Microsporie chez les enfants - agent causal, manifestations sur le cuir chevelu ou la peau, traitement et prévention

Une personne est constamment entourée d'un grand nombre de micro-organismes pouvant provoquer diverses pathologies. La microsporie chez les enfants ou la teigne est une pathologie qui affecte le cuir chevelu ou la peau lisse d'un adulte ou d'un enfant. La maladie est contagieuse, il est donc nécessaire d'isoler la personne et de commencer un traitement immédiat. La thérapie a un pronostic positif si les règles et le schéma thérapeutique sont suivis.

Qu'est-ce que la microsporie chez les enfants

Cette pathologie pour le grand public est mieux connue sous le nom de teigne. Ce terme est devenu le nom traditionnel de tout un groupe de maux qui affectent la peau et le cuir chevelu. La microsporie de la peau affecte les cheveux, ils se cassent et des taches chauves apparaissent. La maladie appartient au groupe des pathologies fongiques infectieuses, le pathogène (Microsporium) pénètre dans la peau, commence à se multiplier, ce qui conduit à l'apparition de symptômes typiques.

Voies d'infection

La pénétration de l'infection se produit au contact du porteur, une autre personne, un objet, les animaux déjà infectés par le champignon peuvent jouer son rôle. Il existe plusieurs types de spores, la méthode de propagation entre les personnes en dépend. Il existe trois types principaux de Microsporum, selon l'hôte principal:

  • Champignons zoophiles. Les principaux vecteurs sont les chats, les chiens et autres animaux.
  • Anthropophile. Les gens deviennent les principaux transporteurs.
  • Géophile. L'habitat principal est le sol, ici ils conservent leur viabilité pendant plusieurs mois

Période d'incubation chez les enfants

La durée de cette étape dépend du type de champignon qui a provoqué la microscopie. Par exemple, les spores géophiles et zoophiles se développent en 5 à 14 jours. Si des formes anthropophiles du champignon pénètrent sous la peau, la période d'incubation prendra plus de temps - 4-6 semaines. En règle générale, l'infection survient à partir d'animaux malades, de sorte que la maladie se manifeste chez l'homme après 1 à 2 semaines..

Symptômes

Il existe un tableau clinique général pour tous les types de microscopie, mais il existe également des signes individuels de chaque type de maladie, qui deviennent des traits caractéristiques de la maladie. Les symptômes courants sont les suivants:

  1. Points rouges. Un des premiers signes du développement de la pathologie, des lésions apparaissent sur le cuir chevelu et le corps. Lorsqu'elles sont localisées sur le cuir chevelu, des taches peuvent apparaître dans la zone des sourcils et des cils. Lorsqu'il apparaît sur une peau lisse, des lésions peuvent être trouvées sur n'importe quelle partie du corps.
  2. Petites écailles blanchâtres. Après quelques jours, les taches deviennent roses et s'estompent. Des écailles blanchâtres commencent à se former à la surface, il y en a beaucoup. Ils peuvent être confondus avec des pellicules sur le cuir chevelu et pour les premiers signes de psoriasis chez un enfant sur le corps..
  3. Démangeaisons intenses. Dans certains cas, les foyers de mise à l'échelle sont accompagnés de ce symptôme. Lorsqu'un enfant se gratte la tête, les parents pensent d'abord que ce sont des poux de tête. La microscopie est souvent confondue avec l'eczéma ou un autre type de dermatite. Ce n'est pas un symptôme obligatoire, la maladie peut continuer sans lui..
  4. Augmentation de la température corporelle. Non observé chez tous les patients, mais peut être présent.
  5. Des ganglions lymphatiques enflés. Ce symptôme n'est observé que chez certains bébés au cou..

Microsporie cutanée

Selon le type et le stade de la pathologie, certains symptômes peuvent se développer qui simplifient le diagnostic de la maladie. La microsporie de la peau lisse chez les enfants et les nouveau-nés se produit souvent sous une forme superficielle. Les signes comprennent les manifestations suivantes (voir photo):

  1. Le premier à apparaître est un point rouge (foyer) de forme ronde ou ovale. Il a des limites claires, il s'élève légèrement au-dessus de la peau.
  2. Ensuite, la lésion commence à grossir, devient encore plus dense et légèrement enflée. Un rouleau apparaît le long du rayon du spot, constitué de bulles et de croûtes.
  3. Au centre du foyer, le processus inflammatoire diminue. La zone délimitée par le rouleau devient rose, couverte d'écailles.
  4. Parfois, la microsporie réintègre le site de l'infection primaire. Une autre lésion apparaît à l'intérieur de l'ancien anneau. Cette forme se trouve souvent dans la microsporie anthropique..
  5. Sur la surface de la peau lisse, en règle générale, 1 à 3 de ces lésions se forment. Si les spots sont rapprochés, ils peuvent fusionner. Les foyers sans processus infectieux actif ne causent pas, dans la plupart des cas, ne causent pas d'inconfort. S'il y a un processus inflammatoire, l'enfant ressent des démangeaisons et de la douleur..
  6. Chez les nouveau-nés et les bébés de moins de 3 ans, la maladie a souvent une forme érythémateuse-œdémateuse. Les lésions sont œdémateuses, rouges et avec une inflammation évidente, alors qu'il y a très peu d'écailles.

Microsporie de la tête

La teigne sur le cuir chevelu apparaît souvent entre 5 et 12 ans. À un âge plus avancé, cette pathologie est très rarement observée, car les follicules pileux sont capables de produire de l'acide qui tue le pathogène. Une infection fongique est plus souvent diagnostiquée chez les enfants aux cheveux roux, une maladie survient avec les symptômes suivants:

  1. Des zones de pelage apparaissent sur le derme, des écailles en forme d'anneau se forment à la racine des cheveux, elles entourent les cheveux sur tout le périmètre.
  2. Après 1 semaine, le cuir chevelu est endommagé. Une perte de pigmentation se produit, les cheveux deviennent cassants, cassants et très ternes. En conséquence, ils se détachent, ne laissant qu'un court "hérisson" d'environ 5 mm.
  3. Les fragments de poils restants sont recouverts de plaque de spores fongiques. La peau de ces endroits est dense et moyennement rouge, couverte de nombreuses écailles grisâtres.

Ce sont des symptômes généraux qui se manifestent dans cette forme de pathologie, mais il existe également des options atypiques. Il existe les types de maladie suivants:

  1. Forme infiltrante. La lésion s'élève au-dessus du reste de la peau. A un aspect rouge, œdémateux, les cheveux se cassent au niveau de 4 mm.
  2. Forme suppurative. Il y a un fort processus inflammatoire, la tache est dense et épaisse. Des nodules rouge bleuâtre avec des pustules se forment à la surface, qui libèrent du pus lorsqu'ils sont pressés..
  3. Exsudatif. Il y a un œdème sévère. Rougeur, petites cloques au site d'infection. Les écailles collent ensemble en raison du liquide inflammatoire, une croûte se forme qui recouvre la tache.
  4. Trichophytoïde. Un grand nombre de petites lésions apparaissent sur la peau, elles se décollent faiblement. Les taches n'ont pas de contours nets, une inflammation évidente, des cassures de cheveux au niveau de 2 mm.
  5. Séborrhéique. Des cheveux clairsemés sont observés dans certaines zones de la tête. Dans ces endroits, le cuir chevelu aux écailles jaunâtres est visible. Si vous les décollez, les racines des cheveux du haut seront brisées..
  • Gâteau au mastic DIY - recettes pour les débutants
  • Comment changer l'échelle de la fenêtre du navigateur
  • Est-il possible de guérir le glioblastome cérébral et quel est le pronostic de la vie avec le cancer

Les causes

Les chiens et les chats sont la principale source d'infection. La pénétration de spores se produit non seulement lorsque l'enfant est en contact direct avec un animal malade, mais lorsqu'il touche des objets qui ont de la laine, des écailles. Le champignon continue de vivre dans le sol pendant encore 1 à 3 mois. L'infection ne peut survenir que par contact, les sources probables de microsporie peuvent être:

  • objets que le patient a touchés (personne ou animal);
  • les gens malades;
  • animaux malades;
  • le sol.

Qu'est-ce que SanPiN sur la microsporie?

La microsporie est une maladie fongique qui affecte la peau et les follicules pileux. Peut être causé par divers champignons du genre Microsporum: zoophiles ou anthropophiles.

La zoophilie est transmise par les animaux domestiques, principalement les chats. Les bactéries anthropophiles pénètrent sur la peau par contact avec des personnes et des objets qui ont été touchés par l'infection.

Cette lésion se transmet facilement entre les personnes et peut éclater en épidémies. Lorsque la microsporie est détectée dans les établissements d'enseignement, la quarantaine est introduite, effectuée selon les normes de SanPiN.

Diagnostic

La microsporie est diagnostiquée par un dermatologue qualifié. Le spécialiste recueille l'anamnèse du patient et examine également sa peau et ses cheveux. Les symptômes suivants indiquent la présence de microspories:

  • lésions sur peau lisse d'un diamètre de 0,5 à 3 cm, avec un centre écailleux blanc et des bords bosselés rougeâtres, généralement jusqu'à 3 morceaux dans une zone;
  • poils affectés qui ressemblent à des cercles atteignant 5 cm de diamètre avec des croûtes ou des bosses le long des bords; cheveux cassants qui se détachent à une hauteur de 4 à 6 mm de la tête et le reste est recouvert d'un film blanc;
  • desquamation de la peau, légères démangeaisons.

Pour les adultes et les enfants, la maladie n'entraîne pratiquement pas d'inconfort physique, elle n'est donc pas immédiatement détectée. La période d'incubation dure de 5 à 7 jours.

À ce stade, la maladie peut être transmise d'une personne infectée à des membres de la famille ou à des étudiants du même groupe, il est donc impératif de diagnostiquer non seulement le patient, mais aussi ceux qui l'entourent..

Pour établir avec précision la nature de la lésion, trois méthodes sont utilisées simultanément:

  1. Lampe en bois. Dans une pièce sombre, lors de l'utilisation d'une lampe Wood, les zones touchées de la peau et des cheveux sont mises en évidence avec une teinte verdâtre. Cette méthode est utilisée pour identifier les lésions chez l'homme et l'animal. Parfois, il permet d'identifier des lésions qui ne sont pas encore devenues visibles à l'œil humain, car les spores ont jusqu'à présent légèrement affecté la peau ou les cheveux.
  2. Examen microscopique. Pour examen, un grattage de la peau ou des cheveux est effectué. Au microscope, les spores sont trouvées, leur emplacement et leur quantité. Cela aide à confirmer le diagnostic préliminaire..
  3. Recherche culturelle. Il est nécessaire d'établir avec précision le type d'agent pathogène, car certaines dermatomycoses sont très similaires dans les symptômes à la microsporie. Dans les 3 jours, les raclures prélevées sur le patient restent dans le milieu nutritif, dans lequel la colonie de champignons se multiplie rapidement. Après 3 jours, il s'avère tellement élargi que les médecins parviennent à l'examiner attentivement et à déterminer le type de champignon.

Exigences de quarantaine pour la prévention du lichen à la maternelle

Dans les établissements préscolaires et scolaires, après la détection du patient, la quarantaine est établie. Le patient est envoyé pour traitement à domicile ou dans une institution spécialisée, et le reste des enfants est examiné par un dermatologue sans faute.

Les employés de l'établissement sont tenus d'informer la station sanitaire d'épidémie de la situation afin que des mesures de réduction des risques soient prises.

Pendant la période de quarantaine, les enfants doivent rester à la maison et ne pas visiter les terrains de jeux, les institutions publiques et les classes. Ils peuvent propager la maladie.

Tous les 5 jours, un dermatologue est obligé de vérifier l'état des élèves de la maternelle (du même groupe dans lequel le patient a étudié).

Si nous parlons d'un jardin d'enfants permanent, d'où les enfants ne peuvent pas rentrer immédiatement à la maison, la quarantaine est également assignée. Règles de base:

  • retirez tous les jouets mous et tapis;
  • les jouets durs doivent être lavés à l'eau tiède et au savon une fois par jour, dans une mangeoire - deux fois par jour;
  • les enfants mangent dans une pièce séparée, ils ne doivent pas visiter les lieux publics (cantines, salles de bain et toilettes communes, aires de jeux);
  • les enfants disposent de casiers où ils mettent leurs vêtements d'extérieur, tous les casiers doivent être numérotés et signés;
  • les autres objets personnels (brosses à dents, peignes) sont également numérotés, les éducateurs s'assurent qu'ils sont utilisés strictement par le propriétaire;
  • à la fin de chaque journée, les matelas et le linge de lit sont désinfectés ou aspirés;
  • le linge de lit et les vêtements des enfants mis en quarantaine sont lavés séparément de ceux des enfants des groupes sains.

