À quoi ressemble une éruption médicamenteuse?

Allergie aux médicaments sous forme d'urticaire (urticaire) - une réaction pathologique plus courante du système immunitaire au miel et aux herbes.

Il est souvent confondu avec les symptômes d'une allergie alimentaire ou d'une éruption cutanée nerveuse. L'urticaire pharmaceutique est considérée comme une manifestation allergique sûre, mais elle doit être prise en compte afin de ne pas provoquer les complications les plus graves..

Raisons de l'apparition

Une réaction allergique après la prise de médicaments ou d'herbes pharmaceutiques peut être causée non seulement par la sensibilité particulièrement élevée du patient aux composants du produit. En plus de l'intolérance personnelle aux composants du médicament, l'urticaire survient dans les conditions suivantes:

    Le métabolisme des médicaments ralentit génétiquement.

La concentration de la substance active dans le sang peut rester élevée, provoquant une réaction allergique.

  • Administration intraveineuse unique d'énormes doses de médicaments.
  • Surdosage de préparations de miel.
  • L'utilisation d'une paire de produits pharmaceutiques dont la combinaison est interdite en raison de leur composition chimique.
  • Prise simultanée de certains médicaments et d'alcool.
  • Dépassement de la dose ou consommation déraisonnable de multivitamines (principalement A et C).
  • Troubles des reins et du foie, ralentissant l'élimination des produits pharmaceutiques du corps.
  • La présence d'autres allergies et infections virales est un facteur de risque d'urticaire pharmaceutique.

    Mais même avec la condition préalable qui nous est donnée, il n'est pas réaliste de prédire avec précision l'apparition des cloques correspondantes après l'administration. À bien des égards, la possibilité d'une réaction allergique est déterminée par le groupe de médicaments pris.

    Quels médicaments provoquent souvent une réaction allergique

    L'urticaire pharmaceutique, avec divers degrés de probabilité, peut être causée par n'importe quel produit chimique.

    Le risque le plus élevé de réponse immunitaire est observé avec les groupes de médicaments suivants:

    • pénicilline (Amoxiclav);
    • la céphalosporine (ceftriaxone, céphalexine);
    • tétracycline (Doxycycline, Vibramycine);
    • sulfanilamide (Albucid, Phtalazol);
    • les aminosides (gentamicine, néomycine);
    • les fluoroquinolones (lévofloxacine, norfloxacine);
    • Lévomycétine.

    En plus des médicaments bactéricides, les types d'agents suivants peuvent également provoquer une urticaire pharmaceutique:

    • opiacés (codéine, morphine);
    • AINS (indométacine, aspirine);
    • analgésiques (Tempalgin);
    • barbituriques (phénobarbital);
    • antidépresseurs (Cipralex);
    • statines (Lipitor);
    • alcaloïdes (papavérine, atropine), phytopréparations;
    • substituts sanguins (dextran);
    • préparation pour lier le fer (desphères);
    • sulfate de protamine (un médicament qui neutralise les effets de l'héparine);
    • anesthésiques (lidocaïne, novocaïne);
    • préparations contenant de l'iode (solution de Lugol);
    • vitamines A, C, groupe B.

    Des symptômes d'urticaire peuvent également apparaître après l'introduction de certains vaccins (Pentaxim, DPT, Priorix, BCG, etc.).

    En règle générale, une réaction autrefois évoquée persiste dans le prochain.

    Cela est dû au mécanisme d'interaction de l'allergène avec des protéines spécifiques (immunoglobulines E).

    Une réaction allergique sous forme d'urticaire peut même être causée par des médicaments qui ont été utilisés avec succès et sans effets secondaires auparavant. Les personnes à risque ne sont pas seulement les patients, mais aussi les agents de santé, qui sont souvent en contact avec divers médicaments..

    Caractéristiques de l'évolution de l'urticaire pharmaceutique

    L'urticaire médicinale peut se développer non seulement par le mécanisme immunologique. En cas de sensibilité aux composants du produit, la première ingestion de l'allergène dans le corps s'accompagne de la production d'anticorps qui s'accumulent et se fixent aux mastocytes et basophiles spéciaux.

    Ils stockent des substances actives - en particulier, l'histamine et l'héparine, qui sont libérées dans la circulation sanguine au contact du médicament. Cela provoque une vasodilatation et une augmentation de leur perméabilité aux constituants sanguins, ce qui entraîne un œdème et des cloques..

    Il existe également un mécanisme non immunitaire de libération d'histamine.

    Il est réalisé en raison de la capacité de certains agents pharmaceutiques (par exemple, l'indométacine, l'aspirine, etc.) à affecter spécifiquement les mastocytes, sans le rôle des immunoglobulines. La symptomatologie de l'urticaire pharmaceutique non allergique ne diffère pas de la manifestation de l'allergie à l'extérieur, mais elle présente un certain nombre de signes exploratoires et des solutions relativement courantes. L'un d'eux est l'administration lente de médicaments..

    Vitesse de développement

    Selon le rythme de développement, l'urticaire pharmaceutique peut être:

    • instant (l'allergie se manifeste après quelques minutes);
    • rapide (cela prend des heures entre la prise du médicament et les premiers symptômes);
    • prolongée (peut apparaître quelques semaines après l'entrée du produit dans le corps).

    Temps de guérison

    En règle générale, les manifestations de l'urticaire pharmaceutique disparaissent quelques heures (jusqu'à un jour) après le début du traitement antihistaminique et la fin de la prise du produit auquel le patient est allergique..

    Les symptômes de la maladie

    L'urticaire médicinale survient dans la plupart des cas sous une forme aiguë et sa durée ne dépasse pas 6 semaines.

    Les principaux signes de la maladie comprennent:

    • démangeaisons soudaines et puissantes;
    • hyperémie (rougeur) de la peau;
    • une éruption cutanée sous la forme de cloques correspondantes.

    Une rougeur, un gonflement et une éruption cutanée avec urticaire pharmaceutique peuvent être vus sur la photo ci-dessous: ces symptômes peuvent apparaître dans certaines zones du corps ou sur toute la peau.

    La peau la plus sensible aux éruptions cutanées est la peau au niveau des plis des membres, du visage, du cou et du ventre. Dans de rares cas, l'éruption cutanée recouvre les muqueuses du nez et de la bouche, les paupières et les organes génitaux.

    S'il y a des cloques dans la bouche, un gonflement de la gorge se produit, ce qui rend difficile la déglutition et la respiration.

    Une éruption cutanée qui couvre toute la peau, comme sur la photo ci-dessous, est plus fréquente chez les bébés. Sinon, chez les petits patients, l'urticaire est plus sévère que chez l'adulte: les éruptions cutanées s'accompagnent de faiblesse et de fièvre.

    En plus des éruptions cutanées et des démangeaisons, la maladie peut se manifester:

    • maux de tête;
    • une augmentation de la température;
    • spasme des bronches;
    • difficulté à respirer;
    • démangeaisons sur les muqueuses;
    • nez qui coule;
    • écoulement de larmes;
    • perturbation des reins et du système cardiovasculaire.

    L'urticaire médicinale, contrairement aux autres sous-espèces de la maladie, s'accompagne souvent de symptômes atypiques: douleurs articulaires, apparition de sang dans les selles et douleur coupante dans l'abdomen.

