Symptômes, traitement et prévention du papillomavirus humain chez la femme

Le virus du papillome humain (VPH) peut infecter le corps et entraîner un certain nombre de conséquences négatives. Plus de la moitié de la population mondiale en est infectée. Il se caractérise par des lésions non seulement de la peau et des muqueuses, mais également des organes, externes et internes.

Récemment, une grande attention a été accordée à ce problème et cela est dû au fait qu'il existe une possibilité de transition de l'infection vers une lésion maligne. Ce concept est collectif du fait qu'il peut y avoir plusieurs types dans le corps à la fois, chacun étant responsable de l'une ou l'autre pathologie.

On sait que beaucoup d'entre eux ne nuisent pas à l'organisme, à l'exception de l'apparition de défauts cosmétiques. Mais aussi plusieurs types ont été identifiés qui sont les plus oncogènes.

Pendant longtemps, le portage du papillomavirus humain peut ne se manifester d'aucune façon. Une grande attention est actuellement accordée au diagnostic de divers types de virus du papillome.

  1. Comment le VPH se transmet?
  2. Facteurs qui augmentent la probabilité de HPV
  3. Incidence du VPH
  4. Types de VPH
  5. Maladies avec lésions génitales chez une femme
  6. Verrues génitales
  7. Verrues plates
  8. Dysplasie du col de l'utérus
  9. Cancer du col utérin
  10. VPH de type 16 chez la femme
  11. VPH pendant la grossesse
  12. Traitement
  13. Médicaments immunomodulateurs
  14. Médicaments antiviraux
  15. Préparations locales
  16. Médicaments cytotoxiques
  17. Prévention de l'infection au VPH
  18. Vaccin Gardasil
  19. Autres mesures préventives
  20. Avis sur HPV

Comment le VPH se transmet?

Méthodes de transfert:

  • L'une des méthodes les plus courantes de transmission du papillomavirus humain est considérée comme le contact-ménage. Le virus étant très résistant et répandu dans l'environnement, il peut persister longtemps sur la peau humaine et les articles ménagers. Les méthodes les plus courantes consistent à se serrer la main ou à utiliser des articles d'hygiène personnelle tels que des serviettes, des rasoirs, des brosses à dents, etc. En outre, il y a des suggestions que la transmission se fait par baiser. Les personnes ayant une immunité réduite ou la présence de divers types de dommages à la surface de la peau augmentent le risque d'infection.
  • Route sexuelle. Un grand nombre de particules virales peuvent être stockées sur les muqueuses et les fluides biologiques. Dans ce cas, le type de sexe peut être différent. Le plus souvent, ce sont des types de relations non traditionnelles. Il convient de noter que les femmes sont le plus souvent infectées par des partenaires infectés. Ceci est important car les particules virales peuvent pénétrer dans les pores du latex et le préservatif ne protège pas contre ce virus.
  • De manière verticale. Il existe une possibilité d'infection du fœtus en raison de la maladie de la mère. Les particules virales sont capables de transition trans-placentaire. En outre, l'un des mécanismes de transmission est le passage par le canal génital d'une femme ou l'allaitement. La césarienne n'est pas un moyen de prévenir l'infection.
  • Méthode d'auto-infection. Cette méthode a lieu et cela est dû à des dommages fréquents à la peau, dans l'enfance, elle peut ramasser des plaies, des verrues, ainsi que le rasage, l'épilation, etc..
  • Il y a une possibilité d'infection par le virus par transfusion sanguine, ainsi que par don.

Facteurs qui augmentent la probabilité de HPV

Les facteurs suivants peuvent augmenter vos chances de contracter le VPH:

  • Tout d'abord, il s'agit d'une diminution des défenses de l'organisme. Ce groupe comprend des personnes fréquemment malades présentant des pathologies somatiques et auto-immunes sévères, des formations malignes. Le groupe à risque comprend les personnes infectées par le VIH et la tuberculose.
  • En outre, il peut s'agir de personnes en bonne santé chez lesquelles la diminution de l'immunité est causée par une situation de stress intense ou prolongée, une perte de poids rapide, un travail acharné ou un manque de repos et de nutrition adéquats..
  • Le manque de relations sexuelles régulières avec un partenaire de confiance augmente également le risque d'infection. Il s'agit le plus souvent d'une population sexuellement active, principalement adolescente, quand il y a un changement fréquent d'attitudes.
  • Ce groupe comprend les personnes qui ont des relations sexuelles commerciales ou avec un gay.