SanPiN pour l'école

Dans les établissements d'enseignement général, les mêmes mesures sont prises que dans les établissements préscolaires. Une quarantaine est établie, les enfants sont régulièrement examinés par un dermatologue.

Un employé de SES est impliqué. Par sa décision, la désinfection finale des meubles rembourrés, des murs, du sol et du plafond, ainsi que d'autres choses est effectuée.

La désinfection focale finale élimine les spores fongiques et rend les locaux sûrs pour les enfants et les travailleurs.

La microsporie touche principalement les enfants de 5 à 12 ans. À partir de la puberté, la structure du sébum change, ainsi que la composition des cheveux. En conséquence, pour les élèves plus âgés, la maladie devient inoffensive, à l'exception des filles affaiblies.

Combien de jours dure la quarantaine?

La quarantaine est établie pour une période de 3 semaines (21 jours) à 45 jours. Le moment exact dépend de la nature de la microsporie.

La forme zoophile reste active pendant au plus un mois, par conséquent, la quarantaine est imposée pendant 21 à 30 jours. Mais les anthropophiles peuvent être dangereux jusqu'à 45 jours, et la période de quarantaine est fixée en conséquence.

Recommandations aux parents

Pendant la période de quarantaine, les enfants sont renvoyés chez eux, où ils doivent être gardés sous réserve d'un certain nombre de restrictions. La quarantaine doit être prise calmement.

Il est conseillé d'expliquer immédiatement son importance à l'enfant et de le calmer afin d'éviter des problèmes psychologiques. Les parents doivent accepter trois choses:

  1. La quarantaine est une mesure qui est plus nécessaire pour ceux qui les entourent que pour l'enfant lui-même. Par conséquent, même si les parents sont sûrs que l'enfant d'âge préscolaire ou l'écolier est en bonne santé, vous ne devriez pas l'emmener dans des lieux publics. Pendant la période d'incubation, les symptômes de la maladie peuvent être invisibles, mais les spores restent actives et sont transmises à d'autres.
  2. Un enfant représente un danger potentiel pour les membres du ménage, en particulier les enfants, les animaux domestiques et les femmes affaiblies. Il est nécessaire de limiter le contact d'un patient potentiel avec les groupes listés.
  3. Toutes les prescriptions émises par un dermatologue ou un employé d'une station sanitaire d'épidémie, y compris les exigences de désinfection en cours, doivent être suivies sans conteste.

Pendant la période de quarantaine, il est nécessaire de fournir à l'enfant un endroit séparé et des objets séparés qui n'entreront pas en contact avec les choses des autres membres de la famille..

Un lieu de couchage séparé, des couverts et de la vaisselle, des jouets sont attribués. Les vêtements sont rassemblés dans un sac spécial et lavés séparément.

Conclusion

La microsporie est une maladie désagréable, mais vous devez traiter son apparence calmement.

Malgré un traitement difficile, la quarantaine et le besoin de désinfection, les parents doivent rester calmes et suivre les instructions des médecins.

Dans ce cas, la quarantaine se terminera en toute sécurité pour l'enfant, sa famille et l'établissement d'enseignement..

Teigne: termes de quarantaine à la maternelle

Les jeunes enfants sont plus sensibles aux maladies fongiques en raison d'une immunité sous-développée. La teigne est le plus souvent diagnostiquée chez les enfants d'âge préscolaire. La maladie appartient au groupe des très contagieux. Le danger est que les spores fongiques sont très résistantes aux influences environnementales et peuvent rester actives pendant 1,5 à 2 ans, par conséquent, si un enfant d'un groupe est infecté, il est impératif d'informer la direction et d'introduire de toute urgence la quarantaine de la microsporie à la maternelle..

La teigne peut être mise en quarantaine

Manifestations sur la tête

Les premiers symptômes de la maladie se manifestent par une éruption cutanée sur la tête, les sourcils ou le long de la ligne des cils. L'éruption cutanée est une seule tache rose ou rougeâtre distincte des zones saines. Le diamètre des néoplasmes est d'environ 3,5 cm Une crête formée de bulles peut être observée autour de la tache. Après quelques jours, l'hyperémie dans les zones enflammées disparaît et la desquamation commence. Le champignon se nourrit de kératine, une protéine qui favorise la croissance des cheveux. Les spores fongiques remplissent le follicule, formant un dôme dense, ce qui interfère avec la nutrition normale des cheveux.Par conséquent, sur le site de l'éruption cutanée, elles deviennent cassantes et commencent à se rompre. Une forme légère de microsporie chez les enfants peut ressembler à une manifestation sévère de pellicules qui apparaît soudainement. Des démangeaisons légères ou sévères peuvent être ressenties sur le site de la peau enflammée, ce qui provoque une gêne. L'enfant devient pleurnichard, capricieux, des troubles du sommeil sont parfois observés. Lorsque le microsporum est endommagé par un champignon, des symptômes d'intoxication, de fièvre, de fièvre, d'inflammation des ganglions lymphatiques périphériques peuvent être observés. Cette complication s'appelle la gale, elle est assez dangereuse et difficile à traiter. Chez les enfants allergiques, les manifestations de la microsporie seront plus prononcées. L'infection par un champignon microsporum pour eux est lourde de l'apparition d'une forme érythémateuse-œdémateuse. Ce type est caractérisé par des brûlures sévères, des démangeaisons, l'apparition d'infiltrations purulentes, un gonflement. La surface des néoplasmes est recouverte de petites bulles, qui se déversent souvent, ce qui conduit à la formation d'une croûte dure.

La teigne provoque des démangeaisons et un inconfort sévères

Manifestations cutanées

Le manque de peau lisse se caractérise par l'apparition de grosses néoplasmes. Les lésions, rondes ou ovales, sont entourées d'un rouleau dense, s'élevant légèrement au-dessus des zones saines. Dans la partie centrale du foyer, la peau est claire, couverte de petites écailles. Les néoplasmes peuvent fusionner pour former de grandes lésions aux bords inégaux. Les éruptions cutanées peuvent être localisées n'importe où sur le corps, mais affectent le plus souvent la peau du visage, du cou, de la ceinture scapulaire supérieure. Les zones touchées de la peau lisse sont très irritantes.

Diagnostic

Dès que les parents suspectent un lichen, il est nécessaire de se rendre à un rendez-vous avec le pédiatre local. Il traite avec un spécialiste des maladies infectieuses et un dermatologue. Les néoplasmes sont examinés sous une lampe en bois. Dans une pièce sombre à la lumière de l'appareil, ils acquièrent une couleur émeraude. De plus, un grattage est prescrit. Peau et poils, les follicules des zones touchées sont utilisés comme biomatériaux pour la recherche. Ces études doivent être effectuées au moins 5 fois. Pour que le médecin puisse voir le tableau complet, il est nécessaire de passer des tests sanguins et urinaires. En cas d'écart par rapport à la norme, ils sont repris tous les 10 jours..

Des tests sanguins biochimiques sont effectués pour exclure l'oncologie, les maladies auto-immunes (lupus érythémateux).

L'étude est réalisée avant le début du traitement et à nouveau un mois plus tard. Lors de la confirmation du diagnostic de teigne, le pédiatre est tenu d'informer la direction de la maternelle et le SES d'une éventuelle épidémie de la maladie et d'exiger que le groupe soit mis en quarantaine.

La lampe de Wood aidera à faire le bon diagnostic

Selon SanPiN, dans les 3 jours, un avis doit être soumis à la FBUZ et à ses succursales, organisations de dispensaires territoriaux pour la peau, concernant l'identification d'un patient atteint de teigne diagnostiqué pour la première fois. Chaque fois qu'un nouveau cas apparaît, il est considéré comme principalement diagnostiqué. Au préscolaire, les informations sur le patient doivent être inscrites dans le journal de déclaration des maladies infectieuses. Il s'agit d'un document obligatoire conservé dans tous les établissements d'enseignement. Il est nécessaire de contrôler le nombre de patients et d'enregistrer les échanges d'informations entre les établissements de santé..

Activités de maternelle

Microsporie chez les enfants: mise en quarantaine à la maternelle, événements, termes que nous examinerons ci-dessous.

  • Le patient est isolé jusqu'à son hospitalisation ou jusqu'à ce que l'enfant soit ramené à la maison. La désinfection est effectuée de toute urgence. Il est nécessaire d'enlever tous les vêtements du patient, la literie, les jouets, enlever les tapis.
  • L'enfant n'est pas autorisé à visiter le jardin d'enfants, les piscines, divers cercles jusqu'à confirmation de sa récupération. L'absence de champignon doit être prouvée 3 fois par des tests sanguins et au moyen de recherches sous lampe à bois.
  • Pour assurer une isolation maximale, le patient se voit attribuer une chambre séparée, ses effets personnels doivent être retirés de l'utilisation générale..
  • Au cours des 3 premiers jours suivant la notification des patients atteints de teigne, les agents de santé préscolaires doivent examiner l'ensemble du groupe d'enfants en contact avec le patient. Des contrôles réguliers doivent être effectués jusqu'à ce que les mesures de désinfection finales soient prises. L'observation est réalisée 1 à 2 fois en 7 à 10 jours pendant 3 semaines à l'aide de lampes fluorescentes. Une condition préalable est de conserver une feuille d'observation, dans laquelle les données de chaque examen médical sont entrées.

La désinfection de routine doit être organisée par l'autorité sanitaire qui a diagnostiqué la maladie. Mesures préventives jusqu'à l'hospitalisation ou jusqu'à ce que l'enfant soit ramené à la maison organise un jardin d'enfants.

L'enfant malade doit être isolé

La désinfection est effectuée à temps si les mesures ont été lancées au plus tard 3 heures après la détection des premiers signes de la maladie. La désinfection dans le jardin implique les activités suivantes:

  • lavage de toute la literie, vêtements, peluches;
  • matelas et oreillers fumants;
  • jouets à rôtir à partir d'autres matières;
  • faire bouillir tous les plats;
  • le traitement des chaussures;
  • nettoyage à la vapeur de tapis;
  • les sols et toutes les surfaces, y compris les lits, les fenêtres et les appuis de fenêtre, sont nettoyés avec des désinfectants ou du chlore.

La dernière étape de la désinfection est effectuée lorsque l'enfant entre à l'hôpital pour traitement ou retourne au jardin, quel que soit le moment du traitement et de la récupération. Parfois, il est effectué 2 fois. La désinfection finale doit être effectuée non seulement à la maternelle, mais également au domicile du patient. Si plusieurs patients sont identifiés, une étude du territoire de l'établissement pour enfants doit être organisée. Le personnel médical du profil dermatovénérologique et l'épidémiologiste de la surveillance sanitaire et épidémiologique procèdent à l'examen. L'épidémiologiste détermine le moment de la désinfection finale et la portée des travaux.

L'agent de santé qui a diagnostiqué la maladie doit mener des activités de sensibilisation pour identifier la source de l'infection.

Selon les normes sanitaires, il ne devrait pas y avoir de chiens et de chats errants sur le territoire de l'institution, et dans la maternelle elle-même, aucun groupe ne devrait avoir d'aquariums avec des poissons et des reptiles, des perroquets et d'autres animaux. Pour eux, un espace de vie séparé devrait être équipé, auquel seuls les éducateurs emmènent les enfants. Si du lichen a été détecté à la maternelle, la quarantaine dure un mois ou plus. Le moment est fixé en fonction de la durée de la période d'incubation. Lorsqu'il est infecté par une personne, l'incubation a lieu pendant 8 à 30 jours, chez un animal - 4-7. La quarantaine dure plus de 30 jours en cas d'épidémie virale dans plusieurs groupes. Pendant ce temps, le jardin doit être fermé pendant plusieurs jours pour la désinfection, il ne doit pas être effectué en présence d'enfants en bonne santé.