    Diagnostique

    Une mesure diagnostique importante est la collecte de l'anamnèse.

    Un allergologue doit découvrir un schéma de traitement détaillé et clarifier la présence d'une tendance héréditaire aux réactions allergiques. En outre, les événements suivants sont détenus:

    • Analyses générales d'urine et de sang.
    • Tests immunologiques (niveau d'immunoglobuline E, test d'immunosorbant enzymatique, test de Shelley, test sublingual, etc.).

    Des tests sanguins et urinaires généraux permettent de confirmer l'absence d'infections susceptibles de déclencher des ruches. Une augmentation des éosinophiles dans le sang indique une réaction allergique.

    Dans certains cas, le taux d'immunoglobulines, ainsi que d'éosinophiles, peut être dans les limites normales.

    Ensuite, des tests spéciaux sont utilisés pour déterminer les pseudo-allergies. En règle générale, il diffère par la dépendance de la réaction à la quantité de provocateur et en l'absence d'exacerbations constantes avec des contacts répétés.

    Traitement de l'urticaire

    Le traitement de l'urticaire causée par des médicaments commence par l'identification et l'arrêt de la prise de l'allergène. Vous pouvez accélérer le processus de guérison avec des lavements et des entérosorbants (charbon actif, Polysorb). Une alimentation sans alcool, sans aliments gras et sans allergènes alimentaires populaires (chocolat, noix, œufs, légumes et fruits rougeâtres) est recommandée.

    Médicaments

    Les médicaments suivants sont prescrits aux patients:

    • Antihistaminiques (Suprastin, Cetirizine, Loratadin). Ils bloquent les capteurs d'histamine et arrêtent uniformément les symptômes de l'urticaire.
    • Onguents antiprurigineux (Akriderm, Fenistil).

    Ces médicaments simplifient l'état du patient et réduisent le risque d'infection de la peau déformée..

  • Glucocorticostéroïdes (Dexaméthasone, Prednisolone). Sont prescrits pour les complications et l'urticaire généralisée.
  • Solution de miramistine pour laver une éruption cutanée sur la membrane muqueuse.
  • Recettes folkloriques

    Les médicaments traditionnels sont incapables de traiter la prémisse sous-jacente de l'urticaire pharmaceutique, mais peuvent soulager les symptômes et l'effet antiseptique sur la peau.

    Les bains aux herbes suivantes ont un effet calmant:

    cuillères à soupe de fleurs séchées versez 0,5 litre d'eau bouillante, insister dans un bain-marie pendant 15 minutes et laisser reposer encore une demi-heure. Successivement. 50 g d'herbe sèche versez 0,5 l d'eau chaude, couvrez et faites chauffer au bain-marie pendant quelques minutes.

    Laissez infuser pendant une heure. L'insistance et le réchauffement peuvent être remplacés par une cuisson pendant un quart d'heure à feu doux.

  • Écorce de chêne. g de matières premières versez 0,5 l d'eau bouillante et faites bouillir pendant 10 minutes.
  • Les bouillons filtrés peuvent être ajoutés à un bain-marie chaud.

    La réception des décoctions à base de plantes à l'intérieur est convenue avec le médecin traitant.

    Il peut être utilisé des teintures de valériane et d'aubépine (dissoudre 15 gouttes dans un verre d'eau, boire avant le coucher), poudre de calamus (0,5 cuillère à café la nuit, lavée avec de l'eau), décoction d'achillée millefeuille (1 cuillère à soupe par ml d'eau bouillante, insister pour 30 minutes, boire 3 doses fractionnées par jour) et d'autres moyens.

    Prévention de l'urticaire

    Pour la prévention des allergies pharmaceutiques sous forme d'urticaire, il est nécessaire:

    • Signaler en temps opportun au médecin traitant les produits pour lesquels une réaction immunitaire s'est produite dans le passé.
    • Évitez l'automédication, chez l'individu avec des antibiotiques.
    • Ne vous prescrivez pas de complexes vitaminiques supplémentaires sans consulter un médecin.

    Il n'est pas recommandé d'introduire des aliments frais dans l'alimentation des enfants (chez l'individu, allergènes potentiels) pendant les jours avant et après l'administration du vaccin..

    Avant la vaccination, les patients de tout âge doivent être minutieusement examinés pour une tendance héréditaire aux allergies, aux infections et aux infestations de vers..

    Que faire si vous êtes allergique aux médicaments?

    De nombreuses maladies ne peuvent être vaincues sans l'un ou l'autre médicament. Lorsqu'un médecin, lors de la prescription de médicaments, vous demande si vous êtes allergique à des médicaments, beaucoup ont du mal à répondre. Les éditeurs ont posé 8 questions naïves à un spécialiste.

    1. Quels médicaments provoquent le plus souvent des allergies?

    Il s'agit généralement d'antibiotiques (pénicillines, streptomycine, syntomycine, tétracycline), suivis d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, analgine, indométacine, voltarène). Mais le corps peut aussi réagir de manière hostile à l'insuline, à la novocaïne, aux sérums et vaccins, aux vitamines, etc. Même les remèdes populaires (décoction de camomille, teinture de calendula) peuvent ne pas être si inoffensifs pour quelqu'un.

    À propos, souvent la cause d'une réaction allergique n'est même pas la substance active elle-même, mais des stabilisants, des additifs émulsifiants et aromatiques, des conservateurs inclus dans sa composition.

    2. Comment savoir si une personne est allergique à un médicament?

    Pour ce faire, il vaut la peine d'effectuer des tests cutanés pour les médicaments qui sont en doute: il vaut mieux prévenir une réaction que de l'arrêter. Pour commencer, une goutte de solution médicamenteuse est appliquée sur la surface arrière de l'avant-bras traitée à l'alcool, un test de scarification est effectué 20 minutes après le résultat négatif (la peau est grattée avec une aiguille avec un allergène potentiel). Et encore 20 minutes après un résultat négatif, un test intradermique peut être effectué pour confirmer le résultat, dans lequel l'allergène est injecté avec une seringue avec une aiguille très fine.

    © Getty Images / iStockphoto

    3. Comment une réaction allergique peut se manifester?

    La réaction peut être générale et locale. Les réactions immédiates ou celles qui surviennent dans les premières minutes suivant la prise du médicament sont les plus courantes et les plus dangereuses. C'est un choc anaphylactique. Mais n'oubliez pas les retards locaux (après 2 à 24 heures) et tardifs (après 24 à 72 heures), qui incluent des rougeurs, des démangeaisons de la peau au site d'injection, de l'urticaire, etc. En passant, le risque minimum de développement et la force de la manifestation d'une réaction allergique lors de la prise de médicaments par voie orale (par voie orale). Puis progressivement: injections intramusculaires, méthode d'inhalation et administration intraveineuse de médicaments, dans lesquelles le risque est maximal.

