Analgésiques pour l'herpès zoster

Le zona est causé par le virus de l'herpès, qui pénètre dans le corps humain et y reste pour toujours. En règle générale, cette maladie infectieuse est typique des personnes de plus de cinquante ans. Il se manifeste par de multiples éruptions cutanées cloques sur la peau, qui, de plus, provoquent une douleur assez aiguë.

Dans l'enfance, cette maladie est définie comme le virus Zoster, ses manifestations sont similaires à la varicelle. Après la phase active, il prend une forme latente et peut ne plus jamais vous déranger. Si l'infection par le virus survient à l'âge adulte, la maladie présente des symptômes prononcés de douleur et de fièvre, même lorsque seule une petite partie du corps est affectée par l'éruption cutanée..

Sur la base du fait que les éruptions herpétiques cloques s'accompagnent d'une douleur insupportable, qui inquiète même lorsque l'éruption cutanée est passée, vous ne pouvez pas vous passer de médicaments contre la douleur lors de son traitement.

Douleur au zona

Pourquoi, après une éruption herpétique sur le corps, une personne éprouve-t-elle des sensations douloureuses sévères? Pour répondre à la question, vous devez clarifier la nature de l'herpès et ses principaux points. Et donc, l'herpès est un virus qui pénètre dans le corps, généralement par contact, et s'installe profondément dans les cellules nerveuses, ce qui rend impossible de le guérir complètement. Étant donné que les cellules nerveuses sont endommagées par le virus, une inflammation des nerfs se produit avec la forme active de la maladie. Ceci est facilité par une immunité affaiblie, qui permet aux cellules virales de se multiplier activement et d'infecter toutes les nouvelles zones du corps humain..

Avec le zona, des sensations de douleur de nature neurologique se produisent. De plus, d'autres symptômes apparaissent:

  • faiblesse générale;
  • des frissons;
  • mal de crâne;
  • hausse de température;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • douleur au toucher, tout contact provoque de la douleur, en particulier lorsque du liquide pénètre dans les zones cutanées couvertes de vésicules.

La douleur est différente - brûlante, poignardante et vive. Avec le zona, ça fait toujours mal au bas du dos, les sensations douloureuses sont plus prononcées dans le dos et le visage. Ils sont si intolérables que le patient doit utiliser des analgésiques pour soulager son état..

Comment réduire la douleur avec le zona

Étant donné que le zona est causé par le virus de l'herpès, la thérapie doit être complète, visant à supprimer les agents pathogènes pathogènes et à soulager la douleur (car la douleur dans cette maladie peut être très forte et prolongée). En règle générale, la maladie disparaît dans les deux semaines. Pendant ce temps, l'éruption disparaît complètement pendant le traitement. Mais, à la fois pendant toute cette période de la phase active de la maladie et au cours de l'année suivante, une personne peut être dérangée par une douleur intense. Leur durée dépend de l'âge du patient et de l'état de son corps, plus il est affaibli, plus la période de récupération est longue.

Il est nécessaire d'appliquer un soulagement de la douleur dès les premiers jours de l'apparition des symptômes de la maladie, il n'est pas nécessaire de supporter la douleur et de montrer une résistance «héroïque», car de graves problèmes avec le système nerveux central peuvent survenir.

Sur cette base, le traitement complexe du zona consiste à prendre les médicaments suivants:

  • anti-inflammatoire - l'aspirine, le kétorolac, le nimésulide, l'ibuprofène, qui soulagent l'inflammation des terminaisons nerveuses et bloquent ainsi la douleur;
  • antidépresseurs tricycliques - Amitriptyline, Doxipin, Imizin et autres, tels que prescrits par un médecin;
  • anticonvulsivants - gabalénine, prégabaline.

Avec une douleur insupportable sévère, ils ont périodiquement recours aux blocages de la novocaïne et à la stimulation électrique transcutanée des nerfs enflammés.

En outre, strictement selon la prescription du médecin, des analgésiques narcotiques sont également utilisés, tels que Tramadol, Oksidon.

Le traitement des nerfs enflammés pour soulager les syndromes douloureux est effectué avec des préparations topiques, par exemple, le gel Mataren Plus ou la pommade à la capsacine, tout gel contenant de la lidocaïne en association avec la prise d'anti-inflammatoires à l'intérieur (comprimés, sirops, suspensions).

Il est également nécessaire d'effectuer un traitement antiviral pour supprimer les cellules herpétiques, qui ont provoqué l'apparition de lichen.

De plus, vous ne devez en aucun cas vous soigner vous-même. Tous les rendez-vous doivent être pris par le médecin, après l'examen.

Herpès zoster et douleur associée à l'herpès

L'herpès zoster (OH) est une maladie sporadique qui est la réactivation d'une infection virale latente causée par le virus de l'herpès zoster (VZV) de type 3. La maladie se développe avec une lésion prédominante de la peau et du système nerveux

L'herpès zoster (OH) est une maladie sporadique qui est la réactivation d'une infection virale latente causée par le virus de l'herpès zoster (VZV) de type 3. La maladie se développe avec une lésion prédominante de la peau et du système nerveux..

Le VZV est l'agent étiologique de deux formes cliniques de la maladie: l'infection primaire (varicelle) et sa récidive (herpès zoster). Après une primo-infection (varicelle), généralement dans l'enfance ou l'adolescence, le virus entre dans un état latent, se localisant dans les ganglions sensibles des nerfs spinaux. Le point commun de l'agent causal de la varicelle et du zona a été établi avant même l'isolement du virus à l'aide de réactions sérologiques, dans lesquelles un liquide obtenu à partir des vésicules sur la peau des patients était utilisé comme antigène. Plus tard, en utilisant la méthode d'hybridation génomique, il a été prouvé que dans la période aiguë de l'herpès zoster, le taux de détection du VZV est de 70 à 80%, et chez les individus sans manifestations cliniques, mais avec des anticorps, l'ADN du virus est déterminé dans 5 à 30% des neurones et des cellules gliales.

La prévalence du zona dans divers pays du monde varie de 0,4 à 1,6 cas de la maladie pour 1 000 patients / an de moins de 20 ans et de 4,5 à 11,8 cas pour 1 000 patients / an dans les groupes plus âgés. La chance à vie de contracter l'herpès zoster peut atteindre 20%. Le principal facteur de risque de son apparition est une diminution de l'immunité spécifique au VZV, qui se produit dans le contexte de diverses conditions immunosuppressives..

Le tableau clinique de l'OH

Le tableau clinique de l'OH se compose de manifestations cutanées et de troubles neurologiques. Parallèlement à cela, la majorité des patients présentent des symptômes infectieux généraux: hyperthermie, augmentation des ganglions lymphatiques régionaux, modifications du liquide céphalo-rachidien (sous forme de lymphocytose et de monocytose). Environ 70 à 80% des patients atteints d'OH au cours de la période prodromique présentent une douleur dans le dermatome affecté, qui développe par la suite des éruptions cutanées. La période prodromique dure généralement 2 à 3 jours, mais dépasse souvent une semaine. Les éruptions cutanées avec OH ont une phase érythémateuse courte, souvent absente du tout, après quoi les papules apparaissent rapidement. En 1 à 2 jours, ces papules se transforment en vésicules, qui continuent à apparaître pendant 3 à 4 jours - la forme vésiculaire de l'herpès zoster. A ce stade, tous les types d'éléments peuvent être présents sur la peau. Les éléments ont tendance à fusionner. La pustulisation des vésicules commence une semaine ou même plus tôt après l'apparition de la première éruption cutanée. Après 3-5 jours, des érosions apparaissent sur le site des vésicules et des croûtes se forment. Si la période d'apparition de nouvelles vésicules dure plus d'une semaine, cela indique la possibilité d'un état d'immunodéficience. Les croûtes disparaissent généralement à la fin de la 3e ou 4e semaine. Cependant, la desquamation et l'hypo- ou hyperpigmentation peuvent persister longtemps après la résolution de l'OH.

Le syndrome de la douleur est la manifestation la plus pénible de l'OH. Chez certains patients, l'éruption cutanée et la douleur ont une durée relativement courte, chez 10 à 20% des patients, une névralgie post-herpétique (PHN) survient, qui peut durer des mois ou des années, réduit considérablement la qualité de vie, provoque de grandes souffrances, peut entraîner une perte d'autonomie et s'accompagne de coûts financiers importants... La gestion efficace de la douleur associée à l'OH est un défi clinique important.

Douleur associée à l'herpès

Selon les concepts modernes, le syndrome douloureux de l'OH a trois phases: aiguë, subaiguë et chronique. Si dans la phase aiguë le syndrome douloureux est de nature mixte (inflammatoire et neuropathique), alors dans la phase chronique, il s'agit d'une douleur neuropathique typique (Fig.). Chacune de ces phases a ses propres caractéristiques de traitement, basées sur les mécanismes pathogéniques du syndrome douloureux et confirmées par des essais cliniques contrôlés..

Névralgie herpétique aiguë

La douleur dans la névralgie herpétique aiguë survient généralement dans la phase prodromique et dure 30 jours - c'est le temps qu'il faut à l'éruption cutanée pour se résorber. Chez la plupart des patients, l'apparition d'une éruption cutanée est précédée d'une sensation de brûlure ou de démangeaisons dans un dermatome spécifique, ainsi que d'une douleur, qui peut être lancinante, lancinante, lancinante, paroxystique ou persistante. Chez un certain nombre de patients, le syndrome douloureux s'accompagne de manifestations inflammatoires systémiques générales: fièvre, malaise, myalgie, maux de tête. Il est extrêmement difficile de déterminer la cause de la douleur à ce stade. En fonction de sa localisation, le diagnostic différentiel doit être réalisé avec angine de poitrine, névralgie intercostale, crise aiguë de cholécystite, pancréatite, appendicite, pleurésie, colique intestinale, etc. La cause du syndrome douloureux devient apparente après l'apparition d'éruptions cutanées caractéristiques. Dans les cas typiques, la période prodromique dure 2 à 4 jours, pas plus d'une semaine. L'intervalle entre le début de la période prodromique et l'apparition d'une éruption cutanée est le temps nécessaire pour que le VZV réactivé se réplique dans le ganglion et soit transporté le long du nerf cutané vers les terminaisons nerveuses à la jonction dermo-épidermique. La réplication du virus dans la peau avec la formation ultérieure de réactions inflammatoires prend un certain temps. La cause immédiate de la douleur prodromique est la réactivation subclinique et la réplication du VZV dans le tissu neural. Des études expérimentales sur des animaux ont montré que la concentration de neuropeptide Y dans le tissu nerveux, qui est un marqueur de la douleur neuropathique, augmente aux sites de réplication du VZV [1]. La présence d'une douleur intense pendant la période prodromique augmente le risque de névralgie herpétique aiguë plus sévère et la probabilité de développer plus tard une névralgie post-herpétique.