La désinfection à la maternelle est requise

Recommandations aux parents

Tous les parents qui ont été en contact avec un patient atteint de zona, ceux qui vont juste sortir dans le jardin après une longue maladie, doivent être informés de la possibilité d'une infection. Les parents d'enfants de contact doivent prendre des mesures préventives:

  • laver tous les vêtements que l'enfant portait à haute température;
  • désinfectez l'appartement avec des antiseptiques;
  • aller à un rendez-vous avec un pédiatre local, se renseigner sur les actions à entreprendre, demander à prescrire une immunothérapie.

Il est conseillé à ceux qui viennent d'avoir une maladie infectieuse de s'abstenir d'aller à la maternelle jusqu'à ce que la situation se stabilise, car un enfant faiblement immunisé risque plus de tomber malade que les autres. Habituellement, dans les jardins d'enfants, les groupes ne sont pas fermés et la responsabilité du choix de conduire ou de ne pas conduire le bébé est attribuée aux parents. Si vous ne voulez pas que votre enfant soit infecté, demandez au médecin un certificat pendant un certain temps jusqu'à la fin de l'épidémie. Le médecin est obligé de délivrer un tel document et n'a pas le droit de vous refuser.

Conclusion

La microsporie de la peau et du cuir chevelu lisses chez les enfants est saisonnière, caractérisée par un degré élevé de contagiosité au contact direct du patient ou de ses effets personnels, meubles, etc. Afin d'éviter la propagation de la maladie, il est nécessaire de s'assurer que toutes les mesures préventives sont prises à temps dans les jardins d'enfants et que les normes sont respectées, prescrit par SanPiN. Bien que la maladie ne présente pas un grand danger avec un traitement rapide, il est important de se rappeler que pour les enfants allergiques et les enfants souffrant de troubles systémiques chroniques, la maladie peut être un test difficile. Il est conseillé aux parents dont l'enfant n'est pas tombé malade de s'abstenir de visiter la garderie jusqu'à ce que la situation soit stable.

Mise en quarantaine de la microsporie au jardin d'enfants de Sanpin

MÉDECIN SANITAIRE EN CHEF D'ÉTAT DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

du 22 août 2014 N 50

Sur l'approbation de SanPiN 3.2.3215-14 "Prévention des maladies parasitaires sur le territoire de la Fédération de Russie"

(tel que modifié le 29 décembre 2015)

____________________________________________________________________
Document avec les modifications apportées:
Résolution du médecin hygiéniste en chef de la Fédération de Russie du 29 décembre 2015 N 97 (Portail Internet officiel d'informations juridiques www.pravo.gov.ru, 02/03/2016, N 0001201602030029).
____________________________________________________________________



Conformément à la loi fédérale du 30.03.99 N 52-FZ sur le bien-être sanitaire et épidémiologique de la population (Recueil de lois de la Fédération de Russie, 1999, N 14, Art.1650; 2002, N 1 (Partie 1), Art.2; 2003, no 2, article 167; no 27 (partie 1), article 2700; 2004, no 35, article 3607; 2005, no 19, article 1752; 2006, no 1, article 10; no 52 (partie 1), article 5498; 2007 N 1 (partie 1), article 21, article 29; N 27, article 3213; N 46, article 5554; N 49, article 6070; 2008, 24, article 2801; N 29 (partie 1), article 3418; N 30 (partie 2), article 3616; N 44, article 4984; N 52 (partie 1), article 6223; 2009, n ° 1, article 17; 2010, n ° 40, article 4969; 2011, n ° 1, article 6; n ° 30 (partie 1), article 4563, article 4590, article 4591, article 4596; 50, Art 7359; 2012, N 24, Art 3069; N 26, Art 3446; 2013, N 27, Art 3477; N 30 (partie 1), Art 4079; N 48, Art 6165 ; 2014, N 26 (partie 1), Art.3366, Art.3377 et la Résolution du Gouvernement de la Fédération de Russie du 24 juillet 2000 N 554 "Sur l'approbation du Règlement sur le Service national sanitaire et épidémiologique de la Fédération de Russie et du Règlement sur la normalisation sanitaire et épidémiologique d'État" (Collecté la législation de la Fédération de Russie, 2000, n ° 31, article 3295; 2004, n ° 8, article 663; 47, article 4666; 2005, N 39, art. 3953)

Je décrète:

1. Approuver les règles et normes sanitaires et épidémiologiques SanPiN 3.2.3215-14 "Prévention des maladies parasitaires sur le territoire de la Fédération de Russie" (Annexe).

Inscrit
au ministère de la justice
Fédération Russe
12 novembre 2014,
immatriculation N 34659

Règles et normes sanitaires et épidémiologiques SanPiN 3.2.3215-14. Prévention des maladies parasitaires sur le territoire de la Fédération de Russie

Règles et normes sanitaires et épidémiologiques SanPiN 3.2.3215-14

(tel que modifié le 29 décembre 2015)

I. Portée

1.1. Ces règles et réglementations sanitaires et épidémiologiques (ci-après - règles sanitaires) sont élaborées conformément à la législation de la Fédération de Russie.

1.2. Les règles sanitaires établissent des exigences pour un ensemble de mesures organisationnelles, sanitaires et anti-épidémiques (préventives), dont la mise en œuvre vise à prévenir l'apparition et la propagation de maladies parasitaires.

1.3. Le respect des règles sanitaires et épidémiologiques est obligatoire sur tout le territoire de la Fédération de Russie pour les organes de l'État, les autorités publiques des entités constitutives de la Fédération de Russie, les municipalités, les fonctionnaires des organismes publics, les fonctionnaires des autorités publiques des entités constituantes de la Fédération de Russie, les fonctionnaires des collectivités locales, les citoyens, les entrepreneurs individuels et personnes morales.

1.4. Le contrôle de la mise en œuvre de ces règles sanitaires est effectué par des organismes autorisés à effectuer une surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral conformément à la législation de la Fédération de Russie.

II. Dispositions générales

2.1. Afin de prévenir l'émergence et la propagation de maladies parasitaires, les mesures sanitaires et anti-épidémiques (préventives) prévues par les règles sanitaires et autres actes juridiques réglementaires de la Fédération de Russie, y compris les mesures pour la mise en œuvre du contrôle de la production, pour les examens médicaux, l'éducation hygiénique et éduquer la population.

2.2. La protection sanitaire du territoire de la Fédération de Russie pour empêcher l'importation de maladies parasitaires en provenance d'autres pays est assurée conformément à la législation de la Fédération de Russie.

III. Mesures pour assurer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral

3.1. Les mesures visant à assurer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral (ci-après dénommée surveillance épidémiologique) des maladies parasitaires comprennent une surveillance continue par des fonctionnaires autorisés à effectuer une surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral du processus épidémiologique afin d'évaluer la situation de la population humaine et des objets environnementaux, de développer et d'ajuster mesures sanitaires et anti-épidémiques (prophylactiques) pour prévenir l'apparition et la propagation de maladies parasitaires parmi la population et la formation de foyers épidémiques avec morbidité de groupe.

3.2. Les activités de surveillance des maladies parasitaires comprennent:

- évaluation continue de l'ampleur, de la prévalence et de l'importance socio-économique des maladies parasitaires;

- identification des tendances du processus épidémique;

- identification des régions, oblasts, agglomérations à haut niveau de morbidité et de risque d'infection;

- l'identification des causes et des conditions qui déterminent le niveau et la structure de l'incidence des maladies parasitaires sur le territoire; contrôle et évaluation raisonnable de l'étendue de leur prévalence;

- évaluation de la qualité et de l'efficacité des mesures préventives et anti-épidémiques en cours;

- planifier la séquence des activités et le calendrier de leur mise en œuvre;

- élaboration de prévisions de la situation épidémiologique.

3.3. Le diagnostic épidémiologique est le principal outil de surveillance épidémiologique.

Le diagnostic épidémiologique est réalisé à partir d'une analyse épidémiologique rétrospective et opérationnelle de l'incidence.

3.4. Une analyse épidémiologique rétrospective à long terme est réalisée depuis au moins 5 ans et prévoit:

- analyse de la dynamique à long terme de la morbidité (incidence);

- analyse de la morbidité par territoire;

- analyse de la morbidité par groupes d'âge, sexe, contingents de population;

- analyse des foyers épidémiques de maladies parasitaires pour des formes nosologiques spécifiques;

- analyse par facteurs de risque, en tenant compte des sources et des facteurs de transmission de la parasitose;

- analyse du diagnostic de laboratoire de la parasitose;

- conclusions et propositions pour l'élaboration de mesures préventives.

Une analyse épidémiologique rétrospective de l'incidence de la parasitose doit être réalisée annuellement.

3.5. L'analyse épidémiologique opérationnelle est réalisée dans le contexte d'une montée épidémique de la morbidité ou de l'enregistrement des foyers épidémiques de morbidité de groupe. L'analyse épidémiologique comprend un suivi constant de la dynamique de la morbidité, en tenant compte d'un agent étiologique spécifique, une évaluation de la situation sanitaire et épidémiologique, la formulation d'un diagnostic épidémiologique préliminaire et final avec l'établissement des causes et des conditions d'une augmentation de l'incidence ou de la formation d'un foyer épidémique.

3.6. Selon les indications épidémiques (non programmées), les responsables autorisés à effectuer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral, une décision est prise sur la fréquence et le volume des analyses de laboratoire des sols, des eaux usées et de leurs sédiments, des plans d'eau de surface, qui sont utilisés à des fins récréatives et comme sources de consommation domestique. alimentation en eau, eau de piscine, eau potable à différentes étapes du traitement de l'eau.

IV. Identification, enregistrement et enregistrement des maladies parasitaires

4.1. L'identification des patients et des personnes suspectées de parasitose est réalisée par des organisations médicales dans tous les types de soins médicaux.

Les éléments suivants sont soumis à un examen pour les helminthiases et les protozoses intestinales: les enfants fréquentant des organisations d’éducation préscolaire; le personnel des organisations d'éducation préscolaire; les élèves du primaire, les enfants, les adolescents, les groupes de population décrétés et assimilés lors des examens médicaux et préventifs; enfants, adolescents pour les indications épidémiques; les enfants et les adolescents qui postulent pour les établissements préscolaires et autres organisations éducatives, les orphelinats, les orphelinats, les orphelinats, les internats, les soins de sanatorium, les organisations de santé, les services pour enfants des hôpitaux; les enfants de tous âges des organisations d'enfants de type fermé et qui restent toute l'année, les enfants malades et les adultes des cliniques et des hôpitaux, les personnes qui communiquent avec les patients.

4.2. La sélection d'échantillons biologiques pour la recherche sur la parasitose est effectuée par le personnel médical des organisations médicales, des organisations éducatives et autres.

4.3. La livraison du matériel biologique au laboratoire est effectuée dans des conteneurs scellés, garantissant sa sécurité et la sécurité du transport.

4.4. Les études en laboratoire pour identifier les agents pathogènes de la parasitose sont menées par des organisations et des entrepreneurs individuels autorisés à travailler avec des micro-organismes des groupes de pathogénicité III-IV.

4.5. L'organisation et la conduite d'examens programmés des enfants fréquentant des établissements préscolaires, des organisations éducatives scolaires et d'autres organisations d'enfants sont assurées par les dirigeants de ces organisations..

4.6. Aux fins de l'examen annuel prévu des enfants pour la parasitose, les responsables des organisations éducatives, en collaboration avec les organisations médicales (systèmes de santé étatiques, municipaux et privés), élaborent un calendrier pour la sélection et la livraison d'échantillons de matériel biologique pour la recherche..

4.7. Pour chaque cas de parasitose, le personnel médical des organisations médicales (systèmes de santé étatiques, municipaux et privés) envoie dans les 12 heures une notification d'urgence à l'organe territorial de l'organe exécutif fédéral habilité à effectuer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral.

4.8. Lors de l'identification des personnes atteintes de parasitose, les agents habilités à effectuer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'Etat fédéral mènent une enquête épidémiologique en remplissant une fiche d'enquête épidémiologique pour un cas de maladie parasitaire.

4.9. En cas de modification ou de clarification du diagnostic, les travailleurs médicaux des organisations médicales se présentent par téléphone, puis dans les 12 heures envoient une notification d'urgence par écrit concernant la modification ou la clarification du diagnostic à l'organe territorial de l'organe exécutif fédéral habilité à effectuer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral.

4.10. Chaque cas de maladie parasitaire fait l'objet d'un enregistrement et d'une inscription au registre des maladies infectieuses du lieu de leur détection..

