients qui dépassent la fréquence de prise du médicament recommandé par le médecin, le nombre de comprimés ou le volume de la suspension.

Chez les nourrissons, diverses manifestations d'une réaction immunologique se produisent si une mère qui allaite ne suit pas un régime alimentaire approprié.

L'allergie aux médicaments (à l'exception d'une réaction pseudo-allergique) ne se développe qu'après une période de sensibilisation, en d'autres termes, l'activation du système immunitaire par le composant principal du médicament ou des ingrédients auxiliaires. Le taux de développement de la sensibilisation dépend en grande partie de la méthode d'administration du médicament. Ainsi, l'application du médicament sur la peau ou l'utilisation par inhalation provoque rapidement une réponse, mais dans la plupart des cas, ne conduit pas au développement de manifestations mettant la vie du patient en danger..

Mais avec l'introduction d'une solution médicinale sous forme d'injections intraveineuses ou intramusculaires, il existe un risque élevé de réaction allergique immédiate, par exemple un choc anaphylactique, ce qui est extrêmement rare lors de la prise de comprimés du médicament..

Le plus souvent, l'allergie aux médicaments est caractérisée par des manifestations typiques d'autres variétés d'une réponse immunitaire similaire. Il:

  • urticaire, éruption cutanée avec démangeaisons qui ressemble à une brûlure d'ortie;
  • dermatite de contact;
  • érythème fixe, contrairement à d'autres signes de réaction allergique, il se manifeste par une tache clairement limitée sur le visage, les organes génitaux, la muqueuse buccale;
  • éruptions acnéiformes;
  • eczéma;
  • érythème polymorphe, caractérisé par l'apparition d'une faiblesse générale, de douleurs dans les muscles et les articulations, éventuellement une augmentation de la température, puis, après quelques jours, des éruptions papuleuses de la forme correcte de rose apparaissent;
  • Syndrome de Stevens-Johnson, un type compliqué d'érythème exsudatif, accompagné d'une éruption cutanée prononcée sur les muqueuses, les organes génitaux;
  • l'épidermolyse bulleuse, dont une photo peut être trouvée dans des ouvrages de référence spécialisés en dermatologie, se manifeste sous la forme d'une éruption érosive sur les muqueuses et la peau, et une susceptibilité accrue aux blessures mécaniques;
  • Syndrome de Lyell, ses symptômes sont des lésions rapides d'une grande surface de la peau, accompagnées d'une intoxication générale et d'une perturbation des organes internes.

De plus, l'allergie aux médicaments s'accompagne parfois d'une inhibition de l'hématopoïèse (cela est généralement noté dans le contexte d'une utilisation prolongée d'AINS, de sulfamides, de chlorpromazine). En outre, une maladie similaire peut se manifester sous la forme de myocardite, de néphropathie, de vascularite systémique, de périartérite noueuse. Certains médicaments provoquent des réactions auto-immunes.

Les lésions vasculaires sont l'un des signes d'allergie les plus courants. Ils se manifestent de différentes manières: si la réaction affecte le système circulatoire de la peau, une éruption cutanée se produit, rein - néphrite, poumons - pneumonie. L'aspirine, la quinine, l'isoniazide, l'iode, la tétracycline, la pénicilline, les sulfamides peuvent provoquer un purpura thrombocytopénique.

L'allergie aux médicaments (généralement le sérum et la streptomycine) affecte parfois les vaisseaux coronaires. Dans ce cas, un tableau clinique caractéristique de l'infarctus du myocarde se développe; dans une telle situation, des méthodes d'examen instrumentales aideront à poser un diagnostic précis..

De plus, il existe une réaction croisée résultant d'une combinaison de certains médicaments. Ceci est principalement observé lors de la prise d'antibiotiques du même groupe en même temps, combinant plusieurs agents antifongiques (par exemple, clotrimazole et fluconazole), anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine + paracétamol).

Allergie aux médicaments: que faire lorsque des symptômes apparaissent

Le diagnostic d'une telle réaction aux médicaments est assez difficile. Bien sûr, avec une histoire allergique caractéristique et un tableau clinique typique, il n'est pas difficile d'identifier un tel problème. Mais dans la pratique quotidienne d'un médecin, le diagnostic est compliqué par le fait que les réactions allergiques, toxiques et pseudo-allergiques et certaines maladies infectieuses présentent des symptômes similaires. Ceci est particulièrement aggravé dans le contexte des problèmes immunologiques existants..

Pas moins de difficultés surviennent avec une allergie retardée aux médicaments, lorsqu'il est assez difficile de retracer le lien entre le déroulement du traitement et les symptômes apparus. De plus, le même médicament peut provoquer des symptômes qui diffèrent dans le tableau clinique. En outre, une réaction spécifique du corps se produit non seulement à l'agent lui-même, mais également à ses métabolites, formés à la suite de la transformation dans le foie..

Les médecins vous disent quoi faire si vous développez une allergie aux médicaments:

  1. Recueillir une anamnèse sur la présence de maladies similaires dans un parent, d'autres manifestations antérieures d'une réaction allergique. Ils découvriront également comment le patient a toléré la vaccination et les traitements à long terme avec d'autres médicaments. Le médecin s'intéresse généralement à savoir si une personne réagit à la floraison de certaines plantes, à la poussière, à la nourriture, aux cosmétiques.
  2. Mise en place étape par étape des tests cutanés (goutte à goutte, application, scarification, intradermique).
  3. Des tests sanguins pour déterminer les immunoglobulines spécifiques, l'histamine. Mais un résultat négatif de ces tests n'exclut pas la possibilité de développer une réaction allergique..