Chez la majorité des patients immunocompétents (60 à 90%), une douleur intense et aiguë accompagne l'apparition d'une éruption cutanée. La gravité du syndrome douloureux aigu augmente avec l'âge. Une douleur intense est également plus fréquente chez la femme et en présence d'un prodrome. Une caractéristique commune de la névralgie herpétique aiguë est l'allodynie, une douleur causée par un stimulus non douloureux tel que toucher les vêtements. C'est l'allodynie dans la période aiguë qui est un prédicteur de la névralgie post-herpétique [2, 3]. L'absence d'allodynie, en revanche, est un bon signe pronostique et peut suggérer une guérison dans les trois mois.

Névralgie herpétique subaiguë

La phase subaiguë de la névralgie herpétique commence après la fin de la phase aiguë et dure jusqu'à l'apparition de la névralgie post-herpétique. En d'autres termes, il s'agit d'une douleur qui dure plus de 30 jours à compter du début du prodrome et se termine au plus tard 120 jours (Fig.). La névralgie herpétique subaiguë peut évoluer en névralgie post-herpétique. Les facteurs prédisposant à la poursuite de la douleur comprennent: l'âge avancé, le sexe féminin, la présence d'un prodrome, des éruptions cutanées massives, la localisation des éruptions cutanées dans la zone d'innervation du nerf trijumeau (en particulier la zone de l'œil) ou du plexus brachial, une douleur aiguë sévère, la présence d'une immunodéficience [3, 4 ].

Névralgie post-herpétique

Tel que défini par l'International Herpes Forum, PHN est défini comme une douleur qui dure plus de quatre mois (120 jours) après le début du prodrome. La PHN, en particulier chez les patients plus âgés, peut durer des mois ou des années après la guérison de l'éruption cutanée. Avec PHN, trois types de douleur peuvent être distingués: 1) douleur constante, profonde, sourde, pressante ou brûlante; 2) spontané, périodique, poignardé, tir, semblable à un «choc électrique»; 3) douleur en s'habillant ou en touchant légèrement dans 90%.

Le syndrome douloureux, en règle générale, s'accompagne de troubles du sommeil, de perte d'appétit et de perte de poids, de fatigue chronique, de dépression, ce qui conduit à l'isolement social des patients.

La PHN est considérée comme une douleur neuropathique typique résultant de dommages ou d'un dysfonctionnement du système somatosensoriel. Plusieurs mécanismes sont impliqués dans sa pathogenèse..

  • Les lésions nerveuses perturbent la transmission des signaux de douleur, ce qui conduit à une activité accrue des neurones d'ordre supérieur (hyperalgésie sourde) [6–8].
  • Les fibres nerveuses endommagées par le VZV peuvent générer une activité spontanée sur le site de la lésion ou ailleurs le long du nerf (activité ectopique spontanée des axones endommagés).
  • Les dommages ou l'inflammation du nerf résultant de la réactivation du virus entraînent une diminution du seuil d'activation des nocicepteurs, l'activation des nocicepteurs urinaires - sensibilisation périphérique [5, 9].
  • En raison des changements ci-dessus dans les parties périphériques du système somatosensoriel, l'activité des neurones nociceptifs centraux est renforcée, de nouvelles connexions se forment entre eux, à condition que la douleur continue - sensibilisation centrale [10-12]. Les systèmes de reconnaissance des stimuli de la douleur et de la température sont caractérisés par une sensibilité accrue aux stimuli mécaniques mineurs, provoquant une douleur intense (allodynie).

Chez la plupart des patients, la douleur associée à la PHN diminue au cours de la première année. Cependant, chez certains patients, elle peut persister pendant des années et même tout au long de leur vie, causant des souffrances considérables. PHN a un impact négatif significatif sur la qualité de vie et l'état fonctionnel des patients qui peuvent développer de l'anxiété et de la dépression.

Comment réduire le risque de PHN?

Ce problème est le plus important pour tout médecin traitant un patient atteint de OH et comprend l'initiation précoce d'un traitement étiotrope (antiviral) et un soulagement adéquat de la douleur au stade aigu..

Thérapie antivirale. De nombreuses études cliniques ont montré que la prescription de médicaments antiviraux réduit l'excrétion virale et les nouvelles lésions, accélère la résolution des éruptions cutanées et réduit la gravité et la durée de la douleur aiguë chez les patients souffrant d'OH. Ainsi, dans les études contrôlées utilisant les posologies recommandées, le temps nécessaire à l'arrêt complet du syndrome douloureux lors de la prescription de famciclovir était de 63 jours et de 119 jours lors de la prescription d'un placebo. Une autre étude a montré que le valacyclovir était plus efficace que l'acyclovir: le syndrome douloureux a complètement disparu après 38 jours avec le valaciclovir (Valavir) et 51 jours après la prescription de l'acyclovir. Le valacyclovir et le famciclovir ont des effets similaires sur la douleur associée à l'herpès chez les patients immunocompétents [13, 23]. Ainsi, la thérapie antivirale est indiquée non seulement pour le soulagement précoce des manifestations cutanées, mais également pour la phase aiguë du syndrome douloureux..

Dans tous les essais cliniques contrôlés sur le traitement antiviral (tableau), il est recommandé de débuter le traitement dans les 72 heures suivant l'apparition des éruptions cutanées [1, 14].

L'efficacité de l'action analgésique du traitement antiviral, débutée à une date ultérieure, n'a pas été systématiquement étudiée, cependant, de nombreuses données cliniques suggèrent qu'un traitement tardif peut également affecter la durée et la gravité du syndrome douloureux aigu..

Thérapie de la douleur. Le soulagement efficace du syndrome douloureux aigu dans l'OH est l'étape la plus importante de la prévention de la PHN. Il est conseillé de traiter étape par étape le syndrome douloureux associé au zona dans toutes ses phases. Ainsi, dans le traitement de la névralgie herpétique aiguë et subaiguë, la thérapie de la douleur comprend trois étapes principales:

  • 1er stade: Aspirine, paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS);
  • 2ème étape: analgésiques opioïdes, y compris tramadol;
  • 3e stade: médicaments à action analgésique centrale (antidépresseurs tricycliques, anticonvulsivants).

Étant donné que dans notre pays il existe des difficultés organisationnelles connues dans la prescription d'analgésiques opioïdes, si les analgésiques simples et les AINS ne sont pas suffisamment efficaces, il est nécessaire de passer à la prescription de médicaments avec une action centrale..

Traitement de la névralgie post-herpétique

Actuellement, il existe 5 groupes principaux d'agents thérapeutiques: les anticonvulsivants, les antidépresseurs tricycliques, le patch de lidocaïne, la capsaïcine, les analgésiques opioïdes [21].

Anticonvulsivants: la gabapentine et la prégabaline sont les deux anticonvulsivants les plus couramment utilisés pour le soulagement de la douleur neuropathique associée à la PHN. Les médicaments sont plus souvent utilisés au début du développement de PHN pour réduire la composante aiguë de la douleur neuropathique. Dans une étude [15] chez des patients sous gabapentine, 43,2% ont diminué la perception de la douleur contre 12,1% dans le groupe placebo. Dans un essai similaire [16], la prégabaline a également réduit le nombre de patients atteints de PHN, en particulier ceux âgés de 65 ans et plus. Il semble que la gabapentine et la prégabaline sont également efficaces pour réduire la douleur neuropathique [17]. La gabapentine est le médicament de premier choix pour le traitement de tout type de douleur neuropathique; c'est l'un des mieux étudiés et largement utilisés dans la pratique d'un neurologue pour le soulagement de la douleur chez les PHN. C'est un analogue structurel de l'acide gamma-aminobutyrique (GABA). La gabapentine améliore la synthèse du GABA en stimulant l'activité de la glutamate décarboxylase; module l'activité des récepteurs NMDA; bloque les sous-unités a-2-d des canaux calciques voltage-dépendants et inhibe l'entrée de Ca 2+ dans les neurones; réduit la libération de monoamines et l'activité des canaux sodiques; réduit la synthèse et le transport du neurotransmetteur excitateur glutamate; aide à réduire la fréquence des potentiels d'action des nerfs périphériques. La concentration de gabapentine dans le plasma sanguin atteint son maximum 2 à 3 heures après l'administration, la demi-vie est de 5 à 7 heures, l'intervalle de dosage ne doit pas dépasser 12 heures, la biodisponibilité est de 60%. La prise alimentaire n'affecte pas la pharmacocinétique du médicament, les antiacides réduisent sa concentration dans le sang.Par conséquent, la gabapentine doit être prise au plus tôt 2 heures après la prise d'antiacides. Il est excrété dans le lait maternel; l'effet du médicament sur le corps de l'enfant n'a pas été étudié. Il est extrêmement rare que des réactions secondaires se développent: légers étourdissements, somnolence. La gabapentine renforce l'effet de la lidocaïne et des antidépresseurs. Vous devez vous abstenir de le combiner avec de l'alcool, des tranquillisants, des antihistaminiques, des barbituriques, des hypnotiques, des médicaments. Le médicament présente des avantages importants dans le traitement de la douleur neuropathique: sécurité, faible potentiel d'interaction avec d'autres médicaments, bonne tolérance, il n'est pas métabolisé dans le foie. La gabapentine est le médicament de choix pour le traitement des personnes âgées par polypharmacothérapie, il est pratique à utiliser, sa haute efficacité a été prouvée.

Schéma d'utilisation de la gabapentine. Dose initiale: 1er jour 300 mg le soir; 2ème jour 300 mg 2 fois (jour et soir); 3ème jour 300 mg 3 fois. Titrage: 4-6 jours 300/300/600 mg; 7 à 10 jours 300/600/600 mg; 11-14 jours 600/600/600 mg. La dose thérapeutique quotidienne est de 1800 à 3600 mg, la dose d'entretien de 600 à 1200 mg / jour.

La prégabaline a un mécanisme d'action similaire à la gabapentine, mais ne nécessite pas de titration lente et est donc plus pratique pour une utilisation clinique. Le médicament est prescrit deux fois par jour. La dose initiale est de 75 mg deux fois, la dose thérapeutique quotidienne est de 300 à 600 mg. Il y a eu plusieurs essais cliniques randomisés sur l'efficacité de la prégabaline dans la névralgie post-herpétique, qui ont montré un développement rapide d'un effet analgésique (dans la première semaine d'administration), une bonne tolérance, une facilité d'utilisation et une diminution des troubles du sommeil associés au syndrome douloureux [22].