4.11. Les personnes infectées sont soumises à un traitement ambulatoire ou hospitalier sur la base de leur consentement volontaire éclairé et en tenant compte du droit de refuser une intervention médicale.

4.12. Afin de détecter activement et de prévenir la propagation des maladies parasitaires, des examens préventifs de routine sont effectués auprès des fonctionnaires et des employés des organisations dont les activités sont liées à la production, au stockage, au transport et à la vente de nourriture et d'eau potable, à l'éducation et à l'éducation des enfants, aux services communaux et aux consommateurs de la population (ci-après - décrété groupes de population).

4.13. En cas de menace d'émergence et de propagation de maladies parasitaires, les agents habilités à effectuer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'Etat fédéral donnent des instructions aux citoyens et aux personnes morales pour qu'ils prennent des mesures sanitaires et anti-épidémiques supplémentaires, y compris dans le cadre de l'examen de laboratoire et de la surveillance médicale et de l'exécution des travaux de désinfection, de désinfestation, lutte antiparasitaire et dératisation.

4.14. L'organisation et la conduite des indications planifiées et épidémiques des examens des groupes de population décrétés pour la présence de maladies parasitaires sont assurées par les chefs d'organisations et les entrepreneurs individuels sur leur lieu de travail.

4.15. Toutes les personnes invasives identifiées bénéficient d'une observation dispensaire dans les organisations médicales compétentes.

4.16. Pour chaque personne invasive, un formulaire d'observation dispensaire est rempli.

4.17. Le retrait de l'enregistrement du dispensaire est effectué après le traitement et la réception des résultats négatifs de la recherche en laboratoire de matériel biologique.

4.18. La responsabilité de l'exhaustivité, de la fiabilité et de la rapidité de l'enregistrement et de l'enregistrement des cas de parasitose, ainsi que des informations rapides et complètes à leur sujet, incombe au chef de l'organisation médicale sur le lieu de détection du patient..

V. Exigences relatives aux mesures de prévention de certains groupes de maladies parasitaires

5. Activités de prévention du paludisme.

5.1. La collecte et l'analyse des données sur les cas locaux ou importés de paludisme sont effectuées par des organisations médicales et des organismes habilités à effectuer une surveillance sanitaire et épidémiologique.

5.2. Les organismes habilités à effectuer la surveillance sanitaire et épidémiologique déterminent l'ensemble des mesures antipaludiques sanitaires et anti-épidémiques (préventives) (Tableau 1).

5.3. L'organisation d'activités de prévention du paludisme sur le territoire d'une entité constitutive de la Fédération de Russie est réalisée par les autorités de l'État dans le domaine de la protection de la santé des entités constitutives de la Fédération de Russie en collaboration avec les départements intéressés, les administrations locales des municipalités. Lors de l'organisation des mesures antipaludiques, un stock irréductible de médicaments antipaludiques est fourni pour le traitement de tous les types de paludisme, y compris la primaquine, et des mesures de désinfestation sont prises pour détruire les moustiques (adultes, larves), là où la transmission du paludisme sur trois jours est possible..

5.4. La période de réalisation des activités de prévention du paludisme dans un foyer actif de paludisme de trois jours est effectuée pendant 3 ans en raison de l'apparition possible de patients atteints de paludisme après une incubation prolongée.

5.5. Les organisations qui envoient des employés dans les pays des zones subtropicales et tropicales, ou les agences de voyages organisant des voyages dans ces pays, informent ceux qui partent:

- sur la possibilité de contracter le paludisme et la nécessité de respecter des mesures préventives (protection contre les piqûres de moustiques et utilisation de médicaments chimiopréventifs efficaces dans le pays hôte);

- sur la nécessité de rechercher immédiatement des soins médicaux qualifiés en cas de maladie fébrile lors d'un séjour dans un pays d'endémie

- de la nécessité de consulter immédiatement un médecin après son retour en cas de maladie fébrile et de l'informer de la durée du séjour dans les pays des zones subtropicales et tropicales et de la prise de médicaments chimiopréventifs.

Les spécialistes envoyés dans les pays des zones subtropicales et tropicales dans les zones où il n'y a pas de premiers soins reçoivent une dose courante de médicaments antipaludiques.

5.6. Les chefs des organisations de transport qui se rendent dans des pays où le paludisme tropical est répandu, ainsi que les secouristes et le personnel militaire temporairement dans ces pays, reçoivent un sac contenant des médicaments antipaludiques prophylactiques et des piqûres de moustiques. Ces personnes subissent une chimioprophylaxie.

5.7. Les militaires des troupes frontalières et des formations interarmes qui servent sur le territoire de pays où le paludisme de trois jours est répandu, 14 jours avant la démobilisation ou le départ des zones d'endémie vers le territoire de la Fédération de Russie, reçoivent un traitement préventif contre le paludisme.

5.8. Le dépistage du paludisme est soumis à:

- les personnes qui sont arrivées de zones d'endémie palustre ou qui ont visité des pays d'endémie au cours des trois dernières années avec une augmentation de la température, avec l'un des symptômes suivants dans un contexte de température corporelle supérieure à 37 ° C: malaise, maux de tête, hypertrophie du foie, de la rate, jaunissement de la sclérotique et de la peau, herpès, anémie;

- personnes avec un diagnostic inconnu, fébriles pendant 5 jours;

- patients avec un diagnostic établi, mais avec des augmentations périodiques continues de la température, malgré un traitement spécifique;

- personnes vivant dans un foyer actif, avec une augmentation de la température.

Tableau 1. Principales activités de lutte contre le paludisme

En l'absence d'infection

Lors de l'importation d'une infection pendant une période où la transmission est possible

Dans les foyers actifs

1. Identification des cas de paludisme

Prétraitement des personnes fébriles susceptibles de contracter le paludisme tropical

Traitement des porteurs malades et / ou parasitaires

Examen épidémiologique du foyer

Chimioprophylaxie saisonnière hors saison

Vérification de l'absence de paludisme

II. Mesures entomologiques et de désinsectisation

Surveillance vectorielle

Calcul du moment de la saison d'infection effective des moustiques et de la saison de transmission du paludisme

Observation des sites de reproduction et de la dynamique de leurs zones, certification des plans d'eau sur le territoire des agglomérations et dans un rayon de 3 km avec reconstitution annuelle des données

Prévention de la formation de réservoirs anophélogènes et réduction de la superficie des

Protéger la population des piqûres de moustiques avec des répulsifs, des vêtements de protection et des appareils d'électro-fumigation

Traitement des locaux avec des insecticides

Traitement des réservoirs anophélogènes avec des larvicides

Contrôle de qualité entomologique des traitements larvicides et imagocides

III. Formation du personnel

IV. Travail sanitaire et éducatif au sein de la population

Vi. Mesures de prévention des helminthiases transmises par la viande et les produits carnés

6.1. Les chefs d'organisations, ainsi que les entrepreneurs individuels fournissent:

- la qualité et la sécurité de la viande et des produits à base de viande dans le processus de leur production et de leur vente conformément aux exigences des règlements techniques;

- la mise en œuvre de mesures de désinfection préventive et de dératisation sur les territoires des fermes et complexes d'élevage, des abattoirs, des entrepôts de produits carnés, dans les entreprises de l'industrie alimentaire, les organisations de restauration publique et de commerce alimentaire et dans d'autres installations d'importance épidémiologique particulière;

- informer les organisations médicales, vétérinaires et de chasse des cas de détection d'helminthiases transmises par la viande chez les animaux sauvages et d'élevage, ainsi que des cas de maladie humaine.

6.2. Exigences relatives aux méthodes de désinfection des produits carnés.

6.2.1. Exigences pour la congélation de la viande:

- les carcasses de bovins sont congelées jusqu'à ce que la température atteigne moins 12 ° C dans l'épaisseur de la viande (la température est mesurée dans l'épaisseur des muscles de la hanche à une profondeur de 7 à 10 cm avec un thermomètre spécial). Dans ce cas, un vieillissement ultérieur n'est pas nécessaire. A une température dans l'épaisseur de la viande moins 6-9 ° C, la carcasse est conservée au réfrigérateur pendant au moins 24 heures;

- les carcasses de porc sont congelées jusqu'à ce que la température atteigne moins 10 ° C dans la viande et sont conservées à une température de l'air dans la chambre de moins 12 ° C pendant 10 jours. À une température dans l'épaisseur de la viande de moins 12 ° C, la carcasse est conservée à une température de l'air dans un réfrigérateur de moins 13 ° C pendant 4 jours (la température est mesurée dans l'épaisseur des muscles de la hanche à une profondeur de 7 à 10 cm avec un thermomètre spécial).

6.2.2. Exigences pour chauffer la viande:

- les parties de carcasses de bovins ou de porcs sont divisées en morceaux pesant jusqu'à 2 kg et jusqu'à 8 cm d'épaisseur et bouillis pendant 3 heures à l'air libre ou 2,5 heures dans des chaudières fermées avec une pression de vapeur excessive de 0,5 MPa.

6.2.3. Exigences pour le salage de la viande:

- les parties de carcasses de bovins ou de porcs sont divisées en morceaux ne pesant pas plus de 2,5 kg, frottées et recouvertes de sel de table à raison de 10% par rapport à la masse de viande, puis remplies de saumure avec une concentration d'au moins 24% de sel de table et vieillies pendant 20 jours.

6.2.4. Les produits carnés désinfectés peuvent être utilisés comme matières premières alimentaires après des tests de laboratoire (études) pour les indicateurs parasitologiques des cysticerques vivants des ténias des bovins et du porc.

6.2.5. La viande et les produits de sa transformation, obtenus de l'abattage de bétail privé, d'organisations de l'industrie de la viande et d'entrepreneurs individuels sont donnés (retournés) au propriétaire sous une forme désinfectée.

6.2.6. Les déchets d'abattoir et de cuisine destinés à l'alimentation des animaux de compagnie et des animaux à fourrure sont soumis à un traitement thermique obligatoire.

Vii. Mesures de prévention des helminthiases transmises par les poissons, crustacés, mollusques, amphibiens, reptiles et leurs produits

7.1. Afin d'identifier les helminthiases dans la zone (zone) désignée d'un réservoir d'eau douce, 25 individus de chaque type d'hôtes intermédiaires et supplémentaires (taille commerciale) de pathogènes de la biohelminthiase sont examinés.

7.2. Dans des laboratoires d'essais accrédités, 20 individus de la taille commerciale d'hôtes supplémentaires d'agents pathogènes de la biohelminthiase communs sur ce territoire sont examinés. Si le résultat est négatif, le nombre de spécimens de poissons étudiés est porté à 40. Si le résultat négatif est confirmé, le réservoir est considéré comme sûr. Les poissons capturés dans ces réservoirs sont autorisés à la vente sans restrictions. Des études ultérieures dans ce réservoir sont réalisées après 3 ans.

7.3. Si des poissons infectés par des larves de biohelminthes se trouvent dans un réservoir, tous les poissons de cette espèce et d'autres espèces pouvant jouer le rôle d'hôtes supplémentaires de biohelminthes, ainsi que les produits de la pêche, sont désinfectés des larves de biohelminthes avant d'être vendus. Les produits de la pêche provenant de ces réservoirs qui n'ont pas subi de désinfection ne sont pas autorisés à la vente.

7.4. Les espèces de poissons de la famille des cyprinidés sont de la plus grande importance épidémiologique: l'ide, le naseux, la tanche, le rudd, le gardon, la dorade, dont l'infestation par les larves d'opisthorchidés atteint 60-100%. Ces espèces de poissons, capturées dans les plans d'eau des territoires d'endémie pour l'opisthorchiase, ne font l'objet de recherches d'indicateurs parasitologiques qu'après désinfection préalable..

7.5. Le poisson et les produits de la pêche, dans lesquels une ou plusieurs larves viables d'helminthes ont été découvertes lors de l'étude des indicateurs parasitologiques, ne sont pas autorisés à la vente et doivent être désinfectés.

7.6. La désinfection du poisson et des produits de la pêche se fait par congélation, salage et traitement thermique.

7.7. Exigences relatives aux méthodes de désinfection et aux modes de traitement du poisson et des produits de la pêche.

7.7.1. Exigences pour la congélation du poisson:

- le poisson est désinfecté des larves de ténia dans les modes de congélation indiqués dans le tableau 2.