Mais les tests de scarification les plus courants présentent plusieurs inconvénients. Ainsi, en cas de réaction négative sur la peau, ils ne peuvent garantir l'absence d'allergies lorsqu'ils sont administrés par voie orale ou parentérale. De plus, de tels tests sont contre-indiqués pendant la grossesse et, lors de l'examen d'enfants de moins de 3 ans, de faux résultats peuvent être obtenus. Leur valeur informative est très faible en cas de traitement concomitant par antihistaminiques et corticostéroïdes..

Que faire si vous êtes allergique aux médicaments:

  • tout d'abord, vous devez immédiatement arrêter de prendre le médicament;
  • à la maison, prenez un antihistaminique;
  • si possible, notez le nom du médicament et les symptômes apparus;
  • chercher de l'aide qualifiée.

En cas de réaction sévère mettant en jeu le pronostic vital, la poursuite du traitement est effectuée uniquement en milieu hospitalier.

Réaction allergique aux médicaments: traitement et prévention

Les méthodes pour éliminer les symptômes d'une réaction indésirable à un médicament dépendent de la gravité de la réponse immunitaire. Ainsi, dans la plupart des cas, vous pouvez vous en sortir avec des inhibiteurs des récepteurs de l'histamine sous forme de comprimés, de gouttes ou de sirop. Les remèdes les plus efficaces sont Cetrin, Erius, Zyrtek. La posologie est déterminée en fonction de l'âge de la personne, mais est généralement de 5 à 10 mg (1 comprimé) pour un adulte ou de 2,5 à 5 mg pour un enfant.

Si une réaction allergique aux médicaments est sévère, les antihistaminiques sont administrés par voie parentérale, c'est-à-dire sous forme d'injections. À l'hôpital, de l'adrénaline et des médicaments anti-inflammatoires et antispasmodiques puissants sont injectés pour prévenir les complications et la mort.

Il est possible d'éliminer une réaction allergique de type immédiat à la maison en administrant des solutions de prednisolone ou de dexaméthasone. Avec une tendance à de telles maladies, ces fonds doivent être présents dans l'armoire à pharmacie à domicile..

Afin de ne pas développer de réaction allergique primaire ou répétée aux médicaments, il est nécessaire de prendre les mesures préventives suivantes:

  • éviter de combiner des médicaments incompatibles;
  • la posologie des médicaments doit correspondre strictement à l'âge et au poids du patient, en outre, d'éventuelles violations des reins et du foie sont prises en compte;
  • la méthode d'utilisation du médicament doit être strictement conforme aux instructions, en d'autres termes, il est impossible, par exemple, d'instiller un antibiotique dilué dans le nez, les yeux ou de le prendre à l'intérieur;
  • avec perfusion intraveineuse de solutions, la vitesse d'administration doit être observée.

Si vous êtes sujet aux allergies avant la vaccination, la chirurgie, les tests de diagnostic utilisant des agents de contraste radio-opaques (par exemple, Lipiodol Ultra-Fluid), une prémédication préventive avec des antihistaminiques est nécessaire.

L'allergie aux médicaments est courante, surtout dans l'enfance. Par conséquent, il est très important d'adopter une approche responsable de l'utilisation des médicaments et non de s'automédiquer..

Allergie aux médicaments - symptômes et traitement

Qu'est-ce qu'une allergie médicamenteuse? Nous analyserons les causes d'apparition, le diagnostic et les méthodes de traitement dans l'article du Dr O. Vorontsov, allergologue avec 14 ans d'expérience.

Définition de la maladie. Causes de la maladie

Un médicament (médicament, médicament) est une substance naturelle ou créée artificiellement (mélange de substances), présentée sous la forme d'un comprimé, d'une solution ou d'une pommade, destinée au traitement, à la prévention et au diagnostic de maladies. Avant que les médicaments ne soient autorisés à être utilisés, ils subissent des études cliniques, au cours desquelles leurs propriétés médicinales et leurs effets secondaires sont révélés..

Depuis l'Antiquité, les gens ont utilisé divers médicaments naturels contenus dans des plantes ou des matières premières animales pour sauver leur vie et se débarrasser de la souffrance. Avec le développement d'une science telle que la chimie, il est devenu clair que les propriétés curatives de ces agents résident dans certains composés chimiques qui affectent sélectivement le corps. Peu à peu, ces composés «thérapeutiques» ont commencé à être synthétisés dans des conditions de laboratoire..

En relation avec l'émergence d'un nombre croissant de médicaments et leur utilisation généralisée pour le traitement de diverses pathologies, des réactions indésirables aux médicaments ont commencé à se produire de plus en plus souvent. Ils peuvent être divisés en deux groupes principaux:

  • prévisible et dose-dépendante;
  • imprévisible et indépendant de la dose.