Antidépresseurs. Les médicaments de ce groupe, en particulier les médicaments tricycliques (nortriptyline et amitriptyline), sont des composants importants dans le traitement de la douleur chez les PHN. En activant les systèmes antinociceptifs descendants de la sérotonine et de la noradrénaline et la capacité à bloquer les canaux sodiques, les antidépresseurs bloquent la perception de la douleur. Dans les études cliniques sur l'efficacité des antidépresseurs tricycliques dans la réduction de la douleur dans la PHN de 47% à 67% des patients ont rapporté un effet «modéré à excellent» de soulagement de la douleur, et l'effet équivalent de l'amitriptyline et de la nortriptyline a été rapporté [17]. Cependant, la nortriptyline n'induit pas de nombreux effets anticholinergiques et peut donc être préférée à l'amitriptyline..

Un patch contenant 5% de lidocaïne est appliqué sur la zone touchée au début de la chronicité de la douleur ou immédiatement après l'établissement du diagnostic de PHN. Le patch est appliqué sur une peau intacte, sèche et non enflammée. Il n'est pas utilisé sur une peau enflammée ou endommagée (c'est-à-dire lors d'éruptions herpétiques actives). La lidocaïne est un antagoniste des annales sodiques ioniques, l'effet analgésique se développe en empêchant la génération et la conduction de potentiels d'activité neuronale en liant les canaux sodiques des nocicepteurs hyperactifs et endommagés. Le patch contenant 5% de lidocaïne a un effet local et n'a pratiquement aucun effet systémique. Plusieurs études ont montré que le patch à la lidocaïne réduit l'intensité de la douleur par rapport au placebo [18]. Des études comparatives de l'efficacité de la lidocaïne à 5% et de la prégabaline ont montré leur efficacité égale [19]. La capsaïcine, fabriquée à partir de poivron rouge et irritante, est utilisée sous forme de pommade ou de patch. Lorsqu'il est appliqué sur la peau, épuise les réserves de neurotransmetteurs peptidergiques (par exemple, la substance P) dans les afférents nociceptifs primaires. Le médicament doit être appliqué sur la zone touchée 3 à 5 fois par jour pour maintenir un effet à long terme. Malgré le fait qu'un certain nombre d'études ont montré l'efficacité de la capsaïcine contre les PHN, de nombreux patients ont souvent présenté des effets indésirables importants: par exemple, un tiers des patients ont signalé le développement d'un effet irritant «intolérable» du médicament, ce qui limite considérablement son utilisation clinique en PHN.

Les analgésiques opioïdes (oxycodone, méthadone, morphine) peuvent également être utilisés pour traiter la PHN. Ils réduisent la douleur neuropathique en se liant aux récepteurs opioïdes dans le système nerveux central ou en inhibant la recapture de la sérotonine ou de la norépinéphrine aux terminaisons nerveuses périphériques - synapses nerveuses. Selon les résultats de la recherche, l'oxycodone par rapport au placebo favorise un plus grand soulagement de la douleur et réduit la gravité de l'allodynie, mais provoque le développement de réactions indésirables telles que nausées, constipation, somnolence, perte d'appétit, dépendance aux médicaments [20]. Une étude comparative de l'efficacité des opioïdes et des antidépresseurs tricycliques a démontré leur efficacité équivalente.

Dans la rubrique «Traitement des névralgies post-herpétiques» des lignes directrices européennes 2009 [21] pour le traitement des douleurs neuropathiques, on distingue le traitement de première intention (médicaments à efficacité prouvée - classe A): prégabaline, gabapentine, lidocaïne 5%. Médicaments de deuxième intention (classe B): opioïdes, capsaïcine.

Lors du traitement de patients atteints de PHN, il est conseillé de suivre certaines étapes.

Les médicaments de première intention sont prescrits en premier: gabapentine (prégabaline), ou ATC, ou anesthésiques locaux (plaques avec 5% de lidocaïne). S'il est possible d'obtenir une bonne réduction de la douleur (score de douleur selon VAS –3/10) avec des effets secondaires acceptables, le traitement est poursuivi. Si le soulagement de la douleur n'est pas suffisant, un autre médicament de première intention est ajouté. Si les médicaments de première intention sont inefficaces, des médicaments de deuxième intention peuvent être prescrits: tramadol ou opioïdes, capsaïcine, traitement non pharmacologique. Dans la thérapie complexe de la névralgie post-herpétique, une thérapie non pharmacologique est également utilisée: l'acupuncture, l'appareil anesthésique TENS, la méthode la plus prometteuse et la plus efficace est la neurostimulation.

Le traitement du PHN est extrêmement difficile. Même avec l'utilisation de divers analgésiques et la référence à un algologue, il n'est pas toujours possible de parvenir à la disparition du syndrome douloureux.

Littérature

  1. Dworkin R. H. Johnson R. W., Breuer J., Gnann J. W., Levin M. J. Recommandation pour la gestion de l'herpès zostr // Cln Infec Dis. 2007; 44: (Fourn 1): S1 - S26.
  2. Dworkin R. H., Nagasako E. V., Johson R. W., Griffin D. R. Douleur aiguë dans l'herpès zoster: projet de base de données tue famciclovir // Pain. 2001; 94: 113-119.
  3. Hope-Simpson R. E. Névralgie post-herpétique // J. R. Coll Gen. Prat. 1975; 157: 571-675.
  4. Choo P., Galil K., Donahue J. G. Walker et al. Facteurs de risque de névralgie post-herpétique // Arch. Interne. Med. 1997; 157: 1217-1224.
  5. Garry E. M., Delaney A., Anderson H. A. et al. Le virus de la varicelle oster induit des modifications neuropathiques des ganglions de la racine dorsale du rat et une sensibilisation au réflexe comportemental atténuée par la gabapentine ou les médicaments bloquant les canaux sodiques // Douleur. 2005; 118: 97-111.
  6. Yung B. F., Johnson R. W., Griffin D. R., Dworkin R. H. Facteurs de risque de névralgie post-herpétique chez les patients atteints d'herpès zoster // Neurology. 2004; 62: 1545-1551.
  7. Douleur associée à Jonson R. W. Zoster: que sait-on, qui est à risque et comment la gérer? // Herpès. 2001, 14 Supplément; 2: 31A - 34A.
  8. Tal. M., Bennett G. J. Douleur extra-territoriale chez le rat avec une mononeuropathie périphérique: mécano-hyperalgésie et mécano-allodénie sur le territoire d'un nerf indemne // Douleur. 1994; 57: 375–382.
  9. Oaklander A. L. La densité des terminaisons nerveuses restantes dans la peau humaine avec et sans névralgie post-herpétique après le zona // Douleur. 2001; 92: 139-145.
  10. Rowbotham M. C., Yosipovitch G., Connoly M. K., Finlay D., Forde G., Champs H. L. Cutaneus densité d'innervation dans allodynique à partir de la névralgie post-herpétique // Neurobiol. Dis. 1996; 3: 205-214.
  11. Rowbotham M. C., Fields H. L. La relation de pan, allodynie et sensation thermique dans la névralgie post-herpétique // Brain. 1996; 119 (Pt2): 347-354.
  12. Scholz J., Broom D. C., Youn D. H., Mills C. D., Kohno T. et al. Le blocage de l'activité des caspases empêche l'apoptose neuronale transsynaptique et la perte d'inhibition dans la lame 11 de la corne dorsale après une lésion du nerf périphérique // J Neurosci. 205; 25: 7317-7323.
  13. Tyring S. K., Beutner K. R., Tucker B. A. et al. Thérapie antivirale pour le zona. Essai clinique contrôlé et randomisé du vlacyclovir et du traitement par farmavir chez des patients immunocompétents de 50 ans et plus // Arch Farm Med. 2000; 9: 863-869.
  14. Gross G., Schofer H. et al. Directive sur l'herpès zoster de la Société allemande de dermatologie (DDG) // J of Clinical Virology. 2003; 26: 277-289.
  15. Rowbotham M., Harden N., Stacey B. et al. Gabapentine pour le traitement de la névralgie post-herpétique: un essai contrôlé randomisé // JAMA. 1998. Vol. 280. P. 1837-1842.
  16. Dworkin R., Young J., Sharma U. et al. Prégabaline pour le traitement de la névralgie post-herpétique: un essai randomisé contrôlé par placebo // Neurology. 2003. Vol. 60. P. 1274-1283.
  17. Stankus S., Dlugopolski M., Packer D.Gestion de l'herpès zoster (zona) et de la névralgie post-herpétique // Am Fam Physician. 2000. Vol. 61. P. 2437-2444.
  18. Karly P. Garnock-Jones, Gillin M. Keating / Lidocaïne 5% plâtre médical. Un examen de son utilisation dans la névralgie hjsterpétique // Drugs. 2009; 69 (15): 2149-2165.
  19. Rehm S., Binder A., ​​Baron R. Névralgie post-herpétique: plâtre médicamenteux à 5% de lidocaïne? Prégadfline, ou une combinaison des deux? Une efficacité randomisée, ouverte / clinique stydy // Cur. Med. Reas. 2010, v. 26, n ° 7.
  20. Watson C., Babul N.Efficacité de l'oxycodone dans la douleur neuropathique: un essai randomisé dans la névralgie post-herpétique // Neurology. 1998. Vol. 50. P. 1837-1841.
  21. Attal N. et coll. Lignes directrices EFNS du traitement pharmacologique de la douleur neuropathique: révision 2009 // European Jornal of Neurology. 2010.
  22. Seventer R., Feister H. et al. Efficacité et tolérabilité de la prégabaline deux fois par jour pour le traitement de la douleur et des interférences associées au sommeil dans la névralgie post-herpétique: un essai randomisé de 13 semaines // Curr Med Res Opin. 2006; 22 (2): 375-384.
  23. Beutner K. R. et al. Valaciclovir comparé à l'acyclovir dans le cadre d'un traitement amélioré contre le zona chez des adultes immunocompétents // Agents antimicrobiens et chimiothérapie. 1995, juillet, vol. 37, n ° 7, p. 1546-1553.

Première MGMU eux. I.M.Schenova, Moscou

Des questions

Question: Comment soulager la douleur liée au zona et combien de temps cela prend?

Le site fournit des informations générales à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Une consultation spécialisée est requise!

Comment soulager la douleur du zona et combien de temps cela prend?

Le zona est caractérisé par des éruptions cutanées qui disparaissent assez rapidement - dans les 10 à 14 jours. Mais ces éruptions cutanées sont associées à un syndrome douloureux sévère, qui se traduit par des picotements, des picotements, des coupures et des poussées d'une partie du corps innervée par un nerf enflammé. Ce syndrome douloureux est le principal problème du zona, car il peut persister pendant une année entière après la disparition de l'éruption cutanée..