Tableau 2. Modes de désinfection des poissons à partir des larves de ténias

(moins ° C) dans le corps du poisson

Brochet, lotte, collerette, perche

Saumon kéta, saumon rose, kunja, sima, Sakhalin taimen

Peled, omul, corégone, omble chevalier, muksun, large, saumon, tugun, ombre, touladi

Temps requis pour la désinfection


- à partir de larves d'opisthorchidés et d'autres trématodes, le poisson est désinfecté selon les modes de congélation indiqués dans le tableau 3.

Tableau 3. Modes de désinfection des poissons à partir des larves d'opisthorchides

Température corporelle du poisson

Temps requis pour la désinfection


Remarque: Compte tenu de la résistance significative des larves de trématodes aux basses températures, la congélation du poisson à des températures supérieures ne garantit pas sa désinfection..


- les poissons de mer, crustacés, mollusques, amphibiens et reptiles contenant des larves vivantes d'anisakidés et autres helminthes dangereux pour l'homme et les animaux, sont désinfectés par congélation à la température dans le corps des poissons (crustacés, mollusques, amphibiens, reptiles), le temps d'action de cette température et les conditions de stockage ultérieures selon le tableau 4.

Tableau 4. Modes de désinfection des poissons marins à partir des larves d'anisakidés et autres helminthes dangereux pour l'homme et les animaux

Température corporelle du poisson

Temps d'action de la température

Conditions de stockage ultérieures

Selon les règles de stockage actuelles

Stockage ultérieur à une température ne dépassant pas moins 18 ° C pendant 7 jours. De plus, selon les règles de stockage actuelles

Stockage ultérieur à une température ne dépassant pas moins 12 ° C pendant 7 jours. De plus, selon les règles de stockage actuelles


- s'il est impossible de prévoir des modes de congélation garantissant la désinfection des produits de la pêche, il ne doit être utilisé à des fins alimentaires qu'après un traitement thermique à chaud ou une stérilisation (conserves).

7.7.2. Exigences pour le salage du poisson:

- lorsqu'il est infecté par les larves du ténia large, le poisson est désinfecté par l'ambassadeur dans les modes indiqués dans le tableau 5.

Tableau 5. Régimes de salage du poisson lors de la désinfection des larves de ténia

Durée du salage, garantissant la désinfection

Fraction massique de sel dans la viande de poisson (%)


- la décontamination du saumon d'Extrême-Orient à partir des larves de diphyllobothriides est effectuée par toutes les méthodes de salage industriel, lorsque la fraction massique de sel dans la viande du dos du poisson atteint 5%;

- la désinfection des corégones, des salmonidés et des poissons d'ombre des larves de goélands est effectuée par un salage faible mixte (densité de saumure 1,18-1,19) pendant 10 jours, lorsque la fraction massique de sel dans la viande de poisson atteint 8-9%;

- la désinfection du poisson à partir des larves d'opisthorchidés et d'autres trématodes est réalisée en utilisant un salage mixte fort et moyen (la densité de la saumure dès le premier jour de salage est de 1,20 à une température de + 1-2 ° C) lorsque la fraction massique de sel dans la viande de poisson atteint 14%. Dans ce cas, la durée du salage doit être:

- goujon, sombre, vairon, verkhovka - 10 jours;

- gardon, naseux, rudd, chevesnes, dorades bleues, yeux blancs, podust, sabre, aspe, petits ides (jusqu'à 25 cm), dorade, tanche - 21 jours.

Un salage plus faible ou moins prolongé du poisson est autorisé, seulement après sa congélation préliminaire dans les modes indiqués dans le tableau 2.

7.7.3. Exigences pour le salage du caviar de poisson:

Lors du salage des œufs de poisson en tant que produit indépendant, la désinfection des larves du ténia large est effectuée de la manière suivante:

- le salage à chaud (température plus 15-16 ° C) est effectué avec la quantité de sel (en pourcentage par rapport au poids du caviar): 12% - 30 minutes; 10% - 1 heure; 8% - 2 heures; 6% - 6 heures;

- salage réfrigéré (à une température de plus 5-6 ° C), effectué avec la quantité de sel (en pourcentage du poids de caviar): 12% - 1 heure; 10% - 2 heures; 8% - 4 heures; 6% - 12 heures;

- le salage réfrigéré des œufs de corégone et autres poissons infectés par les larves de goéland, est effectué avec une quantité de sel de 5% en poids de caviar pendant 12 heures.

Le caviar de saumon anadrome et de poisson d'esturgeon est salé après élimination des larves.

7.7.4. Exigences relatives au traitement thermique du poisson et des produits de la pêche:

- le poisson est cuit en portions pendant au moins 20 minutes à partir du moment de l'ébullition, les boulettes de poisson - au moins 5 minutes à partir du moment de l'ébullition, les crustacés et les mollusques - dans les 15 minutes;

- les poissons (galettes de poisson) sont frits par portions dans la graisse pendant 15 minutes. Les gros morceaux de poisson pesant jusqu'à 100 g sont frits à plat pendant au moins 20 minutes. Les petits poissons sont frits entiers pendant 15 à 20 minutes.

7.7.5. Les poissons de mer, destinés au fumage à froid et à chaud, au salage et au marinage, à la production de conserves, sont précongelés dans les modes spécifiés dans le tableau 4.

7.7.6. Il est interdit de déverser les produits de la pêche des déchets de transformation dans les plans d'eau et les décharges, ainsi que de les nourrir aux animaux sans désinfection préalable..

7.7.7. La responsabilité de la mise en œuvre de ces mesures incombe aux entrepreneurs individuels et aux personnes morales engagés dans l'élevage, la culture, la capture (capture), la transformation, le stockage et la vente de poissons, d'invertébrés aquatiques, de mammifères aquatiques, d'autres animaux aquatiques dans leur habitat naturel, d'installations d'aquaculture, d'aliments pour poissons. des produits.

VIII. Mesures de prévention de l'échinococcose, de l'alvéococcose

8.1. Groupes à risque d'infection par l'agent causal de l'échinococcose (chasseurs, bergers, éleveurs de rennes, bergers, travailleurs des fermes à fourrure, des fermes d'élevage, des zoos, des procureurs de fourrures, des travailleurs des magasins de fourrures, des vétérinaires, des personnes engagées dans la capture de chiens, des propriétaires de chiens, des travailleurs des réserves naturelles, des réserves, de la foresterie, des ramasseurs et acheteurs de champignons, de baies, ainsi que des membres de leur famille) lors des examens médicaux préventifs et périodiques, les examens médicaux sont soumis à un examen d'échinococcose.

8.2. L'organisation des mesures préventives de l'échinococcose comprend:

- suivi opérationnel (surveillance) de la situation épidémique;

- analyse épidémiologique des informations sur l'échinococcose sur le territoire pendant une certaine période de temps (données sur l'incidence de la population, le nombre de chirurgies pour l'échinococcose, le handicap, la mortalité, les dommages économiques, la nature et le volume des mesures sanitaires et hygiéniques et thérapeutiques et préventives);

- éducation à l'hygiène par les médias;

- réglementation de la garde des chiens errants, de leur vermifuge.

8.3. Les objets de la recherche sanitaire et helminthologique sont les lieux de garde des chiens, les fermes d'élevage, ainsi que les ménages.

8.4. La prévention de la contamination des humains et des animaux d'élevage comprend:

8.4.1 Assurer la vermifugation des précieux chiens de troupeaux de rennes, de traîneaux et autres chiens sur le territoire des villes et villages.

8.4.2. Fourniture aux autorités locales et aux personnes morales de l'enregistrement et de l'enregistrement des chiens, de la réglementation du nombre de chiens errants en les capturant et en les gardant dans des crèches spéciales. Lors de la mise en œuvre de programmes régionaux, de plans globaux pour le bien-être sanitaire et épidémiologique de la population, l'organisation et la mise en œuvre de ces activités relèvent des pouvoirs des autorités exécutives des entités constitutives de la Fédération de Russie.

8.4.3. Le déparasitage préventif contre les cestodes des priotaires, gardiens, éleveurs de rennes, traîneaux, chasseurs et autres chiens est effectué 5 à 10 jours avant de conduire les animaux aux pâturages et les chasseurs à la chasse. Le déparasitage des chiens est effectué sur des sites spéciaux, les excréments isolés après le traitement sont collectés dans un récipient en métal et traités avec des médicaments ayant un effet ovicide. Le sol recouvert de ciment est en cours de traitement.

8.4.4. Pour promener les animaux domestiques dans les colonies, des zones spéciales doivent être attribuées, indiquées par des panneaux. Dans les zones de promenade des animaux de compagnie, des conteneurs spéciaux sont installés pour collecter les excréments d'animaux.

8.4.5. L'efficacité de la désinfection du fumier et du ruissellement du fumier est effectuée lors du contrôle de la production une fois par mois et au cours des activités de contrôle et de surveillance par des agents habilités à effectuer une surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral avec des tests de laboratoire pour les indicateurs parasitologiques.

8.4.6. Afin de prévenir l'infection des humains, des chiens et des animaux à fourrure des cages en plein air avec alvéococcose, les mesures suivantes sont prises:

- dans les lieux où la fourrure est capturée, dans chaque établissement et dans les quartiers d'hiver de chasse, des salles spéciales sont équipées pour l'enlèvement, le traitement primaire des peaux d'animaux, la collecte des carcasses affectées et leur élimination, qui répondent aux normes sanitaires et hygiéniques. Les locaux sont pourvus d'une quantité d'eau suffisante. Le sol, les murs et l'équipement doivent avoir une surface lisse. Les déchets issus du traitement des peaux sont brûlés. Manger, conserver de la nourriture dans ces locaux est strictement interdit.

IX. Mesures de prévention de la dirofilariose

9.1. La prévention de l'infection des humains et des animaux par les dirofilaires repose sur l'interruption de la transmission de l'invasion: extermination des moustiques, identification et vermifuge des chiens domestiques infestés, prévention du contact des moustiques avec les animaux domestiques et les humains.

9.2. Dans les villes et les établissements ruraux dans les lieux (zone du parc, zone de loisirs pour les personnes et les promeneurs de chiens, chenils), où se forment des foyers de dirofilariose, des spécialistes - entomologistes des institutions de Rospotrebnadzor assurent l'observation de la phénologie, de l'écologie et de la composition des espèces des vecteurs de dirofilaria, déterminent le moment de la reproduction et de la masse départ des moustiques.

9.3. Dans les foyers de dirofilariose, un traitement continu des réservoirs est effectué - le délarvation, les locaux résidentiels et non résidentiels sont traités avec des insecticides.

9.4. L'examen et le déparasitage des chiens et chats domestiques envahissants sont effectués au printemps et en été. Les chiens non invasifs dans une zone endémique subissent une chimioprophylaxie pour prévenir la dirofilariose.

9.5. Des répulsifs de longue durée sont utilisés pour empêcher les animaux de compagnie et les humains d'entrer en contact avec les moustiques.

9.6. Le personnel médical effectue un travail d'explication avec la population sur la prévention de la dirofilariose à l'aide des médias.

X. Mesures de prévention de l'ascaridiose, de la trichocéphalose et de la toxocarose

10.1. Les foyers d'ascaridiose, de trichocéphalose diffèrent par le degré de leur étendue, déterminé par le niveau d'implication de la population et le nombre de micro-foyers.

10.2. Sur le territoire de la Fédération de Russie, plusieurs types de foyers d'ascaridiose et de trichocéphalose sont distingués (tableau 6).

Tableau 6. Types de foyers d’ascariose et de trichocéphalose sur le territoire de la Fédération de Russie

10.3. Les responsables des organisations impliquées dans la culture et la vente de légumes, de fruits, d'herbes et de leurs produits transformés assurent la sécurité des produits en termes d'indicateurs sanitaires et parasitologiques.

10.4. Les mesures anti-épidémiques pour prévenir l'ascaridiase et la trichocéphalose comprennent:

- identification des sources d'invasion et établissement de micro-foyers;

- examen épidémiologique de l'épidémie lors de la détection de la géohelminthiase;

- amélioration des micro-foyers et des foyers de géohelminthiase;

- traitement des infestés (avec contrôle d'efficacité 14 jours après le déparasitage, trois fois avec un intervalle de 7 à 10 jours) et examen des habitants du micro-foyer (pendant 2 ans par an);

- surveillance sanitaire et parasitologique des objets environnementaux à chaque foyer (des points de contrôle sont établis lors de l'enquête épidémiologique);

- désinfection du sol, des eaux usées;

- l'interdiction d'utiliser les excréments d'une personne envahie comme engrais;

- observation du foyer (micro-foyer) de l'ascaridiase pendant 2 ans (le micro-foyer est retiré du registre après 2 ans en l'absence d'enregistrement des personnes envahies, ainsi que des résultats négatifs de la recherche sanitaire et parasitologique des sols).