    4. Comment prévenir une réaction allergique?

    Vous devez toujours savoir et répondre clairement à votre médecin sur les médicaments dont vous avez eu une réponse inadéquate. Il est préférable d'avoir sur vous un dépliant avec une liste de ces remèdes afin qu'en cas de maladie, le spécialiste vous en prescrive d'autres, sans risque d'allergies croisées. Par exemple, il existe un médicament qui vous cause des allergies, mais tout un groupe de médicaments contient une substance similaire dans sa structure chimique ou son mécanisme d'action. Eux aussi peuvent provoquer une réaction du système immunitaire - il s'agit d'une allergie croisée. Donc, s'il y a une allergie à l'aspirine, le corps peut réagir à la citramone, à l'analgine, au butadion, à la baralgine, etc., si vous êtes allergique à la diphenhydramine, une réaction au tavegil peut survenir, etc. - traitement visant à réduire la sensibilité à l'allergène.

    5. Si, après la prise du médicament, les allergies ne surviennent pas, pouvez-vous être sûr qu'elles ne se reproduiront pas à l'avenir?

    Les réactions allergiques ne se manifestent pas toujours lors de la première prise du médicament. Pour la première fois, l'organisme se familiarise avec la substance, et si le système immunitaire la voit comme un «ennemi», il s'en souvient pour la détruire la prochaine fois. À l'avenir, la réaction peut survenir après avoir pris même les plus petites doses du médicament, et avec une augmentation de la dose, elle n'augmente pas.

    À propos, l'un des facteurs de risque est l'utilisation à long terme et fréquente de médicaments, ainsi que l'administration simultanée de plusieurs médicaments de différents groupes. Ainsi, même en prenant le médicament pendant des années, vous ne pouvez pas être sûr que l'allergie ne se manifestera pas..

    6. Qui est le plus susceptible de développer une réaction allergique?

    Naturellement, l'hérédité joue un rôle énorme: si une allergie à certains médicaments a été notée dans la famille, cela vaut la peine de vérifier votre corps. De plus, la probabilité augmente si vous prenez vous-même des médicaments sans ordonnance d'un médecin, si vous avez une intolérance individuelle aux composants des substances médicinales. Les problèmes de santé sont aussi des «provocateurs»: il s'agit d'états d'immunodéficience, de maladies allergiques (rhume des foins, asthme bronchique, etc.), d'hypersensibilité à divers allergènes, d'éventuelles maladies chroniques.

    7. Qu'est-ce qu'un choc anaphylactique et que faire si quelqu'un à proximité a soudainement une réaction allergique au médicament?

    Le choc anaphylactique est une réaction immédiate du corps, qui commence par une sensation de brûlure au site d'injection, des démangeaisons sévères, une rougeur qui se propage rapidement sur toute la peau. Lors de la prise d'un allergène à l'intérieur - avec une douleur vive dans l'abdomen, des nausées et des vomissements, un gonflement de la cavité buccale. Commence alors un spasme des grosses bronches et du larynx (bronchospasme et laryngospasme), entraînant une forte difficulté à respirer. La pression artérielle baisse fortement et un effondrement se développe. Le patient peut s'évanouir ou s'évanouir. Le choc anaphylactique se développe très rapidement, ce qui est parfois mortel quelques minutes ou quelques heures après l'entrée de l'allergène dans l'organisme. Si quelqu'un développe cette réaction rapide à proximité, appelez immédiatement un médecin, mais ne perdez pas de temps vous-même. Si le médicament a été pris par voie orale, essayez de faire vomir, rincez l'estomac. En cas de réaction aux gouttes, traitez les muqueuses avec beaucoup d'eau. Si vous êtes allergique à l'injection, vous devez appliquer un garrot au-dessus du site d'injection pendant 30 minutes, en le desserrant toutes les 10 minutes pendant 1 à 2 minutes. De la glace ou un coussin chauffant avec de l'eau froide doit être appliqué sur le site d'injection pendant 15 minutes. Et placez la personne de sorte que les jambes soient plus hautes que la tête et que la tête soit tournée sur le côté. Pour les réactions plus légères, des antihistaminiques tels que la diphenhydramine, la suprastine ou le tavegil doivent être pris.

    8. Y a-t-il une relation entre l'allergie médicamenteuse et la nourriture?

    L'allergie médicinale est souvent associée à la nourriture, il vaut donc la peine de passer à un régime hypoallergénique: limitez les glucides et excluez tout ce qui est salé, acide, amer, sucré, viandes fumées, épices, etc. La boisson doit être abondante - thé faible, bouillon de rose musquée, eau plate et ici, le café, le cacao, l'eau, les jus, les compotes et la gelée de certains fruits et légumes ne doivent pas être bu.

    15 manifestations d'allergie médicamenteuse. Que faire si vous êtes allergique aux médicaments?

    Le traitement des allergies médicamenteuses est, en fait, un concept controversé, car il nécessite toujours un traitement médicamenteux avec une forte réponse immunitaire. Dans ce cas, l'essentiel est de consulter un médecin à temps et de ne pas se soigner soi-même, car cela peut mettre la vie en danger..

      • Quels médicaments provoquent des allergies
      • Effets secondaires
      • Formulaire de décharge
      • Causes d'allergie
      • Symptômes
        • Pseudo-forme
      • Diagnostique
      • Traitement des allergies médicamenteuses
      • La prévention

    L'allergie aux médicaments signifie une réaction non spécifique du système immunitaire du corps à l'un des composants des médicaments, sans rapport avec leurs effets pharmacologiques. Normalement, une fois dans l'organisme, les médicaments ne sont pas perçus par le système immunitaire comme des composés étrangers nécessitant une réaction protectrice. Cependant, il arrive qu'à la suite de la dégradation des médicaments et de l'interaction avec les protéines dans le corps, la production d'anticorps commence. Dans ce cas, ils parlent du développement de la sensibilisation à l'antigène formé, i.e. à propos d'une réaction allergique persistante. De plus, son tableau clinique ne se manifeste pleinement que lorsque l'allergène réintègre le corps..

    Classiquement, les personnes potentiellement prédisposées aux allergies médicamenteuses peuvent être divisées en deux catégories:

    ceux qui prennent souvent des médicaments pour traiter ou prévenir les maladies;

    ceux qui sont constamment en contact avec des médicaments pharmacologiques par la nature de leur travail (pharmaciens, médecins, infirmières).

    La gravité d'une réaction allergique dépend dans tous les cas de la stabilité de l'immunité et de la présence / absence de relations causales qui déterminent la prédisposition du corps à la pathologie.

    Quels médicaments provoquent des allergies

    Tous les médicaments peuvent être sources d'allergies, cependant, selon la fréquence des manifestations, plusieurs groupes se distinguent parmi eux:

    Les antibiotiques Connu pour son puissant effet suppressif sur la microflore pathogène et saine. En conséquence, déjà avec l'apport secondaire, le système immunitaire développe une réaction allergique persistante, dangereuse pour ses symptômes sévères rapides. Cela se produit, par exemple, lors de la prise d'Amoxiclav et d'autres pénicillines.

    Sulfonamides (Biseptol, Septrin, Triméthoprime). Utilisé comme médicaments antibactériens à large spectre pour le traitement des pathologies intestinales, etc..

    Anti-inflammatoires non stéroïdiens (Nimesil, Aspirin, Diclofenac). Ils représentent environ 25% des cas de manifestations allergiques..