En outre, les effets indésirables sont divisés en quatre types:

  1. Les effets indésirables dose-dépendants sont des réactions associées aux propriétés pharmacologiques d'un médicament (par exemple, toxicité du paracétamol pour le foie ou cardiotoxicité de la digoxine). Ils représentent jusqu'à 90% de tous les HP. Leur apparition est prévisible et dépend de la posologie du médicament. La létalité de ces HP est faible. Pour les éliminer, en règle générale, il suffit de réduire la dose du médicament ou de l'annuler..
  2. Effets à long terme - dépendance aux médicaments, syndrome de sevrage, tolérance (immunité) ou effets de suppression hormonale (par exemple, augmentation de la pression artérielle après l'arrêt de la prazosine et de la clonidine; tachycardie après l'arrêt des bêtabloquants; développement d'une tolérance aux nitrates ou du syndrome de Cushing en arrière-plan) utilisation de corticostéroïdes). Dans de tels cas, il est nécessaire de réduire la dose, de faire une pause ou d'annuler le médicament..
  3. Les effets retardés sont des réactions qui surviennent quelque temps après le début du traitement (par exemple, troubles de la reproduction ou cancérogénicité). Ils sont rares et généralement dose-dépendants..
  4. Les effets indésirables indépendants de la dose sont des réactions basées sur des mécanismes immunoallergiques ou génétiques. Ils sont imprévisibles et ne dépendent pas de la dose du médicament. Elles surviennent moins fréquemment que le premier type de HP, mais ont des conséquences plus graves et potentiellement mortelles (allergies médicamenteuses, intolérances médicamenteuses et réactions idiopathiques). Dans de tels cas, il est nécessaire d'annuler le médicament et d'interdire son utilisation ultérieure..

Une allergie médicamenteuse est une réaction du corps associée à une sensibilité accrue à un médicament, dans le développement de laquelle les mécanismes du système immunitaire sont impliqués. [2] La réaction allergique aux médicaments est également appelée hypersensibilité médicamenteuse.

Actuellement, le nombre de patients qui consultent des allergologues pour des allergies médicamenteuses soupçonnées augmente régulièrement..

Tout médicament peut provoquer une allergie médicamenteuse. [10] Les médicaments qui provoquent le plus souvent des réactions allergiques comprennent:

  • médicaments antibactériens - pénicillines et autres antibiotiques bêta-lactamines, sulfamides et vancomycine (un antibiotique glycopeptidique);
  • analgésiques (analgésiques) et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) - aspirine, diclofénac, ibuprofène;
  • pyrazolones - analgine;
  • anesthésiques locaux - novocaïne, procaïne, lidocaïne.

Facteurs de risque d'allergie médicamenteuse:

  • d'autres types d'allergies qu'une personne a;
  • hérédité;
  • utilisation simultanée d'un grand nombre de médicaments;
  • persistance (survie à long terme dans l'organisme) des virus de l'herpès (par exemple, le virus d'Epstein-Barr);
  • âge (plus la personne est âgée, plus le risque de développer une réaction allergique au médicament est élevé); [7]
  • la présence de plusieurs maladies à la fois (en particulier les maladies du foie et des reins). [8] [9]

Symptômes d'allergie médicamenteuse

L'allergie aux médicaments peut survenir sur n'importe quelle partie du corps et dans n'importe quel organe. Les symptômes vont d'un inconfort minimal à des conditions potentiellement mortelles, et leur durée varie de quelques minutes à plusieurs semaines ou mois.

Il existe trois groupes de symptômes d'allergie médicamenteuse:

  1. manifestations qui surviennent dans les premières minutes ou dans l'heure suivant l'administration du médicament - urticaire aiguë, choc anaphylactique, bronchospasme, angio-œdème;
  2. réactions allergiques de type subaigu, se développant jusqu'à 24 heures après l'utilisation du médicament - exanthème maculopapulaire, fièvre, thrombocytopénie, agranulocytose;
  3. symptômes qui se forment dans les quelques jours ou semaines suivant l'utilisation du médicament - maladie sérique, lésions des organes internes, lymphadénopathie, vascularite, arthralgie.

Les manifestations les plus courantes de l'allergie aux médicaments:

  • urticaire - l'apparition sur la peau du corps et du visage d'éléments d'une éruption cutanée allant de petites taches rose pâle à de grandes taches de couleur rose vif ou même bordeaux, occupant presque toute la zone du corps (un trait distinctif est la démangeaison de ces éléments);
  • une augmentation de la température dans le contexte d'éruptions cutanées (pas toujours);
  • gonflement du visage ou des paupières (le plus souvent asymétrique);
  • lésions des voies respiratoires supérieures (bronchospasme).

Avec les allergies aux médicaments, des violations de nature différente sont possibles:

  1. systémique (affectant tout le corps);
  2. localisé:
  3. lésions cutanées;
  4. dommages à d'autres organes et systèmes. [Onze]

PERTES SYSTÉMIQUES

L'anaphylaxie est une réaction d'hypersensibilité systémique grave pouvant mettre la vie en danger. Il se produit littéralement quelques minutes ou heures après la pénétration de l'allergène..

L'anaphylaxie est indiquée par l'apparition de deux ou plusieurs des symptômes suivants:

  • urticaire généralisée sur la peau et / ou les muqueuses, qui s'accompagne de démangeaisons et / ou rougeurs, gonflement des lèvres, de la langue ou de la luette;
  • toux, éternuements, congestion nasale, respiration sifflante dans la poitrine, essoufflement, difficulté à respirer (parfois avec du bruit et des sifflements) et, par conséquent, hypoxémie (manque d'oxygène dans le sang);
  • une forte baisse de la pression artérielle (TA), une perte de conscience, une paralysie du sphincter;
  • changements dans le système digestif - douleurs abdominales spastiques et vomissements.

Une autre option pour le cours de l'anaphylaxie est une diminution aiguë isolée de la pression artérielle, qui se produit également quelques minutes ou heures après la prise d'un médicament allergène. La pression systolique (supérieure) chez les adultes chute en dessous de 90 mm Hg. Art. ou plus de 30% de la pression d'origine. Le niveau de pression artérielle des enfants et sa diminution dépendent de l'âge.

Très souvent, des symptômes similaires peuvent indiquer une anaphylaxie non allergique. Son traitement ne diffère pas non plus du soulagement de l'anaphylaxie allergique. La seule différence est que le véritable choc anaphylactique est beaucoup plus grave et que le risque de mortalité est plus élevé..