10.5. La décision de procéder à la désinfestation des objets et la portée des mesures visant à améliorer l'épidémie sont prises par l'organisme habilité à effectuer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral..

10.6. Les mesures de prévention de l'ascaridiose, de la trichocéphalose et de la toxocarose comprennent:

- analyse de l'incidence, de la morbidité de la population;

- prévention de la contamination par les œufs d'helminthes du sol, les légumes, les fruits, les baies, les légumes de table cultivés dessus, ainsi que les plats préparés à partir de ceux-ci, consommés sans traitement thermique;

- contrôle sanitaire et parasitologique de la sécurité des produits végétaux;

- contrôle sanitaire et parasitologique des sources d'approvisionnement en eau pour la population;

- contrôle sanitaire et parasitologique de l'efficacité des installations de traitement des eaux usées en termes de qualité du déparasitage (désinvasion) dans le cadre du contrôle de la production, du suivi et de la supervision planifiée;

- contrôle sanitaire et parasitologique de la qualité de la désinfestation des eaux usées et de leurs sédiments utilisés pour l'irrigation et la fertilisation des terres agricoles et des serres;

- analyse et évaluation de l'efficacité des mesures préventives;

- réglementation du nombre de chiens errants dans les colonies;

- l'attribution d'aires de promenade pour chiens sur le territoire des ménages et assurer leur bon état;

- désinfection du sable dans les sablières et prévention de leur contamination par les excréments de chiens et de chats;

- nettoyage sanitaire des territoires des colonies;

- respect de l'hygiène personnelle dans la vie quotidienne, dans les lieux publics, ainsi qu'au contact du sol, du sable et des produits végétaux;

- éducation et formation à l'hygiène;

- élaboration de plans complets pour la prévention des maladies parasitaires, y compris la géohelminthiase.

XI. Mesures de prévention de l'entérobiose et de l'hyménolépose

11.2. La prévention de l'hyménolépose comprend l'ensemble de mesures suivant:

- identification des patients et des porteurs parasitaires atteints d'hyménolépose;

- enquête sur les groupes de population décrétés;

- traitement des personnes invasives identifiées et chimioprophylaxie des personnes de contact;

- contrôle sanitaire et parasitologique des objets de l'environnement extérieur, y compris l'eau de piscine, le sable, l'eau potable et autres;

- surveillance de la circulation de l'agent causal de l'hyménolépose dans les groupes à risque accru d'infection;

- mise en œuvre de mesures sanitaires et hygiéniques pour se conformer au régime anti-épidémique;

- détermination du niveau de risque d'infection en fonction de la situation épidémiologique et des résultats du contrôle sanitaire et parasitologique et (ou) du niveau d'infection des personnes examinées dans l'épidémie;

- élaboration de plans globaux, de programmes ciblés pour la prévention des maladies parasitaires;

- éducation et formation hygiéniques de la population.

11.2.1. L'identification des porteurs malades et / ou parasitaires est réalisée lors d'examens préventifs, planifiés, préalables à l'admission au travail et à des examens médicaux périodiques.

11.2.2. Les éléments suivants sont soumis à un examen pour l'hyménolépose:

- les enfants des organisations d'éducation préscolaire;

- le personnel des organisations d'éducation préscolaire;

- élèves du primaire (1-4);

- enfants, adolescents, groupes de population décrétés pour les indications épidémiques et lors des examens médicaux et préventifs;

- les enfants postulant pour des établissements préscolaires et autres organisations éducatives, des foyers pour enfants, des orphelinats, des internats, pour un traitement en sanatorium, dans des organisations de santé;

- patients ambulatoires et hospitalisés des polycliniques et hôpitaux pour enfants;

- les personnes en contact avec le patient et / ou l'entérobiose (porteuse parasitaire), l'hyménolépose;

- personnes admises à la piscine.

11.2.3. Des examens préventifs programmés des enfants et du personnel de service dans les organisations préscolaires et les organisations éducatives en âge de fréquenter l'école primaire sont effectués une fois par an (après la période estivale) et (ou) selon les indications épidémiques.

11.2.4. Examen préventif périodique planifié pour l'hyménolépose - une fois par an, les groupes de population décrétés sont soumis.

11.3. Les personnes infestées de ténia nain sont soumises à un traitement obligatoire en ambulatoire ou en hospitalisation (si nécessaire, isolement pour des raisons épidémiologiques).

11.4. Les personnes infestées d'une chaîne naine appartenant aux groupes décrétés de la population sont mutées vers un autre emploi pour la durée du traitement. S'il est impossible de transférer temporairement ces travailleurs (pour la période de traitement et d'examen du laboratoire de contrôle), ils sont suspendus du travail avec paiement d'une indemnité.

11.5. Les enfants infestés par le ténia nain ne sont pas autorisés à se rendre dans les établissements d'enseignement préscolaire pendant la période de traitement et d'examen de laboratoire de contrôle.

XII. Mesures de prévention des protozoses intestinales (giardiase, amibiase, cryptosporidiose, balantidiose, blastocystose et autres)

12.1. Actions préventives:

- analyse de l'incidence de la population adulte et enfantine;

- examen des contingents épidémiologiquement significatifs de la population: enfants et personnels des établissements d'enseignement lors de leur admission dans l'organisation puis une fois par an, groupes de population arrêtés lors de l'admission au travail puis une fois par an, personnes en contact avec des patients, des patients hospitalisés et ambulatoires selon les indications;

- contrôle sanitaire et parasitologique dans les locaux des établissements d'enseignement préscolaire, des organisations de restauration;

- protection des plans d'eau contre la pollution par les eaux usées, le ruissellement de surface;

- contrôle sanitaire et parasitologique de la qualité de l'eau potable et de l'eau des plans d'eau de surface;

- avec un approvisionnement en eau décentralisé, y compris à partir de réservoirs naturels: eau bouillante, utilisation de dispositifs de filtration et de désinfectants, eau potable en bouteille;

- respect des exigences sanitaires et épidémiologiques des organisations médicales;

- respect des régimes sanitaires, hygiéniques et antiépidémiques dans les établissements d'enseignement préscolaire;

- la formation hygiénique des groupes de population décrétés, y compris les employés des organismes d’éducation préscolaire;

- respect des règles de détention des animaux, assurant leur protection contre l'infection par des protozoaires;

- élaboration de plans complets de prévention des maladies parasitaires, y compris les protozoaires intestinaux.

12.2. Mesures anti-épidémiques:

- identification des patients et / ou porteurs de parasites (examen en laboratoire du copromatériau de personnes à haut risque d'infection, de patients présentant des infections intestinales aiguës d'étiologie inconnue, dysbiose intestinale);

- l'envoi d'une notification d'urgence d'un cas détecté de protozoaires intestinaux à l'administration territoriale de Rospotrebnadzor;

- examen épidémiologique de l'épidémie pour identifier les cas de protozoses intestinales;

- traitement des patients présentant des protozoses intestinales avec contrôle de son efficacité après 10 à 14 jours. Le critère d'efficacité est deux résultats négatifs d'une étude en laboratoire réalisée avec un intervalle de 2-3 jours;

- établir le diagnostic du portage d'agents pathogènes des protozoses intestinales chez les personnes appartenant aux groupes de population décrétés. Avec leur accord, les chefs d'organisations et les entrepreneurs individuels sont temporairement mutés vers un autre emploi pour la période de traitement et les examens de contrôle après le traitement. S'il est impossible de transférer, temporairement pour la période de traitement et d'examen, ils sont suspendus du travail avec paiement des prestations d'assurance sociale conformément à la législation de la Fédération de Russie;

- mesures sanitaires et hygiéniques et de désinfection (désinfection des matières fécales des porteurs malades et / ou parasites, désinfestation du fumier, ruissellement du fumier et autres).

XIII. Exigences relatives aux mesures de prévention des poux de tête et de la gale

13.1. Les mesures pour prévenir les poux de tête et la gale comprennent:

- examens programmés de la population pour les poux de tête;

- mise à disposition d'équipes organisées (organisations d'éducation préscolaire, orphelinats, foyers pour enfants, organisations stationnaires pour les loisirs et l'amélioration de la santé des enfants) avec literie amovible, produits d'hygiène personnelle, désinfectants et détergents;

- équipement de matériel de désinfection et fourniture de désinfectants aux organisations médicales, centres d'accueil, organismes de sécurité sociale, centres de détention provisoire, maisons de nuit, résidences temporaires pour migrants, laissez-passer sanitaires, bains, blanchisseries.

13.2. L'inspection des poux et de la gale est soumise à:

- enfants fréquentant des organisations d’éducation préscolaire - tous les mois;

- étudiants de l'enseignement général et des organisations d'enseignement professionnel - 4 fois par an;

- internats, enfants vivant dans des orphelinats, orphelinats - conformément à la législation de la Fédération de Russie;

- enfants partant en vacances dans des organismes de santé - avant le départ;

- enfants dans une organisation de santé infantile - hebdomadaire;

- patients admis pour un traitement hospitalier - à l'admission puis une fois tous les 7 jours;

- les personnes qui font partie des organisations du système de sécurité sociale - 2 fois par mois;

- ambulatoires - après traitement;

- employés d'organisations - lors des examens médicaux et des examens préventifs.

13.3. Si des poux de tête sont détectés chez des personnes admises à l'hôpital, une désinfection est effectuée dans le service d'admission. Les effets personnels des malades et les vêtements spéciaux du personnel qui a effectué le traitement sont placés dans un sac en toile cirée et envoyés à la chambre de désinfection pour désinfection.

13.4. Lors de l'admission des enfants dans un établissement d'enseignement préscolaire, un examen est effectué pour les poux de tête et la gale.

13.5. Si des enfants atteints de poux de tête sont identifiés, ils sont envoyés en réadaptation avec suspension de la visite d'un établissement d'enseignement préscolaire. L'admission des enfants dans les établissements d'enseignement préscolaire après rééducation est autorisée s'il existe un certificat médical attestant l'absence de poux de tête.

13.6. Si des poux sont détectés, les étudiants sont suspendus de visiter l'organisation pour la durée du traitement. Ils ne peuvent être admis dans les organisations éducatives qu'après l'achèvement d'un complexe de traitement et de mesures prophylactiques avec un certificat de confirmation d'un médecin..

13.7. Pour les personnes ayant été en contact avec un patient souffrant de pédiculose, un suivi médical est mis en place pour une durée de 1 mois avec des examens 1 fois en 10 jours, avec la saisie des résultats de l'examen dans le journal.

13.8. Les résultats de l'examen pour les poux de tête et la gale des personnes entrant en traitement hospitalier et (ou) demandant un rendez-vous ambulatoire sont consignés dans des documents médicaux.

13.9. Un patient atteint de gale arrivant pour traitement du service des urgences (ou identifié dans le service) est isolé dans une salle séparée (salle d'isolement). Après consultation d'un dermatovénérologue et confirmation du diagnostic, le patient (adultes et enfants de plus de 1 an) est traité et distribué des articles à usage individuel (serviette, gant de toilette, savon en petit emballage). Les repas sont organisés dans la salle. Les sous-vêtements et la literie du patient sont traités.

13.10. Les manipulations concernant les patients atteints de gale, ainsi que le nettoyage des locaux, sont effectués à l'aide d'un équipement de protection individuelle - gants en caoutchouc, blouses séparées. Les gants en caoutchouc et l'équipement de nettoyage sont désinfectés après le nettoyage..

13.11. Lorsque la gale est détectée chez des enfants fréquentant des établissements d'enseignement préscolaire et d'enseignement général, des personnes seules, des personnes âgées, des personnes handicapées, des personnes vivant dans des foyers, des membres de familles nombreuses, des migrants, des personnes sans domicile fixe, le traitement est effectué par des organisations spécialisées à la demande avec traitement en chambre des sous-vêtements et du linge de lit.