    Vaccins (anti-tétanos), immunoglobulines, hormones, sérums. En raison de la structure des protéines, ils provoquent souvent la production d'anticorps, qui perçoivent le médicament entrant comme étranger.

    Vitamines B.

    Bien sûr, une hypersensibilité peut également survenir à d'autres médicaments pharmacologiques, par exemple, un antifongique ou un antihistaminique. Cela ne peut pas être déterminé à l'avance, mais les tout premiers signes d'allergie doivent être traités avec une attention particulière..

    Effets secondaires

    Il n'est pas rare que les symptômes d'allergie médicamenteuse soient confondus avec un effet secondaire de leur action pharmacologique. Cela peut être dû à une surdose d'un médicament ou à un schéma posologique incorrect dans lequel les médicaments ne sont pas compatibles les uns avec les autres. Cependant, il convient de rappeler que le mécanisme d'apparition des symptômes dans ce cas a d'autres raisons non allergiques et nécessite un ajustement posologique ou le remplacement des médicaments par des analogues équivalents. En cas d'allergies, de telles actions n'aideront pas..

    Formulaire de décharge

    Un facteur important dans les manifestations allergiques est la forme sous laquelle le médicament pénètre dans le corps. La réaction découlant des comprimés, en règle générale, ne se manifeste pas le plus rapidement, car dépend du taux d'absorption du médicament dans le tractus gastro-intestinal, qui peut prendre une demi-heure ou plus. Le corps réagit beaucoup plus rapidement à la prise de médicaments par voie intramusculaire ou intraveineuse. Dans ce dernier cas, une fois qu'il entre dans la circulation sanguine, l'antigène déclenche une réaction immédiate, accompagnée de symptômes assez sévères. Si une personne ne reçoit pas d'aide d'urgence à ce moment, une issue fatale est possible..

    Causes d'allergie

    L'allergie aux médicaments se développe le plus souvent chez les personnes à la suite de:

    prise constante de médicaments;

    l'automédication, c'est-à-dire prise incontrôlée de médicaments sans diagnostic et prise en compte de l'intolérance individuelle;

    faible contenu d'information sur le danger de l'auto-traitement, la distribution de médicaments sans ordonnance;

    situation environnementale négative;

    la présence de pathologies infectieuses, virales, fongiques et autres de nature aiguë ou chronique;

    consommation de produits contenant des antibiotiques, des hormones et d'autres composés;

    d'autres types d'allergies déjà existants.

    Chez les nouveau-nés allaités, la raison de la formation d'une hypersensibilité est le non-respect d'une alimentation adéquate par la mère. Les enfants plus âgés, ainsi que les adultes, peuvent souffrir d'une maladie s'ils souffrent d'invasions helminthiques.

    Symptômes

    L'allergie aux médicaments est une condition dangereuse, il est donc important de savoir comment elle se manifeste. La symptomatologie de la pathologie est assez étendue et se divise en plusieurs types:

    Réponse immédiate. Il survient immédiatement après que le médicament pénètre dans le corps ou dans l'heure qui suit. Cette symptomatologie rapide se manifeste par les immunoglobulines de classe E. Elle comprend:

    choc anaphylactique (détérioration rapide de la condition physique, caractérisée par une baisse de la tension artérielle, de graves perturbations du travail des systèmes cardiovasculaire, respiratoire, nerveux, pouvant aller jusqu'à la mort en l'absence d'assistance d'urgence);

    urticaire aiguë (accumulations multiples de cloques sur différentes parties de la peau, accompagnées de démangeaisons sévères);

    Œdème de Quincke (se produit sur les muqueuses ou les tissus sous-cutanés, il est dangereux lorsqu'il est localisé dans le larynx ou dans la région du cerveau);

    anémie hémolytique (destruction des globules rouges, se manifestant par une tachycardie, une faiblesse, des étourdissements, une hypertrophie de la rate et du foie, des douleurs thoraciques, un teint ictérique);

    crise d'asthme bronchique.

    En règle générale, le développement de telles réactions est provoqué par l'administration de médicaments à partir d'un certain nombre de pénicillines, de salicylates ou de sérums.

    Réaction immunocomplexe (type subaigu). Il se manifeste dans la journée suivant la prise du médicament et se manifeste sous la forme de changements pathologiques dans le sang:

    thrombocytopénie (diminution du nombre de plaquettes, entraînant un risque accru de saignement);

    agranulocytose (une diminution du nombre de leucocytes, ce qui entraîne une diminution de la résistance de l'immunité aux agents pathogènes bactériens ou fongiques).

    En plus des symptômes énumérés, la fièvre survient souvent, accompagnée de maux de tête articulaires. Cependant, une augmentation de la température corporelle peut être non seulement un symptôme allergique, mais aussi un symptôme de maladie sérique. La réponse du complexe immunitaire du corps se manifeste par une réaction aux antibiotiques, aux médicaments antituberculeux, aux anesthésiques, aux vaccins, au sérum.

    Hypersensibilité de type cytotoxique, c'est-à-dire l'interaction des anticorps IgM ou IgG avec un irritant se produit au niveau cellulaire. Dans ce cas, les éléments suivants sont observés:

    écarts des indicateurs de l'hématopoïèse (cytopénies allergiques);

    L'apparition de tels symptômes est caractéristique des allergies à l'hydralazine, à la phénytoïne, au procaïnamide.

    Réaction de type prolongée (à médiation cellulaire). Il est associé à la formation de cytokines avec la participation de lymphocytes T, qui provoquent des symptômes allergiques. Il se développe quelques jours après le traitement médicamenteux et se traduit par les symptômes suivants:

    vascularite allergique (une pathologie des vaisseaux sanguins, exprimée par l'apparition d'un érythème ou d'une éruption papuleuse sur le visage, la muqueuse buccale, les organes génitaux et d'autres organes);

    Syndrome de Stevens-Johnson (un type compliqué d'érythème exsudatif sur la peau);

    Syndrome de Lyell, dans lequel il y a une nécrose des zones locales de la peau avec la formation de foyers douloureux érodés (photo).

    La pathologie s'accompagne d'une déshydratation sévère, d'un choc toxique infectieux pouvant entraîner la mort.

    Pseudo-forme

    Parfois, avec un traitement médicamenteux, il se produit un processus très similaire dans ses manifestations à une allergie aux pilules, mais dont le mécanisme de circulation est différent. Il s'agit d'une réaction dite pseudo-allergique associée à la formation de grandes quantités d'histamine sous l'influence de médicaments. Les caractéristiques distinctives de la pseudo-forme sont:

    les symptômes typiques sont observés après l'admission initiale;

    il n'y a pas de réponse immunitaire à l'antigène injecté;

    le diagnostic préliminaire ne renseigne pas sur l'allergie existante.

    Le tableau clinique de la pseudo-allergie est le plus clair, plus la dose de médicament reçue est élevée et plus elle pénètre rapidement dans le sang. De telles réactions peuvent provoquer les pathologies existantes du foie, des reins, des infections chroniques, des troubles métaboliques.