Incidence du VPH

  1. Le plus souvent, cette maladie survient dans la population jeune. Cela est dû au fait que les personnes de cet âge sont souvent dans des groupes où il y a une grande foule de personnes, vivent dans des conditions qui ne répondent pas toujours aux normes d'hygiène.
  2. De plus, ces personnes sont sexuellement actives, il y a un changement fréquent de partenaires sexuels.
  3. De plus, une violation du système immunitaire peut aggraver la condition, cela est dû à plusieurs raisons, dont l'un est le déséquilibre hormonal et les cas fréquents de maladies infectieuses.
  4. La maladie est le plus souvent détectée dans la population féminine, cela est dû aux particularités de la structure anatomique des organes génitaux, ainsi qu'à un appel accru aux spécialistes.
  5. Il est probable que le pourcentage d'hommes infectés soit également élevé, mais la plupart d'entre eux ne présentent aucune manifestation de la maladie et ne consultent jamais le médecin..
  6. Dans la vieillesse, les cas de détection du papillomavirus humain sont assez rares. Cela est dû au fait que le virus a la capacité de s'auto-éliminer du corps..

Types de VPH

Le virus du papillome humain se distingue par les types suivants:

  • Les téguments cutanés affectent principalement ces types de virus, ce sont tous les types de 1 à 24, à l'exception des 6, 11, 16 et 18.
  • La défaite des muqueuses des organes génitaux se produit en raison de la présence de types 6, 11, 16, 18, 33, 31 et 35.
  • D'autres membranes muqueuses endommagent les types suivants: 39, 56 et 59.

Maladies avec lésions génitales chez une femme

Verrues génitales

  1. Ce sont de petites formations à la surface de la peau qui ressemblent à une excroissance de l'épiderme. Il se présente sous la forme d'un peigne de coq ou d'un chou-fleur, tandis que si vous le regardez attentivement, la base est très petite, parfois même filiforme.
  2. Ils se trouvent à la fois simples et sous forme de connexions multiples. La zone de formation la plus courante est le tractus anogénital..
  3. La pigmentation dans ce cas dépend directement du lieu de formation, elle est soit rouge vif soit couleur chair.
  4. Le plus souvent, ils restent à la surface de la peau, tout en étant exposés à une irritation cutanée prolongée. Souvent, il peut y avoir des cas de suppuration des zones.

Chez une femme, une image similaire capture souvent la zone des lèvres, dans de rares cas, il s'agit du col de l'utérus et de la paroi vaginale.

Verrues plates

  1. Dans la plupart des cas, cette éducation peut ne se manifester d'aucune façon. Cela sera dû au fait que les foyers de formation sont presque indiscernables de la surface de la peau..
  2. Ils ont également une particularité dans leur emplacement, ils surviennent principalement dans la région du vagin et du col de l'utérus. Dans de telles situations, le médecin peut ne pas remarquer le foyer pathologique pendant longtemps..
  3. La complexité de la définition est que le foyer de formation ne dépasse pas de la surface de la peau, mais la pénètre dans l'épaisseur.
  4. Les verrues situées sur le col de l'utérus sont d'un grand danger. Dans la plupart des cas, ils dégénèrent par la suite en une formation maligne..

La présence peut être suspectée après une colposcopie prolongée à l'aide de tests diagnostiques. Dans ce cas, il deviendra blanc, ce qui ne devrait pas être sur ce type d'épithélium, et lorsqu'il est traité avec la solution de Lugol, il est à la mode de remarquer la zone négative en iode.

Avec une croissance extensive, vous pouvez remarquer l'apparition d'une tubérosité et une violation des contours uniformes de la membrane muqueuse.

Dysplasie du col de l'utérus

  1. Il s'agit d'un changement atypique de l'état de l'épithélium dans la zone vaginale du col de l'utérus. Le processus est considéré comme précancéreux..
  2. Avec un diagnostic rapide et un traitement rapide et correct, le processus peut être suspendu et guéri avant l'oncologie. Les diagnostics doivent toujours être basés sur des méthodes de laboratoire et instrumentales..
  3. Il n'y a pas de signes spécifiques de pathologie. Dans la plupart des cas, l'évolution est considérée comme asymptomatique, mais chez les femmes présentant des pathologies inflammatoires, elle peut être caractérisée par une colpite, une cervicite, ainsi que des brûlures et des démangeaisons.
  4. Les femmes prêtent le plus souvent attention à un changement de la nature du congé. Lors des rapports sexuels ou sur fond d'inflammation prononcée, un mélange de sang est noté. Les sensations douloureuses, en règle générale, ne surviennent pas.
  5. Dans certains cas, le processus peut se dérouler seul, en particulier lorsque le médecin a sélectionné un traitement anti-inflammatoire compétent.
  6. Une maladie similaire se produit souvent dans le contexte de verrues génitales dans la région génitale externe, ainsi que dans le rectum. Très souvent, la dysplasie est associée à des infections sexuellement transmissibles.