13.12. Les personnes atteintes de poux du pubis sont envoyées au dispensaire dermatovénérologique du lieu de résidence afin de confirmer le diagnostic et d'effectuer un ensemble de mesures anti-épidémiques.

13.13. Si la gale est détectée chez les enfants d'âge préscolaire et scolaire, ils sont suspendus de fréquentation des établissements d'enseignement préscolaire et d'enseignement général pendant la durée du traitement. Ils ne peuvent être admis dans les établissements d'enseignement qu'après l'achèvement d'un ensemble de traitements et de mesures prophylactiques avec un certificat de confirmation d'un médecin..

13.14. La question du traitement préventif des personnes ayant été en contact avec un patient atteint de gale est tranchée par le médecin, en tenant compte de la situation épidémiologique. Les personnes qui ont été en contact avec le patient sont impliquées dans ce traitement, ainsi que des organisations où plusieurs cas de gale ont été enregistrés, ou où dans (période d'un mois) de nouveaux patients sont détectés lors de la surveillance de l'épidémie. Dans les organisations où le traitement préventif des personnes de contact n'a pas été effectué, l'examen de la peau des étudiants est effectué trois fois avec un intervalle de 10 jours.

13.15. Si la gale est détectée dans l'organisation, une désinfection en cours est effectuée.

13.16. Dans les services d'admission des organisations médicales, les sous-vêtements et les vêtements des patients entrants sont traités dans une chambre de désinfection ou désinfectés avec un insecticide, ou temporairement exclus de l'utilisation (les sous-vêtements et les vêtements sont placés dans des sacs en plastique pendant au moins trois jours). La literie utilisée par les patients atteints de gale dans les hôpitaux est traitée dans des chambres de désinfection ou désinfectée avec un insecticide.

XIV. Mesures de prévention de la démodécie

14.1. Actions préventives:

- respect des normes générales d'hygiène (salons de coiffure, instituts de beauté, bains, saunas, piscines, parcs aquatiques et autres);

- le respect des règles d'hygiène personnelle lors du soin de la peau du visage et des yeux;

- examen de démodécie des groupes à risque: travailleurs des organisations médicales (médecins de laboratoire des laboratoires de diagnostic, ophtalmologistes, dermatologues et autres), coiffeurs, cosmétologues.

14.2. Mesures anti-épidémiques:

- l'identification des patients et / ou des porteurs parasites lors des examens médicaux, selon les indications épidémiologiques et (ou) lors des contacts avec les organisations médicales;

- demodex demodex décontamination d'équipements, de matériaux, de surfaces de travail dans des salons de coiffure, des salons de beauté et autres;

- surveillance des objets environnementaux dans les bains, saunas, salons de coiffure, instituts de beauté et autres.

XV. Mesures de prévention des maladies parasitaires transmises par les piqûres d'insectes et de tiques

15.1. Afin de prévenir l'incidence de maladies parasitaires transmises par les piqûres d'insectes et de tiques par des personnes morales, des entrepreneurs individuels, un ensemble de mesures acaricides préventives est en cours:

- l'amélioration des parcs, des places, des cimetières, des territoires des organisations sanitaires, des lieux de loisirs de masse et de résidence de la population;

- traitement acaricide des parcs, places, cimetières, organismes de santé, centres de loisirs, y compris les animaux domestiques et d'élevage;

- des mesures de dératisation pour réduire le nombre d'hôtes de tiques (rongeurs sauvages) dans les zones défrichées;

- mesures de prévention (anti-épidémique) de désinsectisation afin de réduire le nombre d'insectes suceurs de sang, en tenant compte des résultats de la surveillance entomologique, y compris dans les lieux de formation de foyers de maladies à transmission vectorielle (plans d'eau à proximité des agglomérations et des zones de loisirs, zones de promenade et de garde des chiens, dans des locaux résidentiels et non résidentiels et autres );

- traitement avec des préparations acaricides insecticides à large spectre d'action pour chiens et chats;

- former la population aux méthodes de protection individuelle des humains et des animaux domestiques contre les insectes hématophages et les tiques.

15.2. Afin de surveiller la circulation des insectes hématophages et des tiques (porteurs de maladies parasitaires) et de prévoir la situation entomologique, les organismes habilités à effectuer la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'Etat fédéral assurent un suivi entomologique planifié des objets environnementaux (zones de plans d'eau, zones de loisirs, etc.).

XVI. Exigences relatives aux mesures de protection de l'environnement contre la contamination par des agents pathogènes de maladies parasitaires

16.1. Les mesures préventives visant à assurer la protection de l'environnement contre la contamination par des agents pathogènes des maladies parasitaires sont prises par les autorités publiques des entités constitutives de la Fédération de Russie, les autorités publiques dans le domaine de la protection de la santé des entités constitutives de la Fédération de Russie, ainsi que les départements intéressés, les administrations locales; personnes morales, entrepreneurs individuels.

16.2. Des mesures préventives, y compris des mesures de désinfection, sont effectuées en continu dans les installations de traitement des eaux usées domestiques, industrielles, mixtes et de l'élevage, quels que soient les résultats des contrôles sanitaires et parasitologiques (planifiés, suivi, production). Au reste des objets (territoires d'habitat, zones de loisirs, plages publiques, territoires des établissements préscolaires et éducatifs, zones de promenade des animaux et autres), en cas de détection d'agents pathogènes de maladies parasitaires, des mesures anti-épidémiques sont prises pour assurer la protection de l'environnement.

16.3. Des études sanitaires et parasitologiques dans les installations spécifiées à l'article 16.2, réalisées dans le cadre de la production, du suivi et du contrôle planifié (non programmé), sont effectuées afin de contrôler la qualité de l'efficacité de la désinfection (vermifugation / désinfestation), y compris en utilisant le contrôle instrumental des paramètres technologiques des méthodes industrielles de déparasitage / désinfestation, qui implique le transfert d'informations du capteur vers un réseau ouvert à l'aide d'appareils gsm et glonass (avec liaison obligatoire au lieu à l'aide de cartes électroniques) (Annexe aux présentes règles sanitaires).

16.4. Lors de la surveillance des mesures de protection de l'environnement contre la contamination par des agents pathogènes parasitaires, des études de surveillance sanitaire et parasitologique sont effectuées.

16.5. Les mesures de protection de l'environnement contre la contamination par les œufs et les larves d'helminthes, les kystes (oocystes) des protozoaires pathogènes intestinaux comprennent:

- la protection des plans d'eau contre la pollution parasitaire, en assurant une protection en plusieurs étapes des sources d'eau de surface, à partir des bassins versants;

- assurer la bonne qualité de l'eau potable, avec la mise en place obligatoire d'un contrôle de production pour les indicateurs parasitologiques dans les stations d'épuration;

- l'utilisation de méthodes industrielles de désinfection (désinfection) (méthodes physiques, chimiques, biologiques et autres qui garantissent une qualité stable de désinfection des composants de l'environnement contre les agents pathogènes parasites avec la possibilité de contrôler et de contrôler instrumentalement les paramètres optimaux du processus technologique (température, dosage, temps d'exposition);

- amélioration des établissements, des fermes, des fermes individuelles, des zones de loisirs, des zones d'élevage et d'abattage du bétail;

- maintenir la propreté des territoires des colonies, des fermes et complexes d'élevage, des fermes et des fermes individuelles;

- collecte, stockage et désinfection des déchets ménagers solides;

- prévention de la contamination parasitaire des produits lors de la collecte, du transport, du stockage et de la vente de légumes, baies, légumes verts de table et autres produits d'origine végétale et animale dans le réseau commercial, sur les marchés et dans les organisations de restauration publique;

- assurer la désinfection des boues d'épuration produites dans les usines de traitement des eaux et les stations d'épuration, avant leur élimination;

- la prévention du rejet dans les eaux de surface des eaux usées et de leurs sédiments, les égouts du bétail, les eaux usées des transports fluviaux et maritimes, sans désinfection continue (absence d'œufs viables d'helminthes et de kystes de protozoaires pathogènes intestinaux) par des méthodes industrielles;

- prévention des kystes viables, des œufs et des larves d'agents pathogènes parasites dans les eaux usées et les boues d'épuration;

- mise en place d'un contrôle industriel des eaux usées et de leurs sédiments dans les stations d'épuration, les complexes d'élevage, les fermes pour les indicateurs parasitologiques;

- utilisation sur les champs agricoles de l'irrigation des eaux usées, de leurs sédiments et du ruissellement du bétail, désinfectés (ne contenant pas d'œufs viables d'helminthes et de kystes de protozoaires pathogènes intestinaux) par des méthodes industrielles;

- nettoyage de locaux d'habitation, locaux industriels pour l'approvisionnement, stockage, habillage des peaux, couture de produits en fourrure

- désinfection des peaux et des produits en fourrure;

- nettoyer les locaux des organisations préscolaires et scolaires;

- le respect des régimes de détention du bétail public et individuel, des animaux domestiques et des animaux fermés.

La mise en place de mesures de protection de l'environnement contre la pollution par les agents pathogènes des maladies parasitaires est effectuée conformément à la législation de la Fédération de Russie.

16.6. La prévention des maladies parasitaires dans les accidents et les urgences technologiques est assurée par:

- évaluation de la situation épidémique sur place avec la définition de l'échelle et des limites de l'urgence pour prendre des décisions de gestion (le premier jour après l'élimination des causes techniques de l'accident);

- échantillonnage des sols des territoires contaminés et adjacents pour des études sanitaires et parasitologiques sur une grille de 15 x 15 mètres à 50 x 50 mètres, selon la zone inondée (le premier jour après l'élimination des causes techniques de l'accident);

- indication des agents responsables des maladies parasitaires;

- évaluation des résultats des tests de laboratoire;

- organisation de mesures de désinfection, y compris l'utilisation de préparations ovicides de stimulation-inhibition biologique, avec un large éventail d'efficacité pour le traitement de vastes zones de zones contaminées (tableau 9);

- contrôle de la qualité des mesures prises pour décontaminer les territoires, y compris les études sanitaires et parasitologiques du sol aux jours 7 et 14;

- suivi des études sanitaires et parasitologiques du sol pendant 2 ans dans les foyers et micro foyers de géohelminthiase;

- suivi de la morbidité de la population vivant sur le territoire pollué pendant 2 ans, en l'absence d'enregistrement des cas de maladies dans les foyers et micro-foyers de géohelminthiase.

16.7. Mesures de désinfestation des objets environnementaux:

16.7.1. Désinfection des eaux usées (matières fécales).

Tableau 9. Méthodes et modes d’utilisation pour la désinfection des eaux usées

Méthode (méthode) de désinfection des eaux usées

Conditions et modes de traitement

Dates de mort des agents pathogènes des maladies parasitaires

Cogner les eaux usées avec de la paille, de la sciure de bois et d'autres composants absorbant l'eau. La taille des colliers est de 1,5 x 1,0 m, la longueur est arbitraire. Pose de tas au printemps, été, automne

À condition que la température du compost soit garantie d'être maintenue à 60 ° C pendant 3 mois *

Armoires sèches (traitement biothermique)

La température dans la chambre de biodégradation est de 35 à 40 ° C;
dans la chambre de pasteurisation - 70 ° С

Traitement des eaux usées dans les toilettes annexes:

Chaque mois, un seau de terre traité avec 2 litres de solution de prométrine (gesagart) est ajouté au contenu des puisards à raison de 45 g de médicament pour 1 litre d'eau

Ajout d'une des préparations à raison de 8% au volume d'eaux usées (pour 10 kg 80 g de la préparation)

0,2-2,0% en poids d'eaux usées (pour 10 kg 2-20 g de préparation)

- préparations à base de quaternaire-
composés d'ammonium

Solution à 2,0% dans un rapport de 1: 2 avec eaux usées

_______________
* Remarque: pour assurer une désinfestation de haute qualité, en l'absence de maintien garanti de la température de "pasteurisation" du compost pendant la période d'exposition, il est nécessaire d'utiliser des méthodes industrielles, y compris l'utilisation d'ovicides biologiques d'inhibition-stimulation.