    Diagnostique

    Que faire en cas de signes cliniques d'allergie? Tout d'abord, ne vous soignez pas, mais consultez un médecin. Le diagnostic des allergies médicamenteuses est assez difficile, car il est causé par un certain nombre de facteurs aggravants:

    la symptomatologie est largement similaire aux signes d'autres maladies;

    l'intervalle de temps entre la prise de médicaments et les premières manifestations de la maladie peut être assez long, ce qui rend difficile l'établissement d'une relation de cause à effet exacte;

    le même médicament peut provoquer un tableau clinique différent.

    Néanmoins, seul un médecin peut aider à établir la véritable cause de la maladie et prescrire le traitement approprié. En règle générale, les mesures de diagnostic nécessitent l'avis de plusieurs spécialistes: un allergologue-immunologiste, un dermatologue, un spécialiste des maladies infectieuses, un néphrologue, etc. En outre, les opérations suivantes sont effectuées:

    collecte soigneuse de l'anamnèse de la maladie, en particulier pour identifier la prédisposition héréditaire et la présence / absence d'autres types d'allergies;

    réalisation de tests cutanés, en particulier tests d'allergie (scarification, application, intradermique), tests de provocation (sublinguale, inhalation, nasale). Ils sont principalement utilisés pour diagnostiquer les allergies chez les adultes et les enfants à partir de 5 ans;

    prendre des tests sanguins pour déterminer le niveau d'immunoglobulines E, M, G, histamine, tryptase, effectuer un test basophile.

    Traitement des allergies médicamenteuses

    Premiers secours en cas d'allergies - élimination des allergènes de l'estomac et des intestins avec le gel enterosorbent Enterosgel.
    Le gel saturé d'eau nettoie en douceur la membrane muqueuse des allergènes. Enterosgel n'adhère pas à la membrane muqueuse, mais enveloppe doucement et favorise la récupération.
    Les allergènes collectés sont solidement retenus dans la structure globulaire du gel et retirés du corps.
    D'autres sorbants en poudre contiennent de minuscules particules qui, comme la poussière, s'encrassent dans les villosités des parois intestinales, blessent et empêchent la restauration de la membrane muqueuse.
    Par conséquent, enterosgel gel enterosorbent est le bon choix pour les allergies chez les adultes et les enfants dès le premier jour de la vie..

    Les actions thérapeutiques sont largement dictées par le degré d'activité de la réponse immunologique du corps. S'il y a une allergie aux médicaments, la personne doit savoir quoi en faire. La première étape consiste à arrêter de prendre un médicament potentiellement allergique. En cas de traitement avec plusieurs médicaments, arrêtez de tous les prendre.

    Avec une sévérité légère et modérée de la maladie, des antihistaminiques sont prescrits, tels que: Zyrtec, Tavigil, Cetrin, Diazolin, Suprastin, Claritin, etc. Bien sûr, cela est permis si le patient ne présente pas de réactions d'intolérance individuelle à ces médicaments.

    L'état grave du patient nécessite un appel immédiat pour une ambulance et un traitement dans un hôpital. Il a également été démontré que le patient prend des antihistaminiques avec des effets secondaires de faible gravité: Desloratadine, Telfast, Ceritizin, Flixonase, etc. Les médicaments sont administrés sous forme de pilules ou d'injections.

    De plus, le traitement des allergies graves dues aux médicaments nécessite:

    désintoxication complexe (lavements nettoyants, lavage gastrique, prise de médicaments absorbants);

    des mesures visant à rétablir les bilans acido-basique et hydrique;

    procédures pour maintenir une circulation sanguine normale (administration de solutions pour perfusion, hémosorption).

    Les lésions cutanées étendues nécessitent une stérilité maximale, car le risque d'infection est élevé. La surface endommagée est traitée avec des antiseptiques ou des huiles naturelles à hautes propriétés de régénération (rose musquée, argousier). Un traitement antibiotique est également prescrit, en tenant compte d'éventuelles réactions croisées.

    Lorsque les muqueuses sont endommagées, des rinçages antiseptiques ou des lotions avec décoctions de camomille, du millepertuis sont utilisés.

    Le patient suit un régime hypoallergénique strict, comprenant des aliments à faible allergénicité:

    chou blanc, chou-fleur, brocoli, épinards, laitue, concombres, asperges, haricots, oseille, pois;

    persil, coriandre, aneth;

    ail, oignons (avec soin);

    baies et fruits non rouges;

    thé vert, eau minérale, compote de fruits secs;

    agneau, boeuf (maigre);

    dinde, poulet (filet);

    fromage cottage faible en gras, kéfir;

    pâtes de blé dur;

    riz, flocons d'avoine, sarrasin.

    Assurez-vous de consommer beaucoup de liquide, à l'exclusion des soupes, du thé, etc. Tous les produits d'origine animale doivent être naturels et exempts d'hormones ou d'antibiotiques. Sinon, des rechutes dangereuses aux conséquences graves sont possibles..

    La prévention

    La maladie est souvent plus facile à prévenir qu'à guérir plus tard. Les gens provoquent ou exacerbent souvent des maux en prenant des médicaments seuls sans consulter un médecin. Dans le cas des allergies aux médicaments, c'est absolument inacceptable. Bien sûr, il est impossible de déterminer à l'avance quel médicament provoquera une réaction allergique. Mais une bonne prévention aidera à réduire le risque de développer des allergies, à prévenir les symptômes aigus..

    Tout d'abord, toute auto-médication est exclue, surtout s'il existe une prédisposition héréditaire à la maladie. Un médicament à des fins thérapeutiques ou prophylactiques ne doit être pris que selon les directives d'un médecin après un diagnostic d'hypersensibilité (par la méthode du goutte-à-goutte, de la scarification et d'autres tests).

    Deuxièmement, l'administration intraveineuse primaire et secondaire du médicament est mieux réalisée en milieu hospitalier, afin d'obtenir une aide rapide en cas d'allergie. Il est recommandé d'injecter dans un bras ou une jambe pour empêcher la propagation du médicament en appliquant un garrot en cas de manifestations allergiques. Après l'injection, il est conseillé d'attendre 15-30 minutes à l'hôpital.

    Troisièmement, lors d'un traitement à domicile, il est nécessaire de se faire prescrire des antihistaminiques par un médecin, ainsi qu'un kit anti-choc afin de fournir une assistance à temps..

    Le médicament ne peut pas être pris si:

    il y a déjà eu des cas de son effet allergique sur le corps;

    un test effectué à l'avance a donné un résultat positif, c'est-à-dire risque de développer des allergies plus de 50%.

    L'allergie aux médicaments n'est pas rare et, dans de nombreux cas, également dangereuse. Les médicaments pharmacologiques aident à faire face à de nombreuses maladies, à condition qu'ils soient pris conformément à la prescription du médecin. Aux premiers symptômes d'allergie, vous ne devez pas négliger une visite à la clinique ou prendre des médicaments par vous-même. La pathologie nécessite un diagnostic minutieux et une thérapie correctement sélectionnée, qui ne peut être effectuée que par un spécialiste qualifié.

    Allergie aux médicaments chez les adultes

    Qu'est-ce qu'une allergie médicamenteuse?

    L'allergie aux médicaments est une réaction inattendue et nocive du corps qui se produit lors de la prise de médicaments prescrits par un médecin.