La douleur après le zona peut déranger une personne pendant une longue période - de 2 à 3 mois à un an. La douleur la plus à long terme concerne les personnes âgées et les enfants. Chez les personnes d'âge moyen, la douleur dure généralement en moyenne six mois. La durée du syndrome douloureux dépend de l'état de l'organisme général. Malheureusement, il n'existe actuellement aucune méthode efficace qui puisse raccourcir la durée du syndrome de douleur résiduelle qui tourmente une personne après la guérison du zona..

Avec l'herpès zoster, des analgésiques doivent être utilisés. Les médecins ne recommandent pas de souffrir de zona, car cela peut entraîner une sensibilité accrue et le développement de douleurs chroniques à l'avenir. L'utilisation d'analgésiques doit être poursuivie pendant toute la durée de la douleur..

Actuellement, plusieurs types de médicaments sont utilisés pour soulager la douleur liée au zona:

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, kétorolac, naproxène, nimésulide, ibuprofène, etc.);
  • Antidépresseurs tricycliques (Amitriptyline, Doxipin, Ixel, Mélipramine, Clomipramine, Imizin, etc.);
  • Anticonvulsivants (gabapentine, prégabaline);
  • Blocus de la novocaïne;
  • Stimulation électrique percutanée des nerfs affectés;
  • Analgésiques narcotiques (oxycodone, tramadol);
  • Préparations à base de capsaïcine (Mataren plus pommade, etc.).

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés au plus fort de la maladie. Actuellement, les médicaments les plus efficaces de ce groupe pour soulager la douleur due au zona sont les suivants:

  • Aspirine;
  • Nimésulide;
  • Desketoprofen;
  • Ibuprofène;
  • Naproxen;
  • Ketorolac;
  • Kétoprofène.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont pris par voie orale sous forme de comprimés, de sirop ou de poudre soluble. Au milieu de la maladie, des préparations externes à base de capsaïcine (extrait de piment rouge) peuvent être utilisées pour soulager la douleur en association avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Actuellement, la préparation externe la plus efficace à base de capsaïcine est le gel Mataren Plus. En outre, en tant que médicament externe pour soulager la douleur, vous pouvez utiliser un gel avec de la lidocaïne.

Si, pendant la période de l'évolution active de la maladie, une personne ressent une douleur intense qui n'est pas soulagée par des anti-inflammatoires non stéroïdiens en combinaison avec des pommades à la capsaïcine, elle a alors recours à des antidépresseurs tricycliques, des anticonvulsivants ou des analgésiques narcotiques. Actuellement, l'amitriptyline (un antidépresseur), la gabapentine (un anticonvulsivant) et l'oxycodone (un analgésique narcotique) sont les plus couramment utilisés pour soulager la douleur intense du zona..

Dans le traitement de la douleur résiduelle après la guérison du zona, des antidépresseurs tricycliques, des anticonvulsivants, des blocages de la novocaïne, une stimulation percutanée du nerf affecté, des pommades à la capsaïcine et des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés.

Les médicaments les plus efficaces dans le traitement de la névralgie subsistant après le zona sont les suivants:

  • Amitriptyline, Doxepin (antidépresseurs);
  • Gabapentine et prégabaline (anticonvulsivants).

Ces médicaments doivent être pris en permanence pour que la douleur ne dérange pas une personne, perturbant le rythme normal de la vie et limitant les mouvements. Cependant, si la douleur est intense, ils ont recours à des méthodes supplémentaires pour les arrêter, telles que:

  • Blocage de la novocaïne, qui vous permet d'éliminer complètement la douleur pendant un certain temps;
  • La stimulation électrique percutanée des nerfs endommagés aide à normaliser le métabolisme et à restaurer leur fonctionnement normal.

Le blocage de la novocaïne ne peut être utilisé que sporadiquement pour soulager une douleur intense. En stimulation électrique transcutanée, il est recommandé d'effectuer des cours afin de normaliser rapidement l'état du nerf affecté et de se débarrasser de la douleur pour toujours.

Les analgésiques narcotiques ne sont pas utilisés dans le traitement du syndrome douloureux après le zona. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés comme remèdes primaires si la douleur n'est pas trop sévère.

Analgésiques pour le zona

Le zona est caractérisé par l'apparition de grands foyers d'éruption papuleuse dans la région lombaire. Il semble encercler une personne, ce qui lui a valu son nom. À la fin du processus pathologique, une période de bien-être imaginaire commence. L'herpèsvirus continue de vivre dans les axones des nerfs et produit des symptômes neurologiques intenses (névralgie post-herpétique). C'est une condition extrêmement douloureuse. Des analgésiques contre le zona sont nécessaires dans tous les cas. Seul le spécialiste traitant doit prescrire des médicaments. Prendre des médicaments seul est inutile et peut être nocif..

Examinons de plus près les médicaments qui aident à soulager la douleur associée au zona et à la névralgie post-herpétique.

Principes de la thérapie

Tout d'abord, il est recommandé d'éliminer le zona lui-même et de commencer le traitement par des analgésiques-anesthésiques.

  • Des antiherpétiques spécifiques sont prescrits. L'acyclovir, le Zovirax sont des pommades efficaces contre le zona à n'importe quelle étape du processus. Le traitement du zona avec l'acyclovir est absolument nécessaire. Mais ces médicaments seuls ne suffisent pas. Une approche intégrée est nécessaire. Cela signifie que d'autres médicaments sont nécessaires..
  • Médicaments antiviraux. Ils aident à renforcer le système immunitaire et à éliminer le phénomène de l'herpès. Ce sont généralement des comprimés oraux.
  • Médicaments antiseptiques. Fukortsin, vert brillant, Kalamin, Tsindol, une solution faible de permanganate de potassium.
  • Les antibiotiques Nécessaire pour prévenir les lésions secondaires de la couche dermique. Ils ne sont prescrits qu'après grattage de la peau et analyse d'une biopsie (liquide des papules). Généralement utilisé sous forme de gels et de pommades.
  • Médicaments anti-inflammatoires. Nécessaire pour arrêter le processus inflammatoire local. Ils donnent la possibilité de réduire la douleur, ils soulagent également la douleur au stade post-herpétique.

Tous ces moyens sont efficaces tout au long du processus pathogène. Ensuite, l'utilisation d'analgésiques est nécessaire. Le principe principal de la thérapie est de d'abord soulager les principaux symptômes et ensuite seulement de s'engager dans le soulagement de la douleur..

Avec la névralgie post-herpétique, le syndrome douloureux est si fort qu'une personne ne peut pas vivre normalement. Il est nécessaire de soulager l'inconfort grâce à l'utilisation d'analgésiques. Vous devez traiter avec les moyens suivants:

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (kétoprofène, nimésulide, kétorolac, Nise). Aide à soulager rapidement et efficacement la douleur, réduire ou éliminer le syndrome.
  • Il est possible de soulager la douleur avec l'herpès zoster avec la lidocaïne, les blocages de novocaïne. Vous pouvez enduire des zones du derme avec des solutions, mais les blocages sont encore plus efficaces.
  • Antidépresseurs tricycliques. Réduit la conduction nerveuse, soulage la douleur et l'inconfort. Ils ne sont pas des analgésiques, mais ils facilitent la vie du patient en bloquant l'influx nerveux.
  • Analgésiques narcotiques. La douleur est parfois si forte qu'il est impossible d'y faire face avec des moyens conventionnels. Dans ce cas, des analgésiques narcotiques seront nécessaires..
  • Onguents de capsaïcine. Il est nécessaire de traiter les zones strictement affectées du derme.
  • Vous pouvez également traiter la douleur avec des anticonvulsivants..

Tout analgésique pour le zona est sélectionné par un médecin. L'automédication est catégoriquement inacceptable. Au contraire, la douleur deviendra encore plus forte que la condition ne sera normalisée..

Le traitement du zona et de ses conséquences doit être systématique et complet. Ce n'est qu'ainsi que l'inconfort sera minime et que la qualité de vie restera à un niveau optimal..

Traitement de la douleur (névralgie) après le zona

Caractéristiques de l'herpès cutané

La varicelle, ou varicelle, est une maladie connue de tous depuis l'enfance. Cependant, tout le monde ne sait pas qu'ayant eu la varicelle, une personne reste porteuse du virus toute sa vie. Cette maladie infectieuse est causée par le virus de l'herpès, qui peut être activé en présence de certains facteurs négatifs. À la suite de l'activation du virus sur une certaine zone de la peau humaine, des éruptions cutanées se forment, appelées herpès cutané, zona ou zona..
Le virus persiste dans le tissu nerveux du corps, le plus souvent dans les ganglions spinaux. Se propageant à partir du tissu nerveux, le virus l'infecte, et pas seulement la peau. C'est la raison du développement ultérieur de la névralgie herpétique..

Les éruptions cutanées sont la "pointe de l'iceberg", le principal problème se concentre précisément dans les lésions du tissu nerveux. Une éruption cutanée vésiculeuse sur la peau est un défaut externe visible, cependant, en même temps, le virus affecte négativement la gaine de myéline du nerf, ce qui provoque sa destruction et le développement d'un syndrome douloureux.

Les principales tâches de la thérapie complexe

Important! La maladie est causée par le virus Zoster. L'infection, qui pénètre d'abord le corps, provoque le développement de la varicelle. Après le traitement, le virus reste chez une personne et, dans certaines circonstances, sa réactivation est possible, à la suite de laquelle le patient reçoit un diagnostic de zona.

Le traitement de la névralgie post-herpétique consiste à résoudre des problèmes de base:

  • réduire la durée de la période aiguë de la maladie;
  • affaiblir les symptômes;
  • prévenir le développement d'infections secondaires;
  • prévenir les rechutes possibles de l'herpès herpétique.

L'avis du médecin traitant joue un rôle clé dans la détermination des méthodes de traitement de la maladie, en fonction de la cause de son apparition, de la nature. Lors du choix d'une méthode de thérapie complexe, des circonstances telles que l'âge du patient, l'état général, les infections concomitantes et la taille de l'éruption cutanée sont prises en compte..

Le traitement de la douleur due au zona se fait à domicile. Uniquement en cas de complications, de lésions des organes auditifs et visuels, une hospitalisation peut être nécessaire. Le patient se voit prescrire un repos au lit, une nutrition thérapeutique et prophylactique appropriée, des médicaments.

Ce qui affecte la maladie?

La plupart des patients sont sûrs que la maladie affecte la peau, mais ce n'est pas le cas. Le virus pénètre dans les terminaisons nerveuses, ce qui provoque progressivement des douleurs. Les éruptions cutanées ne sont qu'une conséquence de la défaite. C'est pourquoi l'utilisation d'un traitement exclusivement local ne peut donner aucun résultat. Le nerf affecté tourmentera le patient avec une douleur constante, ce qui peut même provoquer une prolifération supplémentaire des emplacements.