Cancer du col utérin

  1. Il s'agit d'une formation maligne dans les parties inférieures de l'utérus. Est l'une des lésions malignes les plus courantes du système reproducteur féminin.
  2. Dans la plupart des cas, la pathologie est associée au papillomavirus humain, qui peut ne pas se manifester pendant une longue période. Prédispose au développement de la leucoplasie cancéreuse, de l'érythroplasie, de la présence d'un polype ainsi que des formations condylomateuses génitales et larges.
  3. Plusieurs types de processus pathologiques ont été identifiés, en fonction du type de tissu épithélial, qui est le site de formation de la tumeur. Il peut s'agir d'un adénocarcinome et d'une lésion épidermoïde (selon la différenciation, ils sont divisés en kératinisant, non kératinisant et également mal différenciés). Dans le sens de la croissance tumorale, la division se produit en croissance endophytique et exophytique. Il y a aussi une division au stade du processus pathologique.
  4. Dans certains types de processus malins, la clinique peut être complètement absente. À mesure que la tumeur se développe, la femme note le plus souvent l'apparition de saignements de contact, qui surviennent principalement après les rapports sexuels, ainsi que dans un contexte de calme complet.
  5. En plus des écoulements sanglants, d'autres pathologiques se joignent également. Le plus souvent, ils sont liquides, aqueux, jaunâtres et transparents. Leur nature est associée à la lymphorrhée. Dès que les signes de désintégration de la tumeur se rejoignent, la femme note la libération d'une masse ressemblant à du pus.
  6. L'odeur est dans la plupart des cas désagréable, avec des signes de nécrose tissulaire. Dans les dernières étapes du processus, une femme s'inquiète de la douleur dans le bas de l'abdomen, qui s'intensifie après les rapports sexuels, ainsi que de l'activité physique.

VPH de type 16 chez la femme

Ce type de papillomavirus humain est le plus courant et en même temps l'un des plus dangereux. Une grande partie de la population en est infectée.

Le portage nécessite un traitement obligatoire avec des méthodes combinées, tandis que s'il y a des changements sur le cou, un traitement chirurgical est nécessaire. Après avoir pris toutes les mesures, il est nécessaire de contrôler l'élimination du virus.

Dans la plupart des cas, ce type de papillomavirus humain est associé à un porteur supplémentaire du pathogène du même genre.

Symptômes:

  1. La principale manifestation de ce type de virus est l'apparition de formations sur la peau, qui sont des excroissances cutanées. Le lieu de leur apparition peut être complètement différent. Au tout début, c'est leur apparition sur les muqueuses, telles que les organes génitaux, le nez, la bouche, ainsi que le visage, le cou et les aisselles. Au début, ils peuvent être uniques, mais fusionnent plus tard, formant des conglomérats. Le plus souvent, cela se produit dans le contexte d'une immunité réduite..
  2. Extérieurement, ils peuvent fusionner complètement avec la peau ou être légèrement plus foncés ou plus clairs. Le plus souvent, l'apparence commence à partir du site d'infection, c'est-à-dire s'il s'agissait d'une voie sexuelle, alors tout d'abord ils y apparaîtront.
  3. Moins fréquemment, des symptômes de lésions des voies urinaires apparaissent, caractérisés par des démangeaisons, des brûlures et d'autres troubles de l'acte de miction.
  4. Si l'intégrité de la formation est violée, des saignements mineurs peuvent apparaître.

VPH pendant la grossesse

Le portage du virus chez une femme en état de grossesse présente un grand danger.

Cela est dû au fait que pendant cette période, il y a une diminution naturelle de l'immunité, cela peut être dû à de graves changements hormonaux.

De plus, les particules du virus sont si petites qu'elles peuvent traverser le placenta et endommager les organes internes du fœtus et perturber le développement du placenta..

Dans certains cas, après la naissance d'un enfant, dans le contexte de la restauration naturelle des forces immunitaires, une élimination indépendante du virus peut se produire..

De gros inconvénients peuvent être causés par la présence de verrues génitales dans la région génitale externe. Dans certains cas, la prolifération excessive est si importante qu'il peut y avoir un problème avec le passage de l'enfant dans le canal génital naturel.

En outre, lors de la compression ou de la violation de l'intégrité des formations, il existe un risque de saignement et l'ajout d'une infection supplémentaire.

La tactique d'accouchement est choisie exclusivement par le médecin traitant, qui évalue l'état général de la femme. Il ne faut pas oublier qu'un accouchement rapide n'est pas un moyen d'empêcher la naissance d'un bébé en bonne santé..

Pendant la grossesse, ils essaient de ne pas suivre de thérapie contre le papillomavirus humain, dans certains cas, ils se limitent à l'utilisation de remèdes locaux.

Traitement

Parmi les médicaments utilisés pour traiter le papillomavirus humain, plusieurs groupes peuvent être distingués à la fois..