    Cette réaction est complètement différente des effets indésirables (effets secondaires), qui sont prévisibles et surviennent souvent après l'utilisation de médicaments de certains groupes (par exemple, changements cutanés ou toux après certains antihypertenseurs) ou après un surdosage médicamenteux..

    Une allergie au médicament peut survenir à la fois lors de l'utilisation du médicament sous forme de comprimés et d'injections et lors de l'application du médicament sur la peau et la conjonctive (collyre). Chaque patient peut réagir par une réaction allergique à un médicament bien toléré auparavant..

    Une réaction allergique causée par un médicament se caractérise par une régression des symptômes lorsque le médicament est arrêté (bien que certains symptômes puissent persister plusieurs jours après la fin du traitement).

    Chez les patients sensibles, chaque médicament peut provoquer une réaction allergique, mais le plus souvent c'est:

    • les antibiotiques;
    • analgésiques et anti-inflammatoires;
    • certains médicaments antiépileptiques;
    • agents de contraste utilisés dans les examens radiographiques.

    L'allergie au médicament survient chez environ 5 à 10% des adultes.

    Causes des allergies aux médicaments

    Il existe peu de connaissances sur les causes de la sensibilisation aux médicaments (sensibilité). Cependant, on sait que de nombreux facteurs peuvent le provoquer:

    • sensibilité du patient (déterminée génétiquement);
    • la fréquence et la durée de la consommation de médicaments d'un groupe (plus le médicament est administré longtemps et souvent, plus la probabilité de sensibilisation est élevée);
    • d'autres maladies qui surviennent chez le patient (plus souvent des personnes atteintes de maladies chroniques, par exemple, le sida, la fibrose kystique);
    • sexe et âge (les adultes sont plus souvent sensibilisés, principalement des femmes);
    • état de santé actuel (la sensibilisation survient plus souvent dans les maladies infectieuses aiguës).

    Toutes les réactions médicamenteuses ne sont pas allergiques - dans le langage médical, ces réactions sont communément appelées hypersensibilité médicamenteuse. Si le système immunitaire du patient est impliqué dans le développement d'une hypersensibilité au médicament, cette hypersensibilité est appelée allergique, sinon non allergique..

    Le rôle du système immunitaire est de produire divers anticorps (IgE, IgG, IgM), ainsi que les cellules dites allergiques du système immunitaire.

    Les anticorps générés lors de la sensibilisation se fixent à diverses cellules du corps. La ré-administration d'un médicament à une personne déjà sensibilisée (c'est-à-dire avec des anticorps sur ses cellules) provoque diverses réactions indésirables du corps.

    Ainsi, les antibiotiques sont le plus souvent provoqués par des allergies, à la fois en raison de leurs propriétés sensibilisantes spécifiques, et parce qu'ils sont très souvent utilisés. La sensibilisation aux médicaments oraux, les pénicillines dites semi-synthétiques (ampicilline et amoxicilline, également en association avec l'acide clavulanique), est particulièrement répandue. Avec les injections de pénicilline, les patients allergiques peuvent développer des réactions sévères et sévères.

    Les mécanismes immunitaires impliqués dans les réactions allergiques chez un patient particulier peuvent être jugés par l'évolution de la réaction au médicament et par des recherches (immunologiques) supplémentaires..

    Les réactions médicamenteuses non allergiques peuvent être causées par des troubles métaboliques de composés importants qui font partie de notre corps. La forme la plus courante de ce type d'hypersensibilité est l'hypersensibilité à l'acide acétylsalicylique et à d'autres médicaments du groupe des anti-inflammatoires non stéroïdiens..

    Ces patients ne peuvent pas prendre la plupart des antipyrétiques et analgésiques populaires car ils peuvent provoquer de l'urticaire et un gonflement de la peau ou des difficultés respiratoires (essoufflement). Il est généralement inoffensif pour ces patients de prendre des doses thérapeutiques de paracétamol..

    Comment l'allergie médicamenteuse se manifeste (symptômes et signes)?

    Dans la grande majorité des cas, les signes d'allergie médicamenteuse sont légers à modérés. Le plus souvent, ils apparaissent sous la forme de lésions cutanées, bien qu'ils puissent affecter tous les organes et systèmes d'une personne, et les plus graves d'entre eux (réactions anaphylactiques) peuvent survenir avec une perte de conscience ou même la mort, ce qui, cependant, se produit très rarement..

    Une réaction au médicament peut survenir à tout moment - quelques minutes, une heure ou même une semaine après le début du traitement.

    Parmi les signes cutanés associés à la consommation de drogues, les plus courants sont les lésions dites médicamenteuses ressemblant à de l'urticaire (voir photo ci-dessus), les éruptions cutanées érythémateuses, l'eczéma, les vésicules et d'autres symptômes qui ressemblent parfois à des maladies infectieuses..

    Les symptômes chez les adultes apparaissent généralement en quelques heures ou environ une douzaine d'heures après le début du traitement (si le médicament est pris pendant une longue période) ou dans les quelques jours (s'il s'agit du premier contact avec le médicament). Après l'arrêt du traitement, les manifestations cutanées disparaissent rapidement - spontanément ou après la prise de médicaments antiallergiques.

    La réaction cutanée la plus courante est l'urticaire, souvent associée à un gonflement des tissus mous. Le gonflement apparaît généralement sur le visage (autour des yeux ou des lèvres). Parfois, dans les cas plus graves, il y a un gonflement de la gorge et de la langue avec des troubles de la déglutition, de la parole (enrouement, absence de bruit) ou un manque d'air en raison d'une sensation d'oppression dans la gorge.

    Dans cette condition, vous devez immédiatement appeler une ambulance..

    Une allergie médicamenteuse peut également présenter l'un des symptômes suivants:

    • fièvre (température élevée);
    • douleur dans les muscles et les articulations;
    • des ganglions lymphatiques enflés;
    • dyspnée;
    • vomissements, nausées ou diarrhée.

    Que faire lorsque les symptômes apparaissent?

    Si vous soupçonnez que le malaise est causé par la prise d'un médicament, arrêtez de prendre le médicament et consultez immédiatement un médecin.

    Si le cas est grave (suffocation, urticaire, œdème, essoufflement et surtout nausées, diarrhée, vomissements et évanouissements), appeler d'urgence une ambulance ou emmener le patient à l'hôpital le plus proche.

    Les patients qui ont déjà eu des réactions allergiques aux substances médicamenteuses doivent être référés à un allergologue pour consultation.

    Le médecin est obligé de fournir au patient des informations écrites sur la sensibilisation et de recommander pour cette raison des agents antiallergéniques (les médicaments suivants sont prescrits: les soi-disant antihistaminiques (Tavegil, Suprastin, Fenkarol) pour les réactions légères et les glucocorticostéroïdes pour les plus graves, et dans le cas d'un choc dit anaphylactique, un autoinjecteur doit être acheté. avec de l'adrénaline).

    Les patients qui ont eu une réaction allergique aux médicaments doivent avoir sur eux les médicaments prescrits par leur médecin, en particulier lorsqu'ils se rendent loin des établissements de santé..

    N'oubliez pas de toujours montrer vos informations écrites sur la sensibilité aux médicaments aux médecins, y compris pendant le traitement hospitalier.