Les sites les plus courants pour l'herpès zoster

Diagnostique

Le diagnostic de la névralgie post-herpétique est basé sur les données des antécédents médicaux, les plaintes des patients, l'histoire de la vie, les données d'examen physique et les méthodes de recherche en laboratoire et instrumentale.

L'examen physique, en règle générale, donne un tableau clinique complet de la maladie. Les patients présentent une éruption vésiculaire, des démangeaisons et des plaintes de douleur.

Parmi les méthodes de laboratoire, il est justifié de déterminer la nature du virus en examinant le contenu des vésicules formées lors de la privation.

Pathologie neurologiquePathologie somatique
  • Radiculopathie;
  • Mononeuropathie.
  • Pleurésie;
  • Appendicite;
  • Cholécystite;
  • Infarctus du myocarde;
  • Angine de poitrine.

Douleur au zona

La névralgie est un syndrome douloureux qui se développe à la suite de lésions ou d'irritations d'un nerf. Dans le cas de l'herpès cutané, la douleur est causée par la destruction de la gaine de myéline par le virus. Caractéristiques de la douleur dans la névralgie:

  • haute intensité du syndrome de la douleur;
  • douleur paroxystique;
  • durée élevée;
  • faible efficacité des analgésiques.

La névralgie post-herpétique se caractérise par une durée et une intensité élevées du syndrome douloureux, associé à la formation de nouvelles connexions neuronales dans les ganglions spinaux affectés par le virus. Le syndrome de la douleur est également causé par une inflammation et la formation d'un œdème dans le nerf affecté.

Les symptômes de cette maladie sont causés par la perturbation du fonctionnement des cellules nerveuses dans la zone de localisation du virus.Par conséquent, au cours de sa reproduction active, les terminaisons nerveuses deviennent trop sensibles, même un léger toucher provoque une douleur importante chez le patient comme avec des brûlures, en particulier au contact de l'eau.

Par conséquent, la question de savoir s'il est possible de se laver avec l'herpès zoster n'est pas résolue sans ambiguïté. Il y a plusieurs opinions opposées, l'une est qu'il est contre-indiqué de se laver avec des bardeaux, l'autre est qu'il est nécessaire de nager et les bains au sel de mer aident très bien, le troisième est qu'il vaut mieux ne prendre qu'une douche, après quoi vous ne devez pas vous sécher, mais tamponnez doucement votre corps avec une serviette.

De nombreux patients décrivent la douleur liée au zona comme une sensation de brûlure, terne, ennuyeuse ou comme le passage d'un courant électrique, aggravée par le moindre effet thermique ou mécanique. La douleur cutanée accompagne la période de la maladie et persiste chez 15% de ceux qui se sont rétablis après la guérison des éruptions herpétiques.

Cela n'est pas dû à la progression de la maladie, mais au fait qu'avec une lésion virale, des troubles se sont produits dans les tissus nerveux, qui mettent du temps à se rétablir. Cette période est appelée neuropathie post-herpétique, qui chez les jeunes ne peut durer plus d'un mois, mais chez les personnes âgées dans 70% des cas, elle dure plusieurs mois. Chez les patients de plus de 70 ans, la névralgie peut durer même plus d'un an..

Soins de la peau pour les zones touchées par l'herpès

Le traitement ne se limite pas aux médicaments. Pour soulager l'intensité de la douleur, éliminer les démangeaisons insupportables, la sensation de brûlure, des soins complets sont nécessaires.

Quelques recommandations sur ce qu'il faut faire avec les plaies d'herpès:

  • traiter quotidiennement la zone à problèmes touchée par le zona avec de l'eau savonneuse;
  • il est recommandé de porter des vêtements amples agréables au corps, car le derme, à la place de la localisation des éruptions cutanées, est sensible au frottement;
  • vous pouvez fermer la zone à problèmes avec un bandage élastique, après avoir appliqué une serviette stérile sur la zone de la plaie;
  • des compresses froides avec des bardeaux peuvent éliminer les démangeaisons, avoir un effet analgésique.

Des soins externes, associés à une thérapie appropriée, élimineront le syndrome douloureux et permettront une rémission à long terme après la guérison. La névralgie post-herpétique nécessite une approche particulière, car elle s'accompagne de symptômes désagréables.

La thérapie complexe pour l'herpès zoster est un processus complexe et long. Avec un traitement inadéquat, il est possible de développer des complications assez graves et l'apparition d'un handicap. Si l'inflammation affecte les organes de l'audition ou de la vision, il peut y avoir une perte partielle de leur fonction. Par conséquent, au premier signe d'herpès, vous devez consulter un médecin..

Les causes de l'herpès zoster

En médecine, il est généralement admis que la névralgie post-herpétique survient à la suite d'un processus inflammatoire dans les ganglions nerveux et les nerfs périphériques. L'inflammation est déclenchée par un virus multiplicateur. L'interaction et l'équilibre raisonnable entre la douleur et les systèmes analgésiques dans le corps sont perturbés, le mécanisme de contrôle de l'excitabilité des neurones de la douleur dans le système nerveux central en souffre.

Cependant, la névralgie ne complique pas tous les cas de zona. Les facteurs de risque pour son développement sont considérés:

  • âge avancé. Selon les statistiques, l'incidence de la névralgie post-herpétique chez les personnes de plus de 60 ans est de 50%, c'est-à-dire qu'un cas sur deux se termine douloureusement pour le patient. Alors que dans le groupe d'âge de 30 à 50 ans, cette complication survient avec une fréquence de 10%. Après 75 ans, la maladie touche 75% des patients. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Vraisemblablement, le rôle principal à cet égard est joué par la capacité de se régénérer (c'est-à-dire de guérir), d'éliminer rapidement le processus inflammatoire chez les jeunes et de réduire l'immunité chez les personnes âgées;
  • l'emplacement de l'éruption cutanée. La névralgie post-herpétique se développe souvent lorsque l'éruption cutanée est localisée sur le tronc;
  • éruption cutanée massive. Plus la zone touchée est grande, plus le développement d'une névralgie est probable. Indirectement, cela peut être dû à une faible réponse immunitaire, à l'incapacité de l'organisme à localiser la lésion par un ou deux ganglions;
  • la gravité de la douleur dans la période aiguë (dans la période d'apparition de l'éruption cutanée). Plus la douleur est forte pendant cette période, plus la probabilité de développer une névralgie post-herpétique est élevée;
  • le moment du début de la prise de médicaments anti-herpétiques qui bloquent la multiplication du virus. Plus un traitement spécifique est démarré tardivement, plus la probabilité d'une complication est élevée..

En dehors de cette liste, il convient de noter l'apparition plus fréquente de névralgies post-herpétiques chez les femmes, qui n'a pas encore été expliquée..

Les principales causes de la maladie sont les suivantes:

  • infection des voies respiratoires;
  • complication de la varicelle;
  • stress constant et dépression;
  • diminution rapide de l'immunité;
  • diminution de la fonction protectrice du corps en raison d'une maladie prolongée;
  • la présence de maladies auto-immunes.


Développement de l'herpès zoster

Mesures préventives

Il n'y a qu'un seul moyen de prévenir le développement d'une pathologie post-herpétique - à l'aide d'une attitude prudente envers sa propre santé..

Le virus de l'herpès «dort» dans le corps de chaque personne, la tâche principale des patients est donc d'empêcher son activation. À cette fin, il est important de traiter en temps opportun toutes les maladies virales et infectieuses, d'appliquer des mesures pour stimuler l'immunité et prévenir l'hypothermie.

L'état du système nerveux joue un rôle important. Son épuisement à la suite de situations stressantes fréquentes peut conduire à l'activation du virus et au développement du zona. Pour éviter cela, il faut éviter un stress sévère et, le cas échéant, ne pas reporter une visite chez le médecin afin de restaurer l'état du système nerveux le plus rapidement possible..

De plus, vous ne devez pas négliger les règles d'une alimentation saine et du repos nocturne. Un sommeil sain doit durer au moins huit heures.

Si vous n'avez pas réussi à vous protéger du lichen, vous devriez consulter un médecin et suivre strictement toutes ses recommandations. Un traitement opportun aidera à éviter le développement de la névralgie.

Une infection virale dangereuse du système nerveux central est le traitement du zona, qui et comment soulager la douleur ne peuvent être recommandés par un neurologue qu'après avoir établi la cause de la maladie. Les symptômes sont des éruptions cutanées, de la fièvre, des cloques aqueuses autour du nerf affecté. Le patient peut ressentir un engourdissement général, de la fièvre, des démangeaisons sévères et une douleur insupportable.

Groupes à risque

La névralgie ne se développe pas dans tous les cas d'infection herpétique cutanée. Les facteurs provoquant l'apparition de douleurs névralgiques sont:

  • âge plus avancé des patients;
  • diminution de la défense immunitaire du corps;
  • localisation des éruptions cutanées.

Avec l'âge, l'immunité au virus chez les personnes qui ont eu la varicelle s'affaiblit. Ceci explique le fait que la névralgie post-herpétique dans la grande majorité des cas est observée chez les personnes de plus de 65 ans..

L'immunité est un facteur fondamental. L'immunodéficience provoque de la douleur.

Le syndrome douloureux peut survenir à tout âge avec la localisation d'une éruption cutanée sur le visage, la tête et la colonne thoracique.

Selon les statistiques, la névralgie post-herpétique (PHN) est plus fréquente chez les femmes.

Cas où des soins médicaux urgents sont nécessaires

Il y a des moments où vous avez besoin de demander de l'aide médicale sans délai. Dans la condition suivante, en aucun cas il ne faut recourir à l'automédication, rechercher les raisons de l'apparition ou attendre que l'herpès de la peau passe de lui-même:

  • des convulsions ont commencé;
  • la douleur dans les oreilles augmente progressivement;
  • malade dans la vieillesse;
  • il y a une insuffisance hépatique aiguë;
  • il y a une insuffisance hépatique chronique;
  • une insuffisance cardiaque aiguë est présente;
  • une insuffisance cardiaque chronique est présente;
  • l'herpès sur la peau est apparu chez un enfant jusqu'à un an;
  • le patient perd connaissance;
  • il y a un mal de tête sévère;
  • pendant la grossesse à tout moment;
  • si le patient souffre de diabète sucré;
  • la vision se détériore gravement.

Nous vous suggérons de vous familiariser avec le VPH chez les hommes comment détecter

Les symptômes de la maladie

Les symptômes de cette maladie commencent de manière assez aiguë, tandis qu'au début, sur le site de localisation du virus, la personne ressent une forte sensation de brûlure, une douleur dans une certaine zone.

Le plus souvent, il s'agit de zones unilatérales innervées par un nerf - où les nerfs trijumeaux sont situés sur le visage, la mâchoire supérieure, inférieure, le front, l'arrière de la tête, le cou, les nerfs intercostaux et les nerfs des extrémités, ainsi que sur la poitrine, les épaules, le dos, les fesses, dans la région génitale.