Médicaments immunomodulateurs

Certains des médicaments immunomodulateurs antiviraux sont parmi les plus populaires:

  • Le cycloferon est un médicament contenant dans sa composition une substance qui a la propriété d'un inducteur d'interféron de bas poids moléculaire. Lorsqu'il pénètre dans le corps humain, des processus de production constante d'interférons commencent à se produire, ce qui a un puissant effet immunostimulant et réduit également la croissance et la reproduction des particules virales. Le spectre d'action est assez large. En plus de ces propriétés, il a un effet antitumoral, ainsi que pour réduire la sévérité de la réponse inflammatoire au niveau local. Lorsque le cycloféron est utilisé, les excroissances cutanées sont détruites sans douleur par leur dépérissement progressif.Il est produit sous différentes formes galéniques, ce sont des comprimés, des solutions et un type de liniment. Le déroulement des candidatures est assez complexe. Initialement, il doit être injecté une fois pendant deux jours, et déjà les injections suivantes sont injectées dans un délai d'un jour pendant trois jours. Par la suite, le cours est également allongé et le médicament est injecté après 72 heures. La forme locale est appliquée sur les excroissances cutanées, elle peut également être appliquée sur les muqueuses, sans causer de dommages. Le cours de l'injection doit durer au moins 10 jours et la forme locale doit être réduite à 5.
  • Le panavir est un nouvel agent antiviral populaire. Il se compose d'une base végétale, représentée par un extrait de pousses de pommes de terre, augmente la résistance non spécifique à divers types d'infections et augmente également l'induction des formes intrinsèques de l'intrféron. Disponible sous différentes formes d'action, avec les papillomavirus humains, la solution la plus populaire et la plus efficace est pour l'administration intramusculaire ou les suppositoires rectaux. Le cours de la thérapie est également intermittent, les trois premières ampoules sont injectées avec un intervalle de deux jours et les deux suivantes après trois. Dans de rares cas, ils peuvent provoquer des réactions allergiques.
  • Ingaron est un médicament bien connu doté d'un mécanisme d'action immunomodulateur. L'avantage de son utilisation est un effet antiviral prononcé. Contient des interférons recombinants. Le spécialiste sélectionne le dosage de l'agent individuellement, cela est dû aux particularités du déroulement du processus, ainsi qu'à la gravité des manifestations. La forme de libération est présentée comme une solution pour l'administration intramusculaire et sous-cutanée.
  • Immunomax, un agent à effet immunostimulant, qui aide à déclencher des réactions protectrices, qui sont effectuées en améliorant la fonction sécrétoire des granulocytes et des substances cytotoxiques. Le médicament est utilisé uniquement pour la voie d'administration parentérale; le cours moyen consiste en 6 injections avec une fréquence d'administration différente.
  • Isoprinosine. L'un des remèdes les plus efficaces utilisé comme facteur immunostimulant. Grâce à son effet, l'activation du lien T de l'immunité cellulaire se produit, ainsi qu'une augmentation du nombre de tueurs T et de la concentration d'immunoglobulines. Influence le virus en bloquant son action. Il est prescrit sous la forme d'un traitement, tandis que le médecin peut sélectionner la forme d'utilisation la plus pratique, il peut s'agir d'injections et de comprimés. Il est utilisé dans le cadre d'une thérapie complexe, non seulement avec le transport du virus dans le corps, mais également des modifications du col de l'utérus qui apparaissent lorsqu'elles sont associées à l'action du VPH..

Médicaments antiviraux

Les agents antiviraux comprennent:

  • Viferon. Interféron naturel, qui a un effet immunomodulateur et augmente la défense immunitaire non spécifique. Il est utilisé sous plusieurs formes posologiques, avec des changements prononcés sur la peau, il est appliqué sous forme de crème, avec des dommages importants aux muqueuses ou au contenu de particules virales dans le corps, il peut être utilisé sous forme de suppositoires rectaux. Une caractéristique de ces formes posologiques est qu'elles peuvent être inactivées dans l'estomac..
  • Altevir. Interféron humain naturel, qui contribue à la formation d'une action antivirale et d'une immunomodulation. Lorsqu'il est utilisé, le système immunitaire réagit à différents stades de la réponse immunitaire. Aide à réduire le taux de reproduction des particules virales jusqu'à ce qu'elles soient complètement détruites.
  • Roferon A. Un médicament du groupe interféron, qui est complètement similaire à l'homme. En raison de son utilisation, la réponse immunitaire est stimulée par les voies de destruction des cellules virales et les effets neutralisants. Possède un puissant effet antitumoral. Il est utilisé sous une forme posologique unique avec une voie d'administration sous-cutanée.

Préparations locales

Les agents destructeurs comprennent les préparations topiques qui sont appliquées directement sur la formation.