    Comment un médecin établit un diagnostic?

    Diagnostiquer les allergies médicamenteuses n'est pas une tâche facile, basée principalement sur un examen physique habile. Il convient de souligner qu'il n'y a pas de tests sûrs (tels que des tests sanguins) qui confirment ou excluent une allergie à des médicaments.

    Seule une petite quantité de médicaments peut être diagnostiquée pour identifier et confirmer les allergies.

    Parfois, dans le cas d'indications pour l'utilisation de médicaments, il est nécessaire de réaliser des tests (par exemple, des tests cutanés), des tests d'allergie avec de très faibles doses de médicaments.

    Quelles sont les options de traitement?

    Il est impossible de traiter les allergies médicamenteuses, le plus important est d'éviter systématiquement les médicaments qui vous ont autrefois causé des symptômes, ainsi que d'autres médicaments de structure similaire pouvant provoquer une réaction allergique..

    Si une réaction se produit toujours, procédez comme décrit ci-dessus..

    Que faire pour éviter les allergies médicamenteuses?

    Une personne qui ne souffre pas d'une maladie chronique grave peut prévenir les réactions d'hypersensibilité en prenant des médicaments (y compris ceux disponibles sans ordonnance) uniquement en cas de besoin et pendant une période de temps spécifique. Par conséquent, il est important que les patients prédisposés aux allergies médicamenteuses évitent l'utilisation de pilules inutiles, également annoncées dans les pharmacies..

    Il est important d'utiliser le moins de médicaments possible en même temps. Évitez les traitements fréquents avec les mêmes médicaments, tels que les antibiotiques.

    Allergie aux médicaments: causes, symptômes et traitement

    Les réactions allergiques sont une réponse hyper-immune de notre système immunitaire aux substances étrangères (antigéniques). Lorsque certaines substances étrangères sont introduites dans le corps, le système immunitaire est activé, nous protégeant des substances qui peuvent nuire au corps. Une réponse hyperimmunisée peut entraîner des réactions allergiques. Les médicaments sont des substances étrangères et leurs divers composants peuvent provoquer une réponse immunitaire chez certaines personnes.

    Allergie aux médicaments

    Les réactions allergiques aux médicaments sont similaires à celles résultant de la consommation d'aliments. La réponse du corps, y compris aux médicaments, peut être modérée, forte ou même fatale.

    Les principaux symptômes

    Les allergies peuvent se manifester par des symptômes bénins qui comprennent:

    • démangeaison;
    • éruptions cutanées;
    • urticaire.

    Des signes plus graves sont un gonflement des lèvres, de la langue, des difficultés respiratoires (anaphylaxie), qui peuvent entraîner la mort..

    Les autres signes et symptômes d'allergie médicamenteuse comprennent:

    • vertiges;
    • la diarrhée;
    • la nausée;
    • vomissement;
    • crampes abdominales;
    • saisies;
    • Pression artérielle faible;
    • évanouissement.

    Les allergies aux médicaments peuvent survenir pendant et après la prise. Cela signifie qu'ils peuvent survenir après la première exposition au médicament ou lorsque le médicament est repris à l'avenir..

    Les allergies médicamenteuses sont différentes des effets secondaires courants tels que les maux de tête ou les maux d'estomac. Tout médicament ou composant de la préparation peut provoquer des allergies.

    Les médicaments qui provoquent le plus souvent des allergies comprennent:

    • la pénicilline et les médicaments apparentés;
    • médicaments à base de sulfate;
    • insuline;
    • iode.

    D'autres médicaments qui peuvent déclencher une réponse immunitaire comprennent:

    • l'aspirine (acide acétylsalicylique);
    • médicaments de chimiothérapie;
    • médicaments qui suppriment le système immunitaire;
    • médicaments pour le traitement du VIH.

    Parfois, les symptômes allergiques sont causés par le ou les composants utilisés pour emballer ou administrer le médicament. Les composants des médicaments qui provoquent fréquemment des allergies comprennent:

    • colorants;
    • les protéines;
    • latex (enveloppe externe de médicaments).

    Diagnostiquer une réaction allergique

    Les allergies aux médicaments sont difficiles à diagnostiquer. L'allergie à des médicaments comme la pénicilline est la seule qui puisse être définitivement diagnostiquée avec un test cutané. Certaines réactions médicamenteuses, en particulier les éruptions cutanées et l'asthme, peuvent ressembler à certaines conditions médicales.

    Pour un diagnostic correct, votre allergologue a besoin de réponses aux questions suivantes:

    • Quel médicament pensez-vous?
    • Quand avez-vous commencé à le prendre et avez-vous arrêté de le prendre?
    • Combien de temps après avoir pris le médicament avez-vous remarqué les symptômes et lesquels??
    • Combien de temps vos symptômes ont-ils duré et qu'avez-vous fait pour les soulager?
    • Quels autres médicaments prenez-vous?

    Votre allergologue voudra également savoir si vous avez des antécédents d'intolérance à tout autre médicament. Si possible, apportez le médicament suspect avec vous. Cela aidera le médecin à recommander des alternatives au besoin. Lors d'un examen physique, il recherchera des signes ainsi que des causes non allergiques. Selon le médicament suspecté, l'allergologue peut suggérer un test cutané ou, dans des cas limités, un test sanguin. Un test sanguin peut être utile pour diagnostiquer des symptômes graves, en particulier si votre médecin craint que plusieurs organes puissent être affectés.

    Tests d'allergie.

    Dans la plupart des cas, les réactions médicamenteuses sont identifiées sur la base d'une utilisation à court terme et des antécédents médicaux. Si les symptômes s'arrêtent également après l'arrêt du médicament; alors la conclusion logique est que ce médicament a provoqué la réponse du corps.

    Les tests cutanés peuvent également être utilisés pour la vérification. S'il s'agit d'un médicament dont le patient a besoin et qu'il n'y a pas d'autres alternatives, des tests cutanés minutieux peuvent être effectués pour déterminer si la personne est réellement allergique au médicament..

    Traitement des conséquences

    Consultez votre médecin si vous développez une éruption cutanée, des démangeaisons, de l'urticaire ou tout autre symptôme associé à une allergie médicamenteuse. Si votre lèvre ou votre langue gonfle ou si vous développez un essoufflement, rendez-vous immédiatement aux urgences. La première étape consiste à arrêter de prendre le médicament suspecté de provoquer les signes et symptômes.

    Pour les symptômes cutanés tels que les éruptions cutanées et les démangeaisons, des antihistaminiques ou des crèmes stéroïdes sont indiqués. Les antihistaminiques et les stéroïdes oraux sont utilisés pour des symptômes plus graves.

    Les injections d'antihistaminique sont utilisées pour les effets allergiques graves.

    Pour l'anaphylaxie potentiellement mortelle, associée à un essoufflement, de l'adrénaline intramusculaire est généralement administrée.

    Dans les situations où un médicament est nécessaire et qu'aucune alternative n'est disponible, l'allergologue peut essayer de réduire la sensibilité de l'individu en appliquant progressivement une très petite quantité du médicament et en augmentant la quantité au fil du temps..