Sur le corps - ce sont les soi-disant dermatomes, pourvus de nerfs rachidiens, sur le visage - des zones de lésions des nerfs trijumeaux ou faciaux. En effet, l'accumulation principale du virus se trouve dans les ganglions nerveux (ganglions), les cornes postérieures de la moelle épinière ou des nerfs crâniens, et l'éruption cutanée suit le cours du nerf.

Période initiale

Prodromique, caractérisée par un malaise général, des douleurs névralgiques d'intensité variable, elle dure en moyenne 2 à 4 jours:

  • Mal de crâne
  • Température corporelle subfébrile, moins souvent fièvre jusqu'à 39 ° C
  • Frissons, faiblesse
  • Troubles dyspeptiques, perturbation du tractus gastro-intestinal
  • Douleur, démangeaisons, brûlures, picotements dans la zone des nerfs périphériques dans la zone où plus tard il y aura des éruptions cutanées.
  • Le plus souvent, avec un processus aigu, les ganglions lymphatiques régionaux deviennent douloureux et grossissent.
  • Dans une évolution sévère de la maladie, une rétention urinaire et d'autres troubles de certains systèmes et organes peuvent apparaître.

Après une diminution de la température, d'autres troubles généraux d'intoxication disparaissent également..

Période d'éruption cutanée

Le moment où l'éruption cutanée apparaît, caractéristique du zona. Les symptômes et la nature de l'éruption cutanée dépendent de la gravité du processus inflammatoire. Au début, l'éruption cutanée ressemble à des foyers de taches roses de 2 à 5 mm, entre lesquels des zones de peau saine restent.

  • Avec une forme typique de la maladie, le lendemain, à leur place, de petites vésicules étroitement groupées, des vésicules à contenu séreux transparent, qui deviennent troubles après 3-4 jours, se forment.
  • Dans l'herpès gangrénique sévère, le contenu des vésicules peut être mélangé avec du sang, noir. Les éruptions herpétiques ont une évolution ondulante, comme pour la varicelle, c'est-à-dire que de nouvelles éruptions cutanées avec des éléments vésiculaires apparaissent à des intervalles de plusieurs jours. Les bulles semblent ramper d'un endroit à un autre, encerclant le corps, d'où le nom de cette maladie.
  • Dans les formes bénignes du processus inflammatoire, la transformation des nodules cutanés en pustules ne se forme pas et leur ulcération ne se produit pas, et la manifestation de l'herpès n'est que de nature neurologique - douleur sans éruption cutanée, sinon elle est également appelée névralgie herpétique et est souvent confondue avec des manifestations de névralgie intercostale, d'ostéochondrose ou douleurs cardiaques. Et par conséquent, un traitement inadéquat peut être prescrit.

Habituellement, après 14 à 20 jours, des croûtes se forment sur le site de l'éruption cutanée. L'ensemble du fond érythémateux, c'est-à-dire les endroits où se trouvaient les vésicules, deviennent progressivement pâles, se dessèchent et les croûtes brun jaunâtre disparaissent, laissant une légère pigmentation ou dépigmentation.


Avec l'herpès zoster, la douleur peut persister plusieurs semaines après la disparition de l'éruption cutanée.
La névralgie post-herpétique est généralement comprise comme une douleur qui persiste après la guérison de l'éruption cutanée. La douleur peut être ressentie par le patient de 3 à 4 semaines à plusieurs années. En moyenne, ce type de douleur neuropathique existe depuis environ un an..

Quelle est la nature de la douleur? Il peut être de plusieurs types:

  • constant. La douleur est généralement sourde, pressante, profonde dans la nature avec une teinte de brûlure;
  • périodique. Ce type de douleur se manifeste par des coups de feu, des coups de couteau, agissant comme un "choc électrique";
  • allodynique. Cette douleur est soudaine, de nature brûlante, qui se produit en réponse à un léger toucher, comme une réponse inadéquate à un stimulus externe. Par exemple, toucher les vêtements peut sembler similaire..

Un patient peut ressentir les trois types de douleur en même temps..

La douleur se propage le long des conducteurs nerveux affectés, c'est-à-dire qu'elle est ressentie à l'endroit où l'éruption cutanée a été localisée, bien qu'il n'y ait aucune manifestation sur la peau.

En plus de la douleur, d'autres sensations sensorielles peuvent survenir dans la zone touchée, ce qui, cependant, provoque également une gêne. Ça peut être:

  • démangeaison;
  • engourdissement;
  • des picotements, une sensation de rampement, la présence d'un corps étranger ("un insecte est assis", "quelque chose de coincé", etc.).

Habituellement, la zone touchée est sensible à tout contact (bien qu'un engourdissement cutané puisse être ressenti).

Bien que la principale manifestation de la maladie ne soit que la douleur, elle provoque des changements dans d'autres domaines de la vie d'une personne, lui faisant du mal. Les sensations douloureuses provoquent:

  • diminution de l'activité physique;
  • insomnie;
  • fatigue chronique;
  • diminution de l'appétit et, à cet égard, même du poids corporel;
  • un état d'anxiété et d'anxiété constante, qui dans certains cas se termine par une dépression;
  • diminution de l'activité sociale.

Comme vous pouvez le voir, la névralgie post-herpétique entraîne une diminution de la qualité de vie d'une personne malade. Par conséquent, il est nécessaire de le combattre activement. Pour cela, ils ont recours à l'aide de médicaments..

Avec la névralgie post-herpétique, les symptômes sont les suivants:

  • la douleur est clairement localisée;
  • le syndrome de la douleur a une teinte attirante;
  • des périodes de douleur aiguë rapide sont possibles;
  • névralgie paroxystique.

Les symptômes de la névralgie avec zona varient en fonction du stade de la maladie et de sa forme.

Classiquement, la maladie est divisée en trois phases - aiguë, subaiguë et névralgique.

Pendant la phase aiguë, l'inconfort s'accompagne d'éruptions cutanées. Tout d'abord, une douleur apparaît, puis une éruption cutanée apparente sur cette zone de la peau. Le syndrome douloureux est très intense, avec une tendance à augmenter avec toute irritation. L'inconfort disparaît simultanément avec les manifestations externes de la maladie.

Le syndrome de la douleur dans la phase subaiguë persiste pendant 70 à 100 jours après la disparition de l'éruption cutanée. Pendant cette période, les patients remarquent une douleur sourde et douloureuse.

On parle de névralgie post-herpétique si l'inconfort persiste trois mois après la disparition des manifestations cutanées du zona. La particularité d'une telle névralgie est qu'elle peut persister jusqu'à trois ans..

La névralgie après le zona s'accompagne des symptômes suivants:

  • paresthésies locales;
  • démangeaison;
  • faiblesse des muscles des bras et des jambes;
  • irritabilité;
  • manque d'attention.

Ces symptômes disparaissent généralement avec un traitement..

Les symptômes de la maladie comprennent les processus suivants:

  • une augmentation de la température corporelle jusqu'à 37-37,8 degrés;
  • une sensation constante de douleur le long du nerf malade;
  • une sensation de picotement similaire à une réaction à une aiguille;
  • faiblesse et dépression sévères;
  • l'apparition de cloques sur le nerf affecté;
  • la transition des bulles à la forme d'un bouton classique et sa transformation progressive en gale;
  • démangeaisons qui ne disparaissent pas, qui peuvent s'aggraver la nuit;
  • amincissement sévère et lésions cutanées sur le site du zona.

Autres complications possibles

En plus des conséquences ci-dessus du zona, il peut y avoir:

  1. Vasculopathie - lésions inflammatoires des vaisseaux sanguins et des tissus adjacents.
  2. La myélopathie est une combinaison de diverses pathologies au niveau de la moelle épinière. Sont accompagnés d'une paralysie des membres, d'un dysfonctionnement des organes pelviens, etc..
  3. La cérébellite est une ataxie aiguë (trouble de la coordination des mouvements). Manifesté par des troubles de la marche, des étourdissements, un nystagmus, etc..
  4. Lésions des organes internes. La littérature décrit des cas de nécrose hépatique aiguë et d'autres maladies des organes internes. Le développement de complications était clairement associé au zona.

L'herpès zoster se développe dans le contexte d'une diminution de l'immunité naturelle et se caractérise par l'apparition de douleurs le long des nerfs affectés. La maladie répond bien au traitement, mais dans certains cas, elle peut entraîner de graves complications.

Traiter rapidement l'herpès zoster avec des médicaments

Pour que la thérapie réussisse et ne dure pas plusieurs années, il convient de commencer le traitement de l'herpès dans toutes les directions, en excluant les causes et les facteurs des éruptions cutanées. Un dermatologue, un gynécologue, un neurologue, un thérapeute, un ophtalmologiste et un ORL peuvent participer au traitement. Tout dépend de l'emplacement du nerf douloureux..

Acyclovir


L'acyclovir donne des résultats rapides dans le traitement du zona

Un médicament pour la création duquel le prix Nobel a été décerné. Le coût abordable et les résultats rapides du traitement permettent à l'acyclovir d'être utilisé même par les jeunes enfants qui ont atteint l'âge de deux ans. En présence d'herpès zoster, les posologies sont généralement ajustées individuellement, en tenant compte de l'âge du patient et des antécédents actuels.

La posologie classique du médicament est de 800 mg de substance active, ce qui équivaut à quatre comprimés. Il est nécessaire de prendre l'acyclovir à une telle dose quatre fois par coup; il n'est pas nécessaire de boire le médicament dans le remède de nuit. Le résultat du traitement apparaîtra déjà le premier jour, la durée maximale du traitement est de 13 jours. Pour d'autres formes de maladies de la peau 5 à 10 jours.

Famciclovir

Le médicament fait partie des analogues les plus chers de l'acyclovir, qui peuvent être utilisés dans le traitement du zona, localisé dans les yeux. La durée du traitement est d'une semaine. Dans ce cas, on prescrit au patient 0,5 mg de substance active trois fois par jour. Si la maladie est aiguë, les deux premiers jours, le patient prend 500 mg de substance active deux fois par jour. Il est permis d'utiliser Famciclovir à une dose de 250 mg trois fois par jour, avec les formes modérées et aiguës d'herpès.

Viferon


La pommade Viferon réduit sensiblement les démangeaisons, élimine les poches, les fissures, provoque la guérison des fissures

Dans le traitement du zona, le médicament est utilisé sous la forme d'une pommade. Pour éliminer complètement les traces de la maladie, un traitement est prescrit pendant environ cinq jours à une semaine. Viferon est appliqué quatre fois avec une fine couche sur les zones touchées. La pommade réduit considérablement les démangeaisons, élimine les poches, les fissures, provoque la guérison des fissures et une éventuelle suppuration.