Ceux-ci incluent les médicaments suivants:

  • Solkoderm. Une solution contenant des acides oxalique, nitrique, acétique et lactique. En raison de l'action momifiée, il lutte activement contre les papillomes. Le médicament agit sur le foyer et la croissance commence à se dessécher, après quoi elle disparaît rapidement.
  • Une solution d'acide nitrique, qui demande la formation et a un mécanisme d'action similaire. La durée moyenne du traitement peut durer jusqu'à un mois avec une seule application de l'agent sur la peau pendant une semaine.

Médicaments cytotoxiques

Les médicaments cytotoxiques topiques comprennent des médicaments tels que la podophylline. Approuvé pour une utilisation uniquement lorsque les formations sont situées sur la peau; il n'est pas recommandé de l'appliquer sur des membranes stratifiées.

En raison de leur application, une réaction d'inhibition de la division cellulaire se produit. La durée du traitement peut durer en moyenne 4 semaines, il suffit d'appliquer le produit une fois par semaine.

Prévention de l'infection au VPH

Vaccin Gardasil

Gardasil est une solution utilisée pour vacciner les femmes. Le médicament original a été fabriqué par des médecins et des scientifiques à l'étranger.

Il s'agit d'une forme posologique sous forme de suspension, qui contient des particules de type virus hautement purifiées, qui font partie intégrante des protéines de capside.

Ils ne sont isolés que de quelques types de virus, tels que les types 6, 11, 16 et 18. Pour réduire le développement d'effets secondaires et de complications, un nettoyage et une adsorption approfondis des substances se produisent.

Le nombre de gènes recombinants, selon le type, est différent, complète également son complexe d'excipients.

L'avantage de ce vaccin est que les conservateurs et les antibiotiques ne sont pas inclus dans la composition.
À la suite de l'introduction de ce vaccin, des anticorps se forment qui sont des anticorps contre seulement quelques types.

Le médicament peut être prescrit aux femmes représentantes dans la période de 9 à 45 ans.

Cela nécessite l'obtention des effets suivants:

  • Prévention et prévention du développement d'un processus dysplasique précancéreux dans la zone d'organes génitaux externes tels que le col de l'utérus, la vulve, le vagin.
  • Pour réduire le risque de développer un processus malin dans la région cervicale, qui est provoqué par tout type de type oncogène.
  • En plus de prévenir l'apparition et la croissance du type pointu de papillomes dans la zone de n'importe quelle partie des organes génitaux externes.

L'introduction ne doit être effectuée qu'après vérification de toutes les contre-indications. Le médicament n'est vendu qu'après avoir fourni une ordonnance aux pharmaciens.

Les contre-indications avant de prendre comprennent:

  • Réactions d'hypersensibilité à l'ingrédient actif, ainsi qu'à l'un des excipients.
  • Maladies associées à une coagulation altérée des composants sanguins. Ce sont des pathologies telles que l'hémophilie, la thrombocytopénie et les conditions acquises dans le contexte d'un traitement anticoagulant..

Il est possible de reporter l'administration de médicaments en cas de maladie somatique sévère, de présence de lésions virales et bactériennes.

De nombreux experts recommandent l'injection de ce médicament avant l'activité sexuelle, lorsque le corps n'a pas rencontré le virus. Auparavant, c'était la condition la plus importante. Mais récemment, le médicament peut également être administré aux femmes chez lesquelles ces virus n'ont pas été détectés auparavant..

Même après l'introduction de Gardasil, il n'y a aucune preuve de la probabilité d'un processus oncologique. Par conséquent, même les femmes vaccinées doivent consulter un spécialiste, un obstétricien-gynécologue, et également mener une étude cytologique en utilisant la méthode cytologique.

Autres mesures préventives

Actions préventives:

  • Étant donné que l'infection survient le plus souvent en raison d'une diminution de l'immunité, une femme doit prendre des mesures pour prévenir ses violations. Pour ce faire, vous devez surveiller votre santé, éviter les infections virales et bactériennes fréquentes, ainsi que les pathologies somatiques sévères. Dans certains cas, les problèmes auto-immunes et les maladies endocriniennes entraînent une diminution de l'immunité, ce qui contribue à une diminution de l'immunité.
  • Diriger périodiquement des cours de thérapie d'entretien.
  • Étant donné que le mode d'infection le plus courant est les rapports sexuels non protégés, vous devriez être plus responsable dans le choix d'un partenaire pour la prévention. Il y a des suggestions que les particules virales peuvent pénétrer à travers les petits pores du latex, alors il est recommandé de sélectionner un partenaire de confiance pour les relations intimes. Si possible, il devrait être testé pour la présence de ce virus, et être testé. Par conséquent, la vie sexuelle doit être ordonnée..
  • Si une infection virale est détectée chez un partenaire, il est nécessaire d'être traité et une restriction de l'activité sexuelle est nécessaire jusqu'au moment de l'élimination complète.
  • Respectez les règles d'hygiène lors de la visite des lieux publics. Ceux-ci comprennent une piscine, un sauna.
  • Soyez attentif à l'utilisation d'instruments médicaux réutilisables aussi bien dans les établissements médicaux que dans les instituts de beauté.