Dermatoses courantes sévères aiguës:

  • L'érythème polymorphe exsudatif (MEE) est une éruption cutanée de différentes formes, représentée par une rougeur focale et des papules «en forme de cible», qui peuvent se développer en vésicules et bulles (bulles), ainsi qu'en érosion. L'éruption cutanée survient généralement sur la peau des mains, des pieds, des organes génitaux et des muqueuses.
  • Le syndrome de Stevens-Johnson (SJS) est une forme sévère de MEE, dans laquelle non seulement la peau et les muqueuses sont affectées, mais également les organes internes. La zone des éruptions cutanées allergiques ne dépasse pas 10%. Fièvre et malaise.
  • La nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell) est une réaction allergique sévère qui menace la vie, se manifestant par des lésions étendues de la peau et des muqueuses (plus de 30% de la surface), une desquamation de la peau, une intoxication sévère et un dysfonctionnement de tous les organes. Souvent, cet état est précédé de MEE et STS. [2]

La maladie sérique est une réaction allergique qui dure des jours ou des semaines. Elle survient après l'introduction de sérums hétérologues et l'utilisation de pénicillines, de cytostatiques, de sulfamides (médicaments antimicrobiens) et d'AINS. Les premières manifestations apparaissent après 1 à 3 semaines après le début du traitement. Ceux-ci comprennent: éruption cutanée, fièvre, douleur dans les grosses articulations et ganglions lymphatiques enflés. Moins fréquemment, les allergies sont accompagnées du syndrome de Guillain-Barré, de la glomérulonéphrite (atteinte des glomérules rénaux), des lésions nerveuses périphériques et de la vascularite systémique.

La vascularite médicamenteuse systémique est une réaction allergique dans laquelle une éruption hémorragique symétrique se produit sur la peau des membres inférieurs et du sacrum. Dans le même temps, de la fièvre, un malaise, des douleurs musculaires et une anorexie apparaissent. Avec une évolution plus sévère, les articulations, les reins et le tractus gastro-intestinal sont affectés. Dans de rares cas, des infiltrats (accumulations de sang et de lymphe) apparaissent dans les poumons et le fonctionnement des fibres nerveuses est altéré (se manifestant par une faiblesse des muscles et des douleurs dans la zone touchée du corps).

Le syndrome du lupus d'origine médicamenteuse est une réaction allergique aux symptômes similaires à ceux du lupus érythémateux disséminé. La différence réside dans l'absence de papillon sur les joues (c'est extrêmement rare). L'évolution d'une telle allergie est favorable. Il peut se présenter avec des douleurs articulaires et musculaires avec une hypertrophie du foie et une insuffisance rénale (glomérulonéphrite). Après l'arrêt du médicament allergène, l'état du patient s'améliore après quelques jours ou semaines.

La fièvre médicamenteuse est une réaction indésirable qui diffère des autres fièvres en maintenant une santé relativement bonne malgré une forte fièvre et des frissons énormes. Disparaît après 2-3 après le retrait du médicament allergène, mais en cas d'utilisation répétée, il apparaît après quelques heures.

Le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse (DRESS) est une réaction médicamenteuse potentiellement mortelle dans laquelle des éruptions cutanées et de la fièvre surviennent, un gonflement des ganglions lymphatiques, une hépatite et d'autres lésions systémiques se développent et les taux de leucocytes et d'éosinophiles dans le sang augmentent. Les symptômes énumérés peuvent se développer d'une semaine à trois mois et durer environ plusieurs semaines même après l'arrêt du médicament allergène.

LÉSIONS CUTANÉES

L'éruption maculopapuleuse est une éruption cutanée avec démangeaisons qui apparaît soudainement 7 à 10 jours après le début du traitement. Cela se produit principalement sur le tronc. Peut évoluer vers le syndrome de Stevens-Johnson et le syndrome de Lyell. Médicaments provoquants: pénicillines, AINS, sulfamides et anticonvulsivants.

Urticaire - cloques uniques ou multiples de différentes tailles et localisations qui peuvent fusionner et être accompagnées d'un angio-œdème. En règle générale, l'éruption disparaît sans laisser de trace. Médicaments provoquants: AINS, inhibiteurs de l'ECA, substances radio-opaques (contenant de l'iode), vitamines B, analgésiques narcotiques, sulfamides, pénicillines et autres antibiotiques.

Angio-œdème - gonflement indolore de diverses localisations avec des limites claires au toucher, parfois accompagné d'une éruption cutanée comme l'urticaire et des démangeaisons cutanées.

La vascularite allergique est une inflammation des parois vasculaires, qui s'accompagne d'éruptions cutanées symétriques sous forme de petites hémorragies sur la peau des jambes (généralement dans le tiers inférieur), des fesses et des bras. Dans le même temps, la peau du visage et du cou reste inchangée. Provoquer des médicaments: sulfamides, barbituriques, sels d'or et médicaments contenant de l'iode.

La dermatite allergique de contact est une lésion cutanée allergique qui survient au site d'exposition au médicament, qui se manifeste par un érythème, un œdème et parfois l'apparition de vésicules et de bulles. Dans certains cas, l'inflammation peut se propager à une zone de la peau qui n'a pas été en contact avec le médicament. Provoquer des médicaments: néomycine, chloramphénicol, sulfamides, benzocaïne, pénicilline et autres antibiotiques.