Nemesil


Le médicament Nimesil appartient au groupe non stéroïdien des anti-inflammatoires

Le médicament appartient au groupe non stéroïdien des anti-inflammatoires. Ils ne doivent pas être utilisés plus de 15 jours, il est préférable de réduire le cours du traitement à cinq jours. Pour obtenir un résultat réussi, vous devez boire un sachet de substance active le matin et le soir, il est disponible sous forme de poudre de 2 g.

Cycloferon


Le médicament Cycloferon est utilisé pour augmenter les fonctions protectrices du corps

Le médicament est utilisé pour augmenter les fonctions protectrices du corps. Avec une immunité normale, il est plus facile de faire face à une infection virale qui ne peut pas infecter de grandes localisations nerveuses. La posologie classique de Cycloferon est de quatre comprimés pour les patients adultes. Jusqu'à l'âge de 12 ans, le nombre de doses et le schéma posologique sont déterminés par un dermatologue. Les adultes boivent le médicament exclusivement les jours de traitement suivants: 1, 2, 4, 6, 8, 11, 14, 17, 20 et 23.

Au total, un patient après 12 ans doit prendre 40 comprimés pour un cours. Parfois, le schéma de réception peut être ajusté s'il existe de réelles indications à ce sujet. Parmi les effets secondaires, seules les réactions allergiques sont appelées, qui apparaissent chez un petit pourcentage de patients. Le plus souvent, de telles réactions sont observées dans l'enfance. Aucun cas de surdosage n'a été observé avec une utilisation appropriée.

Pyrylène

Le médicament est prescrit pour éliminer le syndrome douloureux, qui survient en raison de graves lésions des terminaisons nerveuses. Le médicament est pris à des doses strictes. En plus d'éliminer la douleur, il vous permet d'éliminer les crampes et d'améliorer le sommeil. Un comprimé du médicament représente 0,005 g.

Diazépam


Le diazépam est prescrit pour éliminer les convulsions et la douleur

Aussi un médicament pour l'élimination des crampes et des douleurs. Il soulage considérablement l'état du patient, lui permettant de maintenir un régime de sommeil et de repos. Dans le traitement du syndrome douloureux dû à l'herpès zoster, une dose de 5 à 10 mg de substance active est utilisée trois fois par jour. Le cours de la thérapie est également rapide et efficace et ne dépasse pas une semaine..

Afobazol


Le médicament Afobazol pour établir un bon fond émotionnel

Pour établir un bon fond émotionnel et pour soulager l'état du patient la nuit, il est recommandé d'utiliser des sédatifs légers et des sédatifs. L'afobazole est prescrit trois fois par jour, une dose égale à 10 mg de substance active. Lors de l'utilisation du médicament, il est interdit de le donner aux femmes enceintes et aux adolescents de moins de 18 ans. La durée du traitement peut aller d'une semaine à un mois.

Glycine

Le médicament remplit les mêmes fonctions que l'Afobazol, mais en même temps, il coûte plusieurs fois moins cher. Prenez le remède deux à trois fois par jour, un comprimé. Le traitement recommandé est de deux semaines. Le dernier comprimé est pris 15 à 20 minutes avant le coucher. Le médicament est facilement toléré en polythérapie.

Thérapie complexe, élimination du syndrome douloureux

Un patient souffrant d'un trouble névralgique doit être traité avec des analgésiques. Les médecins ne recommandent pas de supporter la douleur de manière persistante - cela peut provoquer une réaction accrue, le développement d'un syndrome chronique.

Des analgésiques doivent être pris jusqu'à ce que l'inconfort disparaisse. Pour soulager le syndrome, les groupes de médicaments suivants sont prescrits:

  • NPS - «Ketorolac», «Aspirin», «Ketorolac», «Ibuprofen».
  • Antidépresseurs (tricycliques) - "Clomipramine", le médicament "Imizin".
  • Anticonvulsivants - «Prégabaline» ou «Gabapentine».
  • Bloque avec l'utilisation de la novocaïne, stimulation électrique des nerfs blessés.
  • Analgésiques puissants pour réduire l'intensité du syndrome - «Tramadol».
  • Médicaments locaux, dont la capsaïcine - pommade «Mataren plus».

Les PNJ sont utilisés au plus fort de la maladie. Un neurologue peut prescrire pour soulager le syndrome douloureux:

  • Nimésulide, simple Aspirine;
  • «Ibuprofène» ou «Desketoprofène»;
  • «Kétoprofène».

Le NPS vous permet d'anesthésier la zone à problème, de soulager l'inflammation à un moment où la névralgie commence à progresser. Les médicaments sont pris par voie orale sous forme de suspension, de capsule ou de sirop. Pour le soulagement du syndrome de l'herpès, en association avec les médicaments de ce groupe, des agents topiques avec un extrait de piment sont prescrits. Un soulagement efficace de la douleur est assuré par un gel à base de lidocaïne.

Important! Si le patient souffre d'une douleur insupportable lors d'une exacerbation de la maladie, dans laquelle un médicament anti-inflammatoire associé à une pommade à base de capsaïcine n'a aucun effet, un antidépresseur analgésique puissant (tricyclique) est utilisé pour soulager le syndrome.

Après guérison, la névralgie post-herpétique est traitée avec des blocages de novocaïne, des médicaments du groupe NPS, en utilisant d'autres méthodes à la discrétion du médecin et en tenant compte des caractéristiques individuelles de l'organisme.

Autres traitements

Le fait que le patient ait récemment eu un zona suffit à confirmer le diagnostic. Sur la base de cette maladie, le médecin traitant diagnostique et prescrit rapidement un traitement.

Comment traiter la névralgie après le zona dépend en grande partie de l'intensité de la douleur et de sa durée, ainsi que de la présence de symptômes neurologiques supplémentaires.

La base du traitement est un traitement antiviral avec des médicaments spéciaux. Le nom du médicament, la posologie et la durée du cours sont choisis uniquement par le médecin traitant, l'automédication peut nuire à la santé du patient.

Une caractéristique de cette névralgie est la faible efficacité des analgésiques. La douleur survient en raison de la destruction de la gaine nerveuse, elle ne disparaîtra donc pas tant que la fibre nerveuse ne sera pas restaurée. Les médicaments antiviraux sont prescrits dans un seul but: prévenir la propagation du virus et la destruction de la gaine de myéline.

Il existe plusieurs médicaments qui peuvent réduire le syndrome de la douleur:

  • médicaments antiépileptiques pour la névralgie du trijumeau;
  • gels avec lidocaïne;
  • analgésiques puissants du groupe opioïde.

Parallèlement à ces médicaments, le traitement de la névralgie post-herpétique est complété par la prise d'antidépresseurs et de sédatifs pour normaliser l'état mental du patient. En outre, les antidépresseurs ont un léger effet analgésique, affectant le système nerveux du patient, réduisant ainsi non pas la douleur elle-même, mais sa perception..

Le traitement est complété par la physiothérapie, qui peut accélérer la restauration de l'intégrité du nerf affecté. Les médecins préfèrent généralement l'électrophorèse avec des analgésiques ou UHF. Un bon résultat est obtenu en complétant le traitement par un massage.

L'électrostimulation des racines de la moelle épinière est souvent recommandée pour réduire la gravité de la douleur..

En cas de douleur intense, qui affecte négativement la santé mentale du patient, un blocage médicamenteux est indiqué. La méthode est basée sur l'introduction d'un analgésique directement dans la zone autour du nerf affecté.

Névralgie postzostérique

Le résultat de la destruction de la gaine de myéline des fibres nerveuses est une névralgie post-herpétique. Au fur et à mesure que les fibres sont démyélinisées, le syndrome douloureux augmente.

En fonction de la localisation du virus, les formes de pathologie suivantes sont distinguées:

  1. Herpès du nerf trijumeau ou du nœud de Gasser.
  2. Lésion du genou du nerf facial.
  3. Herpès des ganglions cervicaux.
  4. Herpès des ganglions thoraciques;
  5. Lésion des ganglions lombo-sacrés.

Conformément à la localisation du virus, la présence de douleur est également notée..

La névralgie post-herpétique du nerf trijumeau apporte beaucoup de souffrance aux patients, en raison du fait que les sensations douloureuses sont notées au maximum. La douleur après la récidive de l'infection est vive, comme un choc électrique, une brûlure, un caractère paroxystique dans les orbites, les oreilles, la mâchoire supérieure et la tête. Il y a gonflement, affaissement de la paupière, rougeur, douleur aux points de sortie du nerf, larmoiement.

La défaite de l'herpèsvirus de type 3 et la névralgie post-herpétique avec la défaite de 7 paires de nerfs crâniens est décrite par l'implication de l'oreille dans le processus. Une éruption herpétique apparaît sur le tympan, le conduit auditif, également sur la surface latérale de la langue.

La douleur du nerf facial est observée dans la zone du processus mastoïde, de l'oreille, de la tête. Il y a engourdissement d'une partie de la langue, du palais, trouble du goût. Lorsque le processus s'aggrave, le nerf auditif est également impliqué. Il y a des acouphènes, des étourdissements, une surdité.

La névralgie et le zona des ganglions thoraciques surviennent souvent sous le couvert d'un infarctus du myocarde, lombaire - sous le couvert de cholécystite, pancréatite, appendicite, colique rénale.

Selon le classificateur, la névralgie post-herpétique de la CIM 10 est codée G53.0 avec l'inclusion de la névralgie du trijumeau et de la ganglionite du nœud nerveux facial. La polyneuropathie passe sous le code G63.0.

Le coût des médicaments contre l'herpès

Nom du médicamentImageUn typeLe coût
AcyclovirAntiviral20-210 roubles
FamciclovirAntiviral590-2000 roubles
ViferonAntiviral169-1000 roubles
NimesilAnti-inflammatoire715 roubles
CycloferonRenforcer l'immunité180-1000 roubles
PyrylèneAnalgésique, anti-épileptique120 à 500 roubles
DiazépamContre les crises130 à 800 roubles
AfobazolSédatif, sédatif315 roubles
GlycineSédatif, sédatif15 à 50 roubles

Combien de temps cela prend-il

Dans la plupart des cas, la névralgie ne dure pas plus d'un an. Parfois, le patient est malade pendant plusieurs années.

Nous vous suggérons de vous familiariser avec Que faire des boutons après l'herpès

La réponse à cette question contient des informations encourageantes..

Les experts sont convaincus qu'il est possible de guérir la névralgie post-herpétique, même si la situation peut sembler désespérée à une personne tourmentée par la douleur.

La durée de la maladie varie d'un patient à l'autre. Voici les nombres moyens:

  • chez la plupart des patients, la PHN dure de 15 à 20 jours;
  • chez chaque 20 patient - de 2 à 3 mois;
  • chez un patient sur cinquante - ne disparaît pas d'ici un an.