Et si vous avez le virus du papillome humain (HPV)? Diagnostic, traitement, prévention.

Maintenant, ils ont souvent commencé à diagnostiquer le virus du papillome humain (VPH) chez les patients, et après cela, la question éternelle de savoir quoi faire a commencé à se poser.?

Pour commencer, je voudrais vous en dire un peu plus: définition du papillomavirus humain.

D'une manière générale, l'infection au VPH peut prendre les formes suivantes:

  1. L'évolution latente est définie comme la persistance du papillomavirus dans la couche basale de l'épithélium. Dans ce cas, le virus est sous forme épisomique (la molécule d'ADN du virus n'est pas insérée dans la molécule d'ADN de la cellule) et n'entraîne pas de changements pathologiques dans les cellules. L'évolution latente de l'infection est caractérisée par l'absence de manifestations cliniques, de normes colposcopiques, cytologiques et histologiques. La présence d'une infection au VPH est déterminée par des méthodes ADN (PCR).
  2. Une infection productive implique les manifestations cliniques de l'infection (papillomes, verrues, condylomes). Dans ce cas, le virus, existant sous forme épisomique, est copié dans les cellules infectées. Dans le même temps, il y a une multiplication accrue des cellules de la couche basale de l'épithélium, ce qui conduit à la progression de l'infection et à l'apparition de la végétation (croissance). Une infection cliniquement productive est définie comme des verrues ou des papillomes. Le virus est détecté par PCR. L'examen histologique détermine les phénomènes d'hyperkératose (augmentation de la kératinisation, c'est-à-dire vieillissement des cellules).
  3. La dysplasie (néoplasie) se développe lors de l'intégration (insertion) de l'ADN du virus dans le génome de la cellule. Avec la néoplasie, des changements se produisent dans la structure des cellules épithéliales. Le plus souvent, les lésions sont localisées dans la zone de transition du col de l'utérus. A la jonction des épithélium squameux et cylindrique stratifié, les cellules basales sensibles à l'infection virale sont à proximité immédiate des couches superficielles, ce qui facilite le contact avec le virus lors de l'infection. L'infection au VPH est confirmée par un examen histologique et une colposcopie.
  4. Dans le cas du carcinome tumoral invasif, le virus existe dans la cellule sous une forme intégrée. Dans ce cas, des cellules altérées et «atypiques» sont révélées, indiquant la malignité du processus. La localisation la plus courante est la zone de transition du col de l'utérus. Révélé par examen colposcopique et histologique.

Comment l'infection au VPH se manifeste-t-elle??

Le principal symptôme de l'infection par le papillomavirus humain est la formation de verrues génitales..

Extérieurement, les verrues génitales sont similaires aux verrues communes. Ils peuvent être petits (de quelques millimètres à un centimètre), rosés ou couleur chair, surface lisse ou légèrement bosselée.

Le plus souvent, les verrues génitales se forment dans la région génitale externe.

Chez la femme, des verrues génitales peuvent survenir près du clitoris, sur les petites lèvres et les grandes lèvres, dans le vagin et sur le col de l'utérus. En cas d'irritation des verrues génitales situées près de l'entrée du vagin, des démangeaisons et des saignements mineurs peuvent survenir pendant les rapports sexuels.

Chez les hommes, des verrues génitales se forment sur le pénis et le scrotum..

En outre, des condylomes peuvent se former dans l'anus, dans l'urètre ou ailleurs sur la peau (peau du cou, aisselles). Plusieurs verrues génitales adjacentes peuvent fusionner en une seule grande «verrue».

En règle générale, les verrues génitales sont indolores. Dans certains cas, il y a de légères démangeaisons et un inconfort dans les verrues génitales..

Quand voir un médecin?

Assurez-vous de consulter un médecin si vous remarquez des formations (verrues, excroissances) sur votre peau qui ressemblent à des verrues génitales. Le médecin vous prescrira les examens nécessaires pour vous aider à établir la cause exacte de la maladie et à exclure d'autres maladies sexuellement transmissibles.

Diagnostics HPV?

Pour confirmer le diagnostic d'infection par le papillomavirus humain, la méthode PCR (réaction en chaîne par polymérase) est utilisée, qui vous permet de déterminer l'ADN du virus et de déterminer exactement quel type de virus une personne est infectée..