L'érythème fixe est une éruption allergique inflammatoire sous forme d'érythème, de bulles ou de plaques œdémateuses de différentes tailles avec des chenils clairs. Cela peut se reproduire même après une amélioration apparente. Deux heures après l'utilisation répétée du médicament causal, les éruptions cutanées apparaissent exactement au même endroit et persistent pendant environ 2-3 semaines, laissant une pigmentation post-inflammatoire chronique. Médicaments provoquants: tétracyclines, barbituriques, sulfamides et AINS.

La photodermatite est une éruption cutanée allergique sous forme de rougeur qui survient sur les zones ouvertes du corps, parfois accompagnée de l'apparition de vésicules et de bulles. Agents provocateurs: préparations topiques, y compris les composés phénoliques halogénés ajoutés au savon, les substances aromatiques, les AINS, les sulfamides et les phénothiazines.

Le phénomène Artyus-Sakharov est une allergie locale sous forme d'infiltrat, d'abcès ou de fistule qui apparaît 7 à 9 jours ou 1 à 2 mois après le contact avec le médicament. Médicaments provocateurs: sérums et antibiotiques hétérologues, ainsi que l'insuline (1 à 2 mois après son administration).

L'érythrodermie exfoliative est une lésion cutanée étendue et potentiellement mortelle (occupe plus de 50% de sa surface), représentée par une rougeur, une infiltration et une desquamation étendue. Agents provocateurs: médicaments à base d'arsenic, de mercure et d'or, pénicillines, sulfamides et barbituriques.

L'érythème noueux est une réaction allergique sous forme de nodules sous-cutanés rouges symétriques et douloureux de différentes tailles au toucher, qui se produisent généralement sur la face antérieure des jambes. Peut être accompagné d'une légère augmentation de la température, d'un malaise, de douleurs musculaires et articulaires. Agents provocateurs: sulfamides, contraceptifs oraux, pénicillines, barbituriques, préparations de brome et d'iode.

La pustulose exanthématique aiguë généralisée est une réaction cutanée allergique, dans laquelle des éruptions pustuleuses se produisent sur fond de rougeur. Il procède par une augmentation de la température jusqu'à 38 ° C et du nombre de leucocytes dans le sang. Disparaît 10 à 15 jours après le retrait du médicament allergène. Médicaments provoquants: inhibiteurs calciques (diltiazem), sulfamides, aminopénicillines (ampicilline, amoxicilline) et macrolides.

DOMMAGES À D'AUTRES ORGANES ET SYSTÈMES

En plus des manifestations cliniques énumérées, des allergies médicamenteuses peuvent survenir:

  • lésions du système respiratoire - rhinite, bronchospasme, inflammation du poumon et formation d'un infiltrat éosinophile (syndrome de Leffler) - dues à des allergies aux pyrazolones, à la carbamazépine, à l'acide acétylsalicylique et à d'autres AINS, aux inhibiteurs de l'ECA, aux bêtabloquants, aux pénicillines et aux sulfamides;
  • lésions du système hématopoïétique - anémie hémolytique et thrombocytopénie - en réponse à la prise de streptomycine, quinidine, rifampicine, pénicilline, ibuprofène et autres sulfamides, dérivés de sulfanylurée, diurétiques thiazidiques et sels d'or;
  • lésions du système circulatoire - myocardite (extrêmement rare) - lors de la prise de sulfamides, de pénicilline et de méthyldopa;
  • lésions du tractus gastro-intestinal et du système hépatobiliaire - gastro-entérocolite, cholestase, hépatite aiguë, hépatite chronique (rarement) - lors de la prise de pyrazolones, sulfasalazine, carbamazépine, allopurinol, sulfamides, halothane, isoniazide et phénytoïne;
  • lésions du système urinaire (extrêmement rares) - néphrite interstitielle aiguë et glomérulonéphrite - conséquence de la réaction du corps aux sels d'or, aux AINS, à l'héroïne, au captopril, aux sulfamides, à la pénicillamine, aux pénicillines et autres β-lactamines, à la rifampicine, à la ciprofloxacine et à l'allopurinol;
  • lésions du système nerveux - névrite périphérique - réaction aux sels d'or et aux sulfamides.

Pathogenèse de l'allergie médicamenteuse

La plupart des médicaments sont des produits chimiques simples et non protéiques qui subissent des changements métaboliques dans l'organisme. Si, à la suite de la biotransformation du médicament, il se forme une substance capable de se combiner avec la protéine du corps, une condition préalable à la sensibilisation est créée - une augmentation de la sensibilité du corps aux substances étrangères (antigènes).

Comme immunologiquement, les médicaments sont des antigènes défectueux (c'est-à-dire des haptènes), pour un effet sensibilisant, ils doivent se transformer en haptène complet.

À cet égard, le développement d'une allergie médicamenteuse nécessite au moins trois étapes:

  1. formation d'haptène - transformation d'un médicament sous une forme capable de réagir avec les protéines corporelles;
  2. la combinaison d'un haptène avec une protéine d'un organisme particulier ou d'une autre molécule porteuse appropriée, qui aboutit à la formation d'un antigène complet;
  3. développement de la réponse immunitaire du corps au complexe haptène-porteur formé, devenu étranger au corps.

Avec le développement d'une réponse immunitaire aux médicaments, des anticorps humoraux (y compris des IgE) et des lymphocytes T sensibilisés sont produits.

LA se développe souvent après une administration répétée du médicament. Dans de rares cas, la sensibilisation ne se produit pas et une réaction allergique se produit après la première utilisation du médicament. De telles situations sont appelées pseudo-allergies en raison de l'absence de la troisième étape - le développement d'une réponse immunitaire. [neuf]

Classification et stades de développement de l'allergie médicamenteuse

L'allergie médicamenteuse peut être classée selon le mécanisme de son développement. [2]

15 manifestations d'allergie médicamenteuse. Que faire si vous êtes allergique aux médicaments?