La durée de l'évolution de la maladie sous-jacente et ses complications, parmi lesquelles on retrouve souvent une névralgie post-herpétique, sont différentes. L'herpès zoster a une durée d'environ 4 semaines. La névralgie post-herpétique dure en moyenne environ un an, mais les cas d'un cours plus long ne sont pas exclus.

Traitement local du zona avec la médecine traditionnelle

Compresse de vinaigre

Cette méthode ne guérit pas la cause sous-jacente de la maladie, mais est idéale pour les traitements complexes qui combinent des médicaments topiques et oraux. Utiliser du vinaigre est assez simple. Pour ce faire, humidifiez simplement un mouchoir propre ou toute autre matière dans du vinaigre, pressez et appliquez sur la zone touchée. La séance dure 10 minutes, pendant lesquelles les démangeaisons, les rougeurs disparaissent, l'état de la peau s'améliore. Au total, il est permis de faire 3 compresses par jour, la durée du traitement est de 10 jours.


Les compresses acétiques soulagent les démangeaisons, les rougeurs, améliorent l'état de la peau

Compresse de poire

Le médicament est utilisé sous forme de compresses. Il est également utilisé exclusivement pour une utilisation topique en tant que thérapie combinée. Pour le traitement, une poire fraîche est écrasée dans de la purée de pommes de terre, appliquée sur la zone touchée et une gaze propre est appliquée sur le dessus. Laissez la poire pendant 4-5 heures. Ne lavez pas la purée de fruits. La recette est appliquée une fois par jour jusqu'à ce que tous les symptômes disparaissent complètement.

Pommade sodée


Vous pouvez utiliser du soda jusqu'à trois fois par jour.

100 g de soude sont dilués avec de l'eau claire jusqu'à un état crémeux. Le gruau qui en résulte est appliqué sur toutes les zones affectées du corps pour soulager les démangeaisons, déclencher le processus de régénération et éliminer les manifestations purulentes. Vous pouvez utiliser du soda jusqu'à trois fois par jour, vous n'avez pas besoin de le laver. Avant d'appliquer directement une nouvelle dose, vous pouvez rincer délicatement la plaie, la sécher avec une serviette en papier et appliquer immédiatement la pâte. Le cours du traitement dure jusqu'à ce que tous les symptômes disparaissent complètement..

Miel et citron

Ce remède améliore considérablement l'immunité, augmentant la résistance du corps au zona. Pour améliorer votre santé, il suffit de prendre 10 ml de miel liquide et de le combiner avec 5 g de zeste de citron mûr, ce qui équivaut à une cuillère à café de dessus. Les deux produits sont versés dans 250 ml d'eau bouillante. Une fois que l'eau est potable, buvez toute l'infusion. Vous devez boire ce thé trois fois par jour après le repas principal. Le cours de thérapie est de sept jours.

Si vous combinez correctement la médecine traditionnelle et traditionnelle dans le traitement du zona, il y aura une réelle chance de se débarrasser rapidement des manifestations les plus puissantes et les plus dangereuses des maladies de la peau. Lors d'un traitement, il est impératif de surveiller les résultats et, si nécessaire, de modifier la posologie des médicaments.

Le zona: médicaments efficaces pour soulager les symptômes douloureux

Le zona (herpès) est le résultat de la réactivation du virus de l'herpès simplex de type 3 (varicelle-zona). Réactivation, car la première rencontre avec ce virus se termine pour une personne atteinte de la varicelle. Après la varicelle, le virus se cache à vie dans les ganglions nerveux. Avec une diminution de l'immunité, il quitte le «refuge», se multiplie et cause des dommages aux conducteurs nerveux et à la peau, ce qu'on appelle le zona.

L'herpès zoster dure environ 3-4 semaines. La maladie se caractérise par l'apparition de bulles sur la peau, qui se dessèchent ensuite et forment des croûtes. Lorsque les croûtes tombent, la pigmentation reste pendant un certain temps. L'éruption cutanée est située dans la zone du ganglion nerveux affecté: sous forme de rayures transversales sur le tronc, de rayures longitudinales sur les membres et dans la zone d'innervation des nerfs crâniens sur le visage et la tête.

Dans ce cas, l'apparition même de l'éruption cutanée et toutes les étapes de son développement s'accompagnent de démangeaisons, de brûlures, de douleurs d'intensité et de nature variées (tir, ennuyeux, terne et douloureux, brûlant, etc.), ainsi que de fièvre et d'intoxication. Avec une issue favorable, l'herpès zoster disparaît sans laisser de trace. Dans certains cas, il laisse derrière lui une névralgie post-herpétique. Quand survient-il et pourquoi? Découvrons-le.

L'herpès cutané est une maladie à double symptôme.

Avec un traitement approprié, les manifestations cutanées disparaissent rapidement - en une semaine.

Mais la douleur peut persister jusqu'à un an. Pourquoi cela se produit-il et que peut-on faire dans ce cas?

C'est une maladie infectieuse causée par le virus de l'herpès zoster. Ce virus fait référence à la varicelle. Une personne qui a eu la varicelle devient un porteur à vie de ce virus. Dans le corps, il se trouve dans le tissu nerveux - le plus souvent dans les ganglions spinaux.

Dans des conditions défavorables pour l'organisme, le virus est réactivé. Dans ce cas, des manifestations cutanées se produisent dans la zone innervée du ganglion endommagé. C'est parce que le virus est capable de voyager le long des fibres nerveuses. Cette maladie est appelée herpès zoster ou zona..

Ce nom est obtenu parce que les éruptions cutanées sont localisées strictement dans un segment du corps, innervé par le nerf spinal. Ce segment part de la colonne vertébrale, longe le côté gauche ou droit et se termine sur la moitié avant du corps.

Les symptômes cutanés ne sont que des manifestations externes de la maladie. La fibre nerveuse subit les principaux changements. Un patch d'hyperémie apparaît d'abord sur la peau, puis une éruption cutanée se forme dans ce contexte. Il ressemble à un moulin à vent, mais est situé dans une zone limitée.

Dans une fibre nerveuse, le virus détruit la gaine de myéline. En conséquence, la conduction de l'influx nerveux est perturbée et le nerf lui-même subit une irritation constante - un syndrome douloureux se forme.

La névralgie est un type de douleur causée par des lésions nerveuses. Ce symptôme peut survenir avec diverses maladies - tumeurs traumatiques, infectieuses, systémiques.

La névralgie est caractérisée par un cours prolongé de haute intensité (jusqu'à ce que la fibre nerveuse soit restaurée), il est difficile de s'arrêter. Tous les nerfs peuvent être affectés - crânien, rachidien, périphérique.

Le virus de l'herpès a un tropisme pour les cellules du tissu nerveux. Après être entré dans le corps, il pénètre dans les nœuds nerveux et y reste à l'état dormant. Le virus peut persister dans le corps pendant des années et lorsque les défenses de l'organisme sont affaiblies, il devient actif..

En conséquence, un processus inflammatoire se développe dans les nœuds nerveux et les racines nerveuses correspondantes. Les lésions nerveuses et l'œdème inflammatoire provoquent une douleur intense.

En outre, le nerf endommagé acquiert la capacité de générer indépendamment une impulsion de douleur même en l'absence de stimulus. De nouvelles connexions neuronales se forment, à la suite desquelles la douleur a une durée si longue.

Il existe plusieurs caractéristiques de l'évolution de l'herpès, dans lesquelles le risque de développer une névralgie ultérieure augmente:

  • les personnes de plus de 60 ans - l'affaiblissement des défenses du corps contribue à des lésions nerveuses plus importantes;
  • l'immunodéficience existante agit de la même manière;
  • il a été constaté que la névralgie post-herpétique se forme plus souvent chez les femmes. bien qu'il n'y ait aucune explication à ce fait;
  • la localisation des éruptions cutanées dans la région du visage, du cuir chevelu, du tronc thoracique provoque souvent une névralgie.

Les principales raisons de l'apparition de douleurs avec l'herpès zoster sont une éruption cutanée et une grande surface de lésions cutanées. Au cours du développement de la maladie, le bon fonctionnement des cellules nerveuses est perturbé et dans le processus de reproduction active du virus, les terminaisons nerveuses deviennent trop sensibles.

La plupart des patients comparent le symptôme de la douleur au passage du courant à travers le corps. Les sensations de brûlure et ennuyeuses font beaucoup souffrir le patient. Pour certains, la douleur se manifeste sous la forme de lumbago, de contractions ou de sensations de coup de couteau. Le symptôme peut être associé à des démangeaisons ou un engourdissement.

Dans la phase active de l'éruption cutanée, la douleur s'aggrave la nuit. Le plus grand inconfort se fait sentir dans les climats inconfortables (froids ou chauds).

La douleur sera concentrée là où se trouve l'éruption cutanée. Cela peut être le dos, le ventre, le visage, la poitrine. Cela suggère qu'il existe des terminaisons nerveuses affectées dans ces zones de la peau. Le plus souvent, les patients se plaignent de douleurs dans la région lombaire ou dans tout le dos.

Pour que le traitement réussisse, en plus de prendre des médicaments, vous devez être en mesure de prendre soin de la peau affectée correctement. Cela aidera à soulager les démangeaisons sévères et à réduire considérablement les douleurs..

  • laver la peau avec des éruptions cutanées deux fois par jour à l'eau courante et au savon;
  • pendant le traitement, ne porter que des vêtements amples afin de ne pas blesser la peau;
  • Appliquez des compresses froides pour aider à soulager les démangeaisons
  • en utilisant un bandage élastique stérile, vous pouvez fermer la zone touchée (si elle occupe une petite zone).

Une hygiène personnelle et des soins simples pour les lésions permettront un rétablissement plus rapide.

Vous ne pouvez vous débarrasser de la maladie qu'avec l'aide d'une thérapie complexe. Avant de commencer le traitement, il est impératif de consulter un médecin et de confirmer le diagnostic allégué.

Votre propre patron et médecin

La prévention de la névralgie post-herpétique consiste principalement à prévenir la maladie qui la provoque. Pour prévenir le zona, vous devez suivre un mode de vie sain:

  • maintenir une immunité totale;
  • l'adhésion à une bonne nutrition;
  • élimination des situations stressantes;
  • prévention du rhume;
  • manque d'hypothermie.

Si l'herpès cutané se manifeste encore, la névralgie peut, sinon prévenir, au moins réduire sa gravité. Pour ce faire, il est nécessaire de débuter le plus tôt possible le traitement spécifique du zona et le traitement local avec des médicaments anesthésiques..

Avec l'aide du service NaPopravku, vous pouvez trouver un neurologue, après avoir lu au préalable les avis le concernant sur notre site Web.