Dans les laboratoires de diagnostic modernes, le type de virus, sa quantité (charge virale) et l'intégration du virus dans le génome sont déterminés. Au début de l'article, des informations sont données qui montrent que les HPV les plus dangereux présentent un risque oncogène élevé (VOR). Outre le type de virus, la définition et sa quantité sont importantes. Les tactiques de traitement en dépendent. L'intégration du virus dans le génome cellulaire n'est malheureusement pas déterminée dans nos laboratoires. Cette analyse est importante dans le diagnostic précoce de la dysplasie épithéliale cervicale et du carcinome non invasif..

Il est très important que tout le monde comprenne, même si l'analyse PCR révèle chez vous des formes oncogènes de VPH, cela ne signifie pas que vous avez déjà un cancer du col de l'utérus ou que vous en serez inévitablement malade dans un proche avenir, car ce n'est pas dans tous les cas que le VPH mène au développement du cancer. Cela peut prendre des années entre le moment de l'infection et l'apparition du précancer..

Afin de déterminer si le VPH a provoqué une modification des cellules du col de l'utérus et s'il existe un risque de développer un cancer, il est impératif de subir un examen gynécologique approfondi, qui comprend nécessairement:

  • Colposcopie (examen du col de l'utérus avec un appareil qui ressemble à un microscope et permet un examen sous un grossissement de 8 à 20 fois).
  • Un frottis cytologique (test PAP), qui est utilisé pour déterminer les changements dysplasiques dans les cellules du col de l'utérus.
  • Examen bactérioscopique des pertes vaginales. L'infection au VPH est souvent associée à d'autres infections sexuellement transmissibles (dans environ 20% des cas), par conséquent, un examen supplémentaire peut être nécessaire pour déterminer la chlamydia, la mycoplasmose, l'uréeplasmose et la trichomonase.
  • Biopsie ciblée - prélèvement d'un morceau de tissu cervical en cas de dysplasie ou de suspicion d'une tumeur maligne du col de l'utérus.

Traitement HPV

Puisqu'une guérison complète de l'infection par le papillomavirus humain est actuellement impossible à réaliser (parallèlement à cela, une guérison spontanée et spontanée est souvent observée), les manifestations du VPH sont traitées, et non la présence du virus dans le corps. Dans le même temps, l'efficacité des différentes méthodes de traitement est de 50 à 70% et dans un quart des cas, la maladie réapparaît déjà quelques mois après la fin du traitement. La question de l'opportunité du traitement de chaque patient est décidée individuellement par le médecin. Dans ce cas, il faut éviter les facteurs qui réduisent l'immunité (hypothermie, stress émotionnel sévère, surmenage chronique, carence en vitamines). Il existe des études qui montrent l'effet préventif des rétinoïdes (bêta-carotène et vitamine A), de la vitamine C et des oligo-éléments tels que le folate sur les maladies liées au VPH.

Parmi les méthodes de traitement des manifestations de l'infection au VPH (verrues génitales et papillomes), les plus couramment utilisées sont:

  1. Les méthodes destructives sont un traitement local visant à éliminer les verrues génitales. Distinguer les méthodes destructrices physiques (cryodestruction, thérapie au laser, diathermocoagulation, excision électrochirurgicale) et chimiques (acide trichloroacétique, feresol, solcoderme), ainsi que l'ablation chirurgicale des verrues génitales. Médicaments cytotoxiques - podophylline, podophyllotoxine (condiline), 5-fluorouracile. Pour les femmes en âge de procréer, une contraception fiable ou le refus d'avoir des relations sexuelles est recommandé pendant le traitement.
  2. Méthodes immunologiques Les interférons (laferon, laferobion, alfarekin, reaferon, viferon) sont le plus souvent utilisés pour le traitement de l'infection par le VPH. Il s'agit d'une famille de protéines produites par des cellules du système immunitaire en réponse à une stimulation virale. Séparément, il y a le médicament Alokin-alpha, qui stimule la production de son propre interféron et active l'immunité cellulaire.
  3. Médicaments antiviraux spécifiques (cidofovir, panavir, alpirazine). L'acyclovir (zovirax), un médicament antiviral bien connu, n'a aucun effet sur le VPH. Parmi les médicaments locaux (vaginaux), Epigen intim spray et Betadine ont un effet antiviral.

Prévention du VPH

Peut être non spécifique et spécifique.

Non spécifique comprend la prévention de la transmission sexuelle du VPH, un mode de vie sain pour renforcer le système immunitaire et une alimentation équilibrée comprenant du bêta-carotène, de la vitamine A, de la vitamine C et de l'acide folique.

Prévention spécifique - vaccination.

Les vaccins contre le VPH contiennent de la matière organique dont la structure est similaire à celle des virus HPV vivants. Ces substances ne peuvent en aucun cas provoquer des maladies..

Après l'introduction du vaccin dans le corps humain, des cellules du système immunitaire commencent à être produites, ce qui empêche l'introduction du VPH dans le corps..