    Prévention des allergies

    Il est important d'informer votre médecin de tout symptôme indésirable que vous ressentez lors de la prise du médicament. Assurez-vous de conserver une liste de tous les médicaments que vous prenez actuellement et faites particulièrement attention si vous avez déjà eu des réactions à certains médicaments. Partagez cette liste avec votre médecin et discutez de l'opportunité d'éviter des médicaments spécifiques.

    Si vous avez des antécédents de réactions médicamenteuses ou si vous présentez des symptômes graves en réponse à un médicament, un immunologiste, souvent appelé allergologue, diagnostiquera le problème et vous aidera à élaborer un futur plan de protection..

    Désensibilisation aux médicaments.

    S'il n'y a pas d'alternative appropriée à l'antibiotique auquel vous êtes allergique, vous devez subir une désensibilisation médicamenteuse. Cela comprend la prise du médicament en quantités croissantes jusqu'à ce que vous puissiez gérer la dose requise avec des effets secondaires minimes. Cela se fera très probablement dans un hôpital. La désensibilisation ne peut aider que si vous prenez le médicament tous les jours. Une fois que vous arrêtez de prendre (par exemple, à la fin de votre cycle de chimiothérapie), vous devrez subir une deuxième fois une désensibilisation si vous avez à nouveau besoin du médicament..

    Réaction à la pénicilline

    Presque tout le monde connaît quelqu'un qui dit être allergique à la pénicilline. Jusqu'à 10% des personnes déclarent avoir des effets indésirables après avoir pris cette classe d'antibiotiques largement utilisée. Au fil du temps, cependant, la grande majorité des personnes qui ont déjà eu une réaction allergique sévère à la pénicilline deviennent désensibilisées et peuvent être traitées en toute sécurité avec ce médicament..

    Comprendre comment le corps réagit à la pénicilline est important pour diverses raisons. Dans certaines conditions, la pénicilline est la meilleure thérapie pour de nombreuses maladies. Certains patients ont besoin de pénicilline car ils sont allergiques à d'autres types d'antibiotiques.

    Traitement de l'allergie à la pénicilline.

    Les personnes ayant des réactions sévères à la pénicilline doivent rechercher un traitement d'urgence, qui peut inclure une injection et un traitement d'épinéphrine pour maintenir la pression artérielle et une respiration normale..

    Les personnes qui présentent des symptômes plus légers peuvent être traitées avec des antihistaminiques ou, dans certains cas, des corticostéroïdes oraux ou injectés, selon les symptômes. Il est nécessaire de consulter un allergologue pour déterminer le bon traitement.

    Qu'est-ce que l'anaphylaxie

    L'anaphylaxie est une réaction grave et potentiellement mortelle qui peut affecter deux organes ou plus en même temps (par exemple, s'il y a gonflement et difficulté à respirer, vomissements et urticaire). Si cela se produit, consultez immédiatement un médecin d'urgence. Dites à l'équipe d'ambulance quel médicament vous preniez et la posologie.

    Si la réaction allergique au médicament ne met pas la vie en danger, l'allergologue peut donner: un antihistaminique ou un anti-inflammatoire non stéroïdien tel que l'ibuprofène ou l'aspirine, ou un corticostéroïde pour réduire l'inflammation.

    • Les réactions allergiques aux médicaments représentent 5 à 10% de tous les effets secondaires des médicaments. Tout médicament peut provoquer une réponse indésirable du corps.
    • Les symptômes d'effets secondaires comprennent la toux, la nausée, les vomissements, la diarrhée et les maux de tête.
    • Les symptômes cutanés (p. Ex. Éruptions cutanées, démangeaisons) sont la forme la plus courante de réactions allergiques aux médicaments.
    • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les antibiotiques, les agents chimiothérapeutiques et les inhibiteurs sont des causes courantes de réponse immunitaire.
    • Contrairement au mythe populaire, des antécédents familiaux de réaction à un médicament particulier n'augmentent généralement pas vos chances d'y répondre..
    • Si vous avez une réaction indésirable grave, il est important de consulter immédiatement un médecin..

    Questions et réponses

    Combien de temps faut-il pour réagir à un médicament?

    Les horaires varient d'une personne à l'autre. Certaines personnes peuvent réagir immédiatement, tandis que d'autres peuvent prendre le médicament plusieurs fois avant d'avoir leurs premiers symptômes. En règle générale, les premiers symptômes apparaissent 1 à 2 heures après la prise du médicament, sauf si vous avez une réaction de type retardé plus rare. Les symptômes de ces réponses médicamenteuses moins courantes comprennent la fièvre, un gonflement de la peau et parfois des douleurs articulaires.

    Les symptômes d'allergie médicamenteuse sont-ils différents des autres symptômes d'allergie??

    Les symptômes des allergies médicamenteuses peuvent être similaires à d'autres réactions et comprennent de l'urticaire ou des éruptions cutanées, des démangeaisons, une respiration sifflante, des étourdissements, des vomissements et même de l'anaphylaxie.

    Quel est le traitement des allergies médicamenteuses?

    Comme pour la plupart des autres allergies, un traitement médicamenteux primaire est nécessaire. Si vous avez une réaction médicamenteuse, vous avez besoin d'un traitement immédiat. Le traitement dépendra de la gravité des symptômes. En cas de réaction potentiellement mortelle appelée anaphylaxie, une injection d'adrénaline et un appel d'ambulance sont utilisés.

    Quels sont les symptômes d'une allergie à la pénicilline?

    Les symptômes peuvent varier de légers à graves et comprennent:

    • urticaire,
    • gonflement - généralement autour du visage,
    • gorge enflée,
    • respiration sifflante,
    • toux et essoufflement.

    L'anaphylaxie est une menace vitale moins courante mais plus grave. Il peut se développer soudainement, se détériorer rapidement et devenir mortel. Les symptômes peuvent inclure ceux énumérés ci-dessus et l'un des suivants:

    • Difficulté à respirer.
    • Gonflement des lèvres, de la gorge, de la langue et du visage.
    • Étourdissements et perte de conscience ou évanouissement.

    Quelles sont les allergies médicamenteuses les plus courantes?

    Les réactions à la pénicilline sont l'allergie médicamenteuse la plus courante. Si vous avez une réaction allergique après avoir pris de la pénicilline, il se peut que vous n'ayez pas nécessairement une réaction similaire à des médicaments apparentés tels que l'amoxicilline. Mais cela est susceptible de se produire.

    Et les allergies sont également fréquentes lors de la prise d'anticonvulsivants et d'aspirine, par exemple à l'acide acétylsalicylique.

    J'étais allergique à la pénicilline quand j'étais enfant. Vais-je l'avoir pour la vie?

    Pas nécessaire. En fait, jusqu'à 80% des adultes perdront leur allergie à la pénicilline s'ils évitent de prendre le médicament pendant 10 ans. Il est important de se faire tester par un allergologue pour déterminer si vous avez vraiment une allergie.

    Combien de temps dure la désensibilisation?

    Si le médicament est pris quotidiennement, votre corps reste désensibilisé. Si plus de 2 jours s'écoulent après la prise, votre corps «oublie» l'état sensibilisé et vous devrez peut-être redésensibiliser.