Le traitement des allergies médicamenteuses est, en fait, un concept controversé, car il nécessite toujours un traitement médicamenteux avec une forte réponse immunitaire. Dans ce cas, l'essentiel est de consulter un médecin à temps et de ne pas se soigner soi-même, car cela peut mettre la vie en danger..

    • Quels médicaments provoquent des allergies
    • Effets secondaires
    • Formulaire de décharge
    • Causes d'allergie
    • Symptômes
      • Pseudo-forme
    • Diagnostique
    • Traitement des allergies médicamenteuses
    • La prévention

L'allergie aux médicaments signifie une réaction non spécifique du système immunitaire du corps à l'un des composants des médicaments, sans rapport avec leurs effets pharmacologiques. Normalement, une fois dans l'organisme, les médicaments ne sont pas perçus par le système immunitaire comme des composés étrangers nécessitant une réaction protectrice. Cependant, il arrive qu'à la suite de la dégradation des médicaments et de l'interaction avec les protéines dans le corps, la production d'anticorps commence. Dans ce cas, ils parlent du développement de la sensibilisation à l'antigène formé, i.e. à propos d'une réaction allergique persistante. De plus, son tableau clinique ne se manifeste pleinement que lorsque l'allergène réintègre le corps..

Classiquement, les personnes potentiellement prédisposées aux allergies médicamenteuses peuvent être divisées en deux catégories:

ceux qui prennent souvent des médicaments pour traiter ou prévenir les maladies;

ceux qui sont constamment en contact avec des médicaments pharmacologiques par la nature de leur travail (pharmaciens, médecins, infirmières).

La gravité d'une réaction allergique dépend dans tous les cas de la stabilité de l'immunité et de la présence / absence de relations causales qui déterminent la prédisposition du corps à la pathologie.

Quels médicaments provoquent des allergies

Tous les médicaments peuvent être sources d'allergies, cependant, selon la fréquence des manifestations, plusieurs groupes se distinguent parmi eux:

Les antibiotiques Connu pour son puissant effet suppressif sur la microflore pathogène et saine. En conséquence, déjà avec l'apport secondaire, le système immunitaire développe une réaction allergique persistante, dangereuse pour ses symptômes sévères rapides. Cela se produit, par exemple, lors de la prise d'Amoxiclav et d'autres pénicillines.

Sulfonamides (Biseptol, Septrin, Triméthoprime). Utilisé comme médicaments antibactériens à large spectre pour le traitement des pathologies intestinales, etc..

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (Nimesil, Aspirin, Diclofenac). Ils représentent environ 25% des cas de manifestations allergiques..

Vaccins (anti-tétanos), immunoglobulines, hormones, sérums. En raison de la structure des protéines, ils provoquent souvent la production d'anticorps, qui perçoivent le médicament entrant comme étranger.

Vitamines B.

Bien sûr, une hypersensibilité peut également survenir à d'autres médicaments pharmacologiques, par exemple, un antifongique ou un antihistaminique. Cela ne peut pas être déterminé à l'avance, mais les tout premiers signes d'allergie doivent être traités avec une attention particulière..

Effets secondaires

Il n'est pas rare que les symptômes d'allergie médicamenteuse soient confondus avec un effet secondaire de leur action pharmacologique. Cela peut être dû à une surdose d'un médicament ou à un schéma posologique incorrect dans lequel les médicaments ne sont pas compatibles les uns avec les autres. Cependant, il convient de rappeler que le mécanisme d'apparition des symptômes dans ce cas a d'autres raisons non allergiques et nécessite un ajustement posologique ou le remplacement des médicaments par des analogues équivalents. En cas d'allergies, de telles actions n'aideront pas..

Formulaire de décharge

Un facteur important dans les manifestations allergiques est la forme sous laquelle le médicament pénètre dans le corps. La réaction découlant des comprimés, en règle générale, ne se manifeste pas le plus rapidement, car dépend du taux d'absorption du médicament dans le tractus gastro-intestinal, qui peut prendre une demi-heure ou plus. Le corps réagit beaucoup plus rapidement à la prise de médicaments par voie intramusculaire ou intraveineuse. Dans ce dernier cas, une fois qu'il entre dans la circulation sanguine, l'antigène déclenche une réaction immédiate, accompagnée de symptômes assez sévères. Si une personne ne reçoit pas d'aide d'urgence à ce moment, une issue fatale est possible..

Causes d'allergie

L'allergie aux médicaments se développe le plus souvent chez les personnes à la suite de:

prise constante de médicaments;

l'automédication, c'est-à-dire prise incontrôlée de médicaments sans diagnostic et prise en compte de l'intolérance individuelle;

faible contenu d'information sur le danger de l'auto-traitement, la distribution de médicaments sans ordonnance;

situation environnementale négative;

la présence de pathologies infectieuses, virales, fongiques et autres de nature aiguë ou chronique;

consommation de produits contenant des antibiotiques, des hormones et d'autres composés;

d'autres types d'allergies déjà existants.

Chez les nouveau-nés allaités, la raison de la formation d'une hypersensibilité est le non-respect d'une alimentation adéquate par la mère. Les enfants plus âgés, ainsi que les adultes, peuvent souffrir d'une maladie s'ils souffrent d'invasions helminthiques.