16.7.2. Déchets solides municipaux.

Les déchets ménagers solides sont désinfectés:

- dans des chambres biothermiques, à une température de 65 à 80 °, la mort des œufs d'helminthes survient après une exposition de 12 à 17 jours;

- en tas de compost mesurant 1,5 x 1,0 mètre de longueur arbitraire; durées de désinfestation de plusieurs mois à 1,5 an;

- compostage au champ en tas de compost de 10-25 m de long avec une section trapézoïdale avec une base de 3-4 m, face supérieure 2-3 m, 1.5-2 m de haut, situé à la surface du sol ou dans des tranchées de 0,5 m de profondeur; température d'auto-échauffement 50-60 ° С, temps de compostage 8-12 mois;

- traitement en bio-fûts à 2000 tr / min - dans les 2 jours;

- combustion et pyrolyse (décomposition) dans des ouvrages d'art spéciaux.

16.7.3. Désinfection / déparasitage des eaux usées.

La désinfection / vermifugation des eaux usées est effectuée sur:

- stations aéro-biologiques;

- installations de traitement biologique artificiel (champs d'irrigation souterrains);

- sur les filtres biologiques des installations de traitement des eaux usées (post-traitement des eaux usées dans les champs irrigués d'une capacité allant jusqu'à 100 m3 / jour);

- fosses septiques à une, deux, trois chambres, puits filtrants (pour le drainage, respectivement, vers les fosses septiques spécifiées 1, 3, 15 m3 / jour d'eaux usées);

- fosses septiques, réservoirs de stockage, filtres à gravier de filtration.

Pour la désinfestation des eaux usées des navires de transport fluvial et maritime sont utilisés:

- placards secs;

- installations utilisant du chlore actif. L'effet combiné d'une température d'au moins 50 ° C + une dose de chlore actif 10-20 mg / l pendant 30 minutes;

- mesures pour l'évacuation des eaux usées après le pompage des navires dans le système d'assainissement de la ville (stations de traitement des déchets).

Pour la désinfection des effluents du transport ferroviaire, des placards secs sont utilisés (traitement biothermique avec une température dans la chambre de biodégradation de 35-40 ° C avec une exposition d'au moins 4 heures; dans une chambre de pasteurisation - 70 ° C avec une exposition d'au moins 20 minutes).

16.7.5. Désinfection du lisier et du lisier.

Aux fins de la désinfection du fumier liquide et du ruissellement du fumier, les opérations suivantes sont effectuées:

- traitement thermique de la fraction de lisier et de boue avec une teneur en humidité de 96 à 98% dans une installation de chauffage par contact grâce à l'alimentation d'une torche haute température (supérieure à 1200 ° C), formée lors de la combustion de combustible liquide ou gazeux, directement dans la masse traitée Mode de traitement: exposition d'au moins 3 minutes, température de masse à la sortie de l'installation 48-50 ° С. L'efficacité est obtenue en mélangeant à plusieurs reprises la masse traitée avec de l'air comprimé dans la zone de facteur thermique;

- traitement thermique du lisier et du lisier dans une installation à jet de vapeur. La désinfection est assurée en mode ligne à une température de masse à la sortie de l'installation de 80 ° C et une exposition d'au moins 5 minutes;

- traitement du lisier et de la fraction de boue avec de l'ammoniac liquide dans un récipient fermé à une concentration de 2-3%, exposition pendant 2 jours, à une température de masse initiale de 10 ° C et plus;

- le traitement du lisier, du ruissellement du lisier et de la fraction de boue avec des préparations biologiques d'inhibition-stimulation conformément au mode d'emploi.
(Paragraphe tel que modifié, entré en vigueur le 14 février 2016 par les amendements n ° 1 du 29 décembre 2015.

Le traitement des surfaces, des objets, des matériaux, du matériel de nettoyage dans les locaux d'élevage est effectué à l'aide de désinfectants.

16.7.6. Désinfection du sol, du sable.

La désinfection du sol, le sable à la première étape est réalisée par le traitement:

- produits à base d'herbicides;

- des moyens à base de composés d'ammonium quaternaire;

- préparations d'ovicides par inhibition-stimulation biologique;

- sel de table (1 kg par 1 m). Il est utilisé pour la désinfestation des sols les plus contaminés par les larves d'ankylostomes une fois tous les 10 jours;

- en utilisant un système de rotation des cultures: au départ, le site est semé avec des radis, des radis, de l'ail, des oignons, après la récolte - encore une fois avec des pois. L'effet est également obtenu avec le semis simultané de cultures telles que l'ail-radis, l'oignon-radis et certaines autres familles de légumineuses, les liliacées. La mort des œufs se produit sur deux périodes estivales.

16.7.7. Désinfection des légumes, fruits, légumes verts de cantine.

Pour décontaminer les légumes, les fruits, les légumes verts de table des œufs d'helminthes, on utilise des produits végétaux pré-trempés dans l'eau pendant 20 à 30 minutes avant de rincer soigneusement dans une passoire sous l'eau courante pendant 5 à 10 minutes, avec des secousses périodiques. Les oignons, le persil et la laitue sont pré-nettoyés du sol, puis démontés en feuilles, tiges et plumes séparées. L'effet est obtenu en les lavant à l'eau savonneuse, puis en les rinçant à l'eau courante. Pour les baies à surface rugueuse ou à structure lobée (fraises, fraises des bois, framboises), elles sont lavées avec une solution à 1,0% de soude, puis à l'eau claire. Une faible solution d'iode (0,2-0,5%) est utilisée pour désinfecter les légumes des œufs et des larves de vers ronds, trichures, ankylostomides, strongylides.

16.7.8. Désinfection des articles ménagers, jouets, linge.

Pour la désinfection du linge de lit, il est recommandé de faire bouillir et de repasser des deux côtés. Les couvertures en laine, les tapis, les matelas, les couvertures, les rideaux sont traités avec un aspirateur (suivi d'un dépoussiérage à l'aide de désinfectants approuvés), séchés et secoués au soleil, repassés à travers un chiffon avec un fer chaud. La poussière des conteneurs d'aspirateurs après neutralisation est éliminée dans les égouts généraux.

Dans les régions aux hivers rigoureux, les articles ménagers et le linge sont emportés à l'extérieur les jours de gel, étant donné que les œufs d'oxyures meurent à une température de -15 ° C pendant 40 à 45 minutes.

Le linge, les jouets et autres objets sont désinfectés dans la chambre de désinfection.

La désinfection des peluches et autres objets à surface rugueuse est assurée par un traitement avec un aspirateur. Les surfaces des locaux, les éviers, les robinets, les poignées de porte, les jouets en cellophane et en caoutchouc, etc. sont désinfectés par irrigation ou essuyage avec des agents approuvés.

16.7.9. Désinfection de l'eau potable.

Pour purifier et désinfecter l'eau potable des agents pathogènes parasites (œufs d'helminthes, kystes de lamblia, oocystes de cryptosporidium et autres), un ensemble de mesures est utilisé dans les usines de traitement des eaux, y compris comme traitement préliminaire:

- filtration (sable, diatomite, clinoptilite, titane, cermets);

- sorption (charbon de bois, oxyde de manganèse et autres);

- l'utilisation de résines échangeuses d'ions;

- utilisation de l'action combinée des sorbants et des résines échangeuses d'ions;

- à la deuxième étape - traitement aux rayons ultraviolets avec un agent oxydant fort (peroxyde d'hydrogène);

- ozonation;

- l'impact du rayonnement MPE (puissant rayonnement optique pulsé);

- l'utilisation dans les stations d'épuration de matériaux filtrants d'une taille de pore d'au moins 1 micron, assurant la rétention des oocystes de cryptosporidium.

Le traitement des boues formées dans les stations d'épuration susceptibles d'être éliminées à des fins de désinfestation est effectué avec des préparations biologiques d'inhibition-stimulation.

16.7.10. Désinfection des peaux de carnivores sauvages et domestiques, de la fourrure et des produits à fourrure.

Pour le traitement des peaux d'animaux domestiques et sauvages, le processus technologique qui assure l'élimination complète des oncosphères téniides devrait inclure le traitement primaire, le lavage, le trempage, le rinçage, le brossage, le décapage, le tannage, l'engraissement, le séchage (à une température de 30-33 ° C), le brochage, le laminage, secouer, casser, broyer et secouer à nouveau. L'étape de transport des peaux avec de la sciure doit être d'au moins 9 heures avec la fréquence de remplacement de la sciure - 6 fois par an. Les travailleurs impliqués dans le traitement primaire des peaux doivent travailler avec des gants et une protection respiratoire.

La désinfection des peaux et des produits en fourrure à partir d'oncosphères téniides est assurée par irradiation avec une lampe à quartz au mercure ou d'autres sources de rayonnement ultraviolet.

Les locaux sont dotés de suffisamment d'eau pour les besoins sanitaires et industriels. Le sol, les murs et l'équipement doivent être lisses et faciles à nettoyer. Les murs des locaux et des équipements sont traités avec de l'eau bouillante ou un désinfectant, et les déchets issus du traitement des peaux sont brûlés. Il est strictement interdit de manger, de stocker de la nourriture et de fumer dans ces zones..

16.7.11. Désinfection d'autres objets environnementaux.

16.7.11.1. Pendant la journée de travail, des conteneurs contenant des matières fécales et des boues d'épuration sont placés dans des plats émaillés, remplis d'un agent chloroactif, suivis d'une désinfection avec des agents recommandés pour une utilisation conformément aux règles sanitaires.

16.7.11.2. Les déchets biologiques sont désinfectés avec des médicaments approuvés pour utilisation.

16.7.11.3. Les lames de verre, pipettes, bouchons, tubes à essai, tiges de verre, béchers et autres usagés sont pliés pendant une journée de travail dans un récipient contenant une solution désinfectante jusqu'à immersion verticale complète. La désinfection finale est effectuée par ébullition dans l'eau (à partir du moment de l'ébullition pendant au moins 30 minutes) avec l'ajout de savon à lessive ou de détergent liquide. L'autoclavage est acceptable dans des conditions appropriées.

16.7.11.4. L'efficacité de la désinfection et de la désinfection du matériel biologique, de la verrerie de laboratoire, des matériaux auxiliaires et d'emballage est assurée dans des unités à micro-ondes pour la désinfection des déchets médicaux.

16.7.11.5. La désinfection des agents pathogènes des maladies parasitaires sur les surfaces et dans l'air des locaux est réalisée par traitement avec des détergents et désinfectants approuvés, suivi d'une irradiation ultraviolette.

16.7.11.6. Les surfaces de travail des tables de laboratoire sont désinfectées avec de l'alcool éthylique à 96%, puis enflammées.

16.7.11.7. L'équipement (centrifugeuses, microscopes, réfrigérateurs) est traité avec de l'alcool éthylique à 70%.

16.7.11.8. Les combinaisons, serviettes et articles de nettoyage sont bouillis dans une solution de savon et de soude à 2,0% ou une solution de détergent à 0,5%.

16.7.11.9. Le matériel de nettoyage (chiffons, brosses) est bouilli ou traité avec des désinfectants.

16.7.11.10. Le nettoyage de routine des locaux du laboratoire est effectué quotidiennement avec une méthode humide après la fin de la journée de travail: dans la zone «propre» du laboratoire avec l'utilisation de détergents, dans la zone «infectieuse» avec l'utilisation de désinfectants. Dans les loges, un nettoyage général hebdomadaire est effectué avec l'utilisation de désinfectants. Après un nettoyage humide, les lampes germicides s'allument.

16.7.11.11. À la fin des travaux, le personnel médical traite les mains avec une solution désinfectante ou d'alcool éthylique à 70%, suivi d'un lavage au savon.

XVII. Education hygiénique de la population sur la prévention des maladies parasitaires

17.1. L'éducation à l'hygiène de la population est l'une des principales méthodes de prévention des maladies parasitaires.

17.2. L'éducation et la formation à l'hygiène sont dispensées avec une formation professionnelle en hygiène et une certification des fonctionnaires et des employés des organisations dont les activités sont liées à la production, au stockage, au transport et à la vente de nourriture et d'eau potable, à l'éducation et à la formation des enfants, aux services communaux et aux consommateurs pour la population.

17.3. L'éducation à l'hygiène de la population comprend: fournir à la population des informations détaillées sur les maladies parasitaires, les principaux symptômes de la maladie et les mesures préventives à l'aide de bulletins, des médias, du réseau d'information et de communication "Internet".

17.4. L'éducation hygiénique de la population sur la prévention des maladies parasitaires est organisée et réalisée par des organismes habilités à effectuer une surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État fédéral, les autorités nationales des entités constitutives de la Fédération de Russie dans le domaine de la protection de la santé, des centres de prévention médicale, des organisations médicales.