Symptômes

L'allergie aux médicaments est une condition dangereuse, il est donc important de savoir comment elle se manifeste. La symptomatologie de la pathologie est assez étendue et se divise en plusieurs types:

Réponse immédiate. Il survient immédiatement après que le médicament pénètre dans le corps ou dans l'heure qui suit. Cette symptomatologie rapide se manifeste par les immunoglobulines de classe E. Elle comprend:

choc anaphylactique (détérioration rapide de la condition physique, caractérisée par une baisse de la tension artérielle, de graves perturbations du travail des systèmes cardiovasculaire, respiratoire, nerveux, pouvant aller jusqu'à la mort en l'absence d'assistance d'urgence);

urticaire aiguë (accumulations multiples de cloques sur différentes parties de la peau, accompagnées de démangeaisons sévères);

Œdème de Quincke (se produit sur les muqueuses ou les tissus sous-cutanés, il est dangereux lorsqu'il est localisé dans le larynx ou dans la région du cerveau);

anémie hémolytique (destruction des globules rouges, se manifestant par une tachycardie, une faiblesse, des étourdissements, une hypertrophie de la rate et du foie, des douleurs thoraciques, un teint ictérique);

crise d'asthme bronchique.

En règle générale, le développement de telles réactions est provoqué par l'administration de médicaments à partir d'un certain nombre de pénicillines, de salicylates ou de sérums.

Réaction immunocomplexe (type subaigu). Il se manifeste dans la journée suivant la prise du médicament et se manifeste sous la forme de changements pathologiques dans le sang:

thrombocytopénie (diminution du nombre de plaquettes, entraînant un risque accru de saignement);

agranulocytose (une diminution du nombre de leucocytes, ce qui entraîne une diminution de la résistance de l'immunité aux agents pathogènes bactériens ou fongiques).

En plus des symptômes énumérés, la fièvre survient souvent, accompagnée de maux de tête articulaires. Cependant, une augmentation de la température corporelle peut être non seulement un symptôme allergique, mais aussi un symptôme de maladie sérique. La réponse du complexe immunitaire du corps se manifeste par une réaction aux antibiotiques, aux médicaments antituberculeux, aux anesthésiques, aux vaccins, au sérum.

Hypersensibilité de type cytotoxique, c'est-à-dire l'interaction des anticorps IgM ou IgG avec un irritant se produit au niveau cellulaire. Dans ce cas, les éléments suivants sont observés:

écarts des indicateurs de l'hématopoïèse (cytopénies allergiques);

L'apparition de tels symptômes est caractéristique des allergies à l'hydralazine, à la phénytoïne, au procaïnamide.

Réaction de type prolongée (à médiation cellulaire). Il est associé à la formation de cytokines avec la participation de lymphocytes T, qui provoquent des symptômes allergiques. Il se développe quelques jours après le traitement médicamenteux et se traduit par les symptômes suivants:

vascularite allergique (une pathologie des vaisseaux sanguins, exprimée par l'apparition d'un érythème ou d'une éruption papuleuse sur le visage, la muqueuse buccale, les organes génitaux et d'autres organes);

Syndrome de Stevens-Johnson (un type compliqué d'érythème exsudatif sur la peau);

Syndrome de Lyell, dans lequel il y a une nécrose des zones locales de la peau avec la formation de foyers douloureux érodés (photo).

La pathologie s'accompagne d'une déshydratation sévère, d'un choc toxique infectieux pouvant entraîner la mort.

Pseudo-forme

Parfois, avec un traitement médicamenteux, il se produit un processus très similaire dans ses manifestations à une allergie aux pilules, mais dont le mécanisme de circulation est différent. Il s'agit d'une réaction dite pseudo-allergique associée à la formation de grandes quantités d'histamine sous l'influence de médicaments. Les caractéristiques distinctives de la pseudo-forme sont:

les symptômes typiques sont observés après l'admission initiale;

il n'y a pas de réponse immunitaire à l'antigène injecté;

le diagnostic préliminaire ne renseigne pas sur l'allergie existante.

Le tableau clinique de la pseudo-allergie est le plus clair, plus la dose de médicament reçue est élevée et plus elle pénètre rapidement dans le sang. De telles réactions peuvent provoquer les pathologies existantes du foie, des reins, des infections chroniques, des troubles métaboliques.

Diagnostique

Que faire en cas de signes cliniques d'allergie? Tout d'abord, ne vous soignez pas, mais consultez un médecin. Le diagnostic des allergies médicamenteuses est assez difficile, car il est causé par un certain nombre de facteurs aggravants:

la symptomatologie est largement similaire aux signes d'autres maladies;

l'intervalle de temps entre la prise de médicaments et les premières manifestations de la maladie peut être assez long, ce qui rend difficile l'établissement d'une relation de cause à effet exacte;

le même médicament peut provoquer un tableau clinique différent.

Néanmoins, seul un médecin peut aider à établir la véritable cause de la maladie et prescrire le traitement approprié. En règle générale, les mesures de diagnostic nécessitent l'avis de plusieurs spécialistes: un allergologue-immunologiste, un dermatologue, un spécialiste des maladies infectieuses, un néphrologue, etc. En outre, les opérations suivantes sont effectuées:

collecte soigneuse de l'anamnèse de la maladie, en particulier pour identifier la prédisposition héréditaire et la présence / absence d'autres types d'allergies;

réalisation de tests cutanés, en particulier tests d'allergie (scarification, application, intradermique), tests de provocation (sublinguale, inhalation, nasale). Ils sont principalement utilisés pour diagnostiquer les allergies chez les adultes et les enfants à partir de 5 ans;

prendre des tests sanguins pour déterminer le niveau d'immunoglobulines E, M, G, histamine, tryptase, effectuer un test basophile.

Traitement des allergies médicamenteuses

Premiers secours en cas d'allergies - élimination des allergènes de l'estomac et des intestins avec le gel enterosorbent Enterosgel.
Le gel saturé d'eau nettoie en douceur la membrane muqueuse des allergènes. Enterosgel n'adhère pas à la membrane muqueuse, mais enveloppe doucement et favorise la récupération.
Les allergènes collectés sont solidement retenus dans la structure globulaire du gel et retirés du corps.
D'autres sorbants en poudre contiennent de minuscules particules qui, comme la poussière, s'encrassent dans les villosités des parois intestinales, blessent et empêchent la restauration de la membrane muqueuse.
Par conséquent, enterosgel gel enterosorbent est le bon choix pour les allergies chez les adultes et les enfants dès le premier jour de la vie..

Les actions thérapeutiques sont largement dictées par le degré d'activité de la réponse immunologique du corps. S'il y a une allergie aux médicaments, la personne doit savoir quoi en faire. La première étape consiste à arrêter de prendre un médicament potentiellement allergique. En cas de traitement avec plusieurs médicaments, arrêtez de tous les prendre.

Avec une sévérité légère et modérée de la maladie, des antihistaminiques sont prescrits, tels que: Zyrtec, Tavigil, Cetrin, Diazolin, Suprastin, Claritin, etc. Bien sûr, cela est permis si le patient ne présente pas de réactions d'intolérance individuelle à ces médicaments.

L'état grave du patient nécessite un appel immédiat pour une ambulance et un traitement dans un hôpital. Il a également été démontré que le patient prend des antihistaminiques avec des effets secondaires de faible gravité: Desloratadine, Telfast, Ceritizin, Flixonase, etc. Les médicaments sont administrés sous forme de pilules ou d'injections.

De plus, le traitement des allergies graves dues aux médicaments nécessite:

désintoxication complexe (lavements nettoyants, lavage gastrique, prise de médicaments absorbants);

des mesures visant à rétablir les bilans acido-basique et hydrique;

procédures pour maintenir une circulation sanguine normale (administration de solutions pour perfusion, hémosorption).

Les lésions cutanées étendues nécessitent une stérilité maximale, car le risque d'infection est élevé. La surface endommagée est traitée avec des antiseptiques ou des huiles naturelles à hautes propriétés de régénération (rose musquée, argousier). Un traitement antibiotique est également prescrit, en tenant compte d'éventuelles réactions croisées.

Lorsque les muqueuses sont endommagées, des rinçages antiseptiques ou des lotions avec décoctions de camomille, du millepertuis sont utilisés.

Le patient suit un régime hypoallergénique strict, comprenant des aliments à faible allergénicité:

chou blanc, chou-fleur, brocoli, épinards, laitue, concombres, asperges, haricots, oseille, pois;

persil, coriandre, aneth;

ail, oignons (avec soin);

baies et fruits non rouges;

thé vert, eau minérale, compote de fruits secs;

agneau, boeuf (maigre);

dinde, poulet (filet);

fromage cottage faible en gras, kéfir;

pâtes de blé dur;

riz, flocons d'avoine, sarrasin.

Assurez-vous de consommer beaucoup de liquide, à l'exclusion des soupes, du thé, etc. Tous les produits d'origine animale doivent être naturels et exempts d'hormones ou d'antibiotiques. Sinon, des rechutes dangereuses aux conséquences graves sont possibles..

La prévention

La maladie est souvent plus facile à prévenir qu'à guérir plus tard. Les gens provoquent ou exacerbent souvent des maux en prenant des médicaments seuls sans consulter un médecin. Dans le cas des allergies aux médicaments, c'est absolument inacceptable. Bien sûr, il est impossible de déterminer à l'avance quel médicament provoquera une réaction allergique. Mais une bonne prévention aidera à réduire le risque de développer des allergies, à prévenir les symptômes aigus..

Tout d'abord, toute auto-médication est exclue, surtout s'il existe une prédisposition héréditaire à la maladie. Un médicament à des fins thérapeutiques ou prophylactiques ne doit être pris que selon les directives d'un médecin après un diagnostic d'hypersensibilité (par la méthode du goutte-à-goutte, de la scarification et d'autres tests).

Deuxièmement, l'administration intraveineuse primaire et secondaire du médicament est mieux réalisée en milieu hospitalier, afin d'obtenir une aide rapide en cas d'allergie. Il est recommandé d'injecter dans un bras ou une jambe pour empêcher la propagation du médicament en appliquant un garrot en cas de manifestations allergiques. Après l'injection, il est conseillé d'attendre 15-30 minutes à l'hôpital.

Troisièmement, lors d'un traitement à domicile, il est nécessaire de se faire prescrire des antihistaminiques par un médecin, ainsi qu'un kit anti-choc afin de fournir une assistance à temps..

Le médicament ne peut pas être pris si:

il y a déjà eu des cas de son effet allergique sur le corps;

un test effectué à l'avance a donné un résultat positif, c'est-à-dire risque de développer des allergies plus de 50%.

L'allergie aux médicaments n'est pas rare et, dans de nombreux cas, également dangereuse. Les médicaments pharmacologiques aident à faire face à de nombreuses maladies, à condition qu'ils soient pris conformément à la prescription du médecin. Aux premiers symptômes d'allergie, vous ne devez pas négliger une visite à la clinique ou prendre des médicaments par vous-même. La pathologie nécessite un diagnostic minutieux et une thérapie correctement sélectionnée, qui ne peut être effectuée que par un spécialiste qualifié.