Il existe actuellement deux types de vaccins contre le VPH: le Gardasil quadrivalent et le Cervarix bivalent.

Cervarix prévient les infections à HPV 16 et 18, qui causent 70% de tous les cancers du col de l'utérus et de l'anus.

Gardasil, en plus de la protection contre les HPV de types 16 et 18, offre également une protection contre les HPV de types 6 et 11, responsables de 90% des cas de verrues génitales.

Gardasil et Cervarix protègent contre l'infection chez les personnes qui ne sont pas encore infectées par le type de HPV correspondant. Ils ne peuvent pas éliminer le virus du corps humain s'il y est déjà entré et ne peuvent pas guérir les maladies (par exemple, les verrues génitales ou la dysplasie cervicale) que le virus a déjà provoquées. C'est pour cette raison que la vaccination contre le VPH est recommandée pendant l'enfance et l'adolescence, avant l'activité sexuelle..

Ainsi, le vaccin Gardasil protège contre l'infection par les HPV de types 6, 11, 16 et 18 et est recommandé pour la prévention du cancer du col de l'utérus et de la dysplasie, du cancer du vagin et des organes génitaux externes chez la femme, ainsi que pour la prévention du cancer anal et des verrues génitales chez l'homme et la femme.... Le vaccin Cervarix protège contre les types de VPH 16 et 18 et est recommandé pour la prévention du cancer du col de l'utérus et de la dysplasie chez la femme et du cancer anal chez l'homme et la femme.

En 2014, un vaccin neuf-valent a été publié, ce qui a éliminé les lacunes des précédents. Le vaccin neuf-valent Gardasil 9 couvre cinq autres types de virus à haut risque cancérigène: 31, 33, 45, 52 et 58. En décembre 2014, Gardasil 9 a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis..

En 2013, les vaccins sont enregistrés dans plus de 125 pays du monde, dans près de 20 pays, ils sont inclus dans les calendriers nationaux de vaccination, 111 millions de doses du médicament sont distribuées dans le monde.

ERECTION.RF

en détail sur les moyens, les médicaments et les comprimés pour le traitement de la dysfonction érectile

Papillomavirus humain détecté

La question est courte, la question est à première vue simple et en même temps difficile. Je vais commencer tout de suite par le fait que, encore une fois, je ne vous vois pas, je ne vous ai pas parlé. Je suis juste en train de lire votre question, alors j'analyse la situation dans son ensemble du début à la fin comme cela pourrait être.

Quel était le but de votre visite chez le médecin au départ, vous voici une fille, vous êtes allé chez le gynécologue, pourquoi? Si vous avez réussi tous les tests et que seul le virus du papillome humain a été trouvé en vous, c'est une conversation, si vous n'avez pas passé tous les tests, peut-être pour une raison quelconque. par exemple, un gynécologue a trouvé des changements dans votre col de l'utérus et a donc passé des tests pour le papillomavirus humain et ils se sont avérés positifs pour vous, ces tests et maintenant vous pensez que ce que je devrais faire avec mon partenaire est une conversation complètement différente.

Maintenant, je vais essayer de vous dire comment faire la bonne chose, comment agir au mieux pour vous et votre partenaire dans cette situation! Donc, si vous avez réussi tous les tests et que vous n'avez qu'un papillomavirus humain positif, c'est une conversation, laquelle? J'en parlerai un peu plus tard..

Si, sur les conseils d'un gynécologue, vous avez réussi l'observation uniquement pour le papillomavirus humain et n'avez pas passé de tests pour d'autres maladies, alors c'est une conversation différente et je vous recommande fortement de subir un examen pour toutes les infections sexuellement transmissibles. Pourquoi? Parce que la logique est très simple:

Premièrement, si vous pouviez être infecté par une infection, pourquoi, vous ne pourriez pas être infecté par plusieurs infections à la fois.
Deuxièmement, le papillomavirus humain est une infection virale qui facilite l'accès d'autres infections aux organes cibles et facilite la possibilité d'une infection déjà présente en vous. C'est le deuxième point. Par conséquent, si vous n'avez pas réussi les tests pour d'autres infections, assurez-vous de réussir.

Maintenant, que devriez-vous faire, vous et votre partenaire? Et en général, quel genre d'animal est-ce, le virus du papillome humain?

L'approche ici est donc très simple, l'approche ici est la suivante. Comme vous le savez, les maladies virales ne sont pas encore traitées! Autrement dit, nous les traitons, bien sûr, nous traitons à la fois l'infection par le VIH et l'hépatite B et l'hépatite C, nous traitons également l'herpès, une infection virale, mais je veux dire maintenant seulement les infections sexuellement transmissibles. Nous traitons également d'autres infections virales et faisons des vaccinations, et nous avons la rubéole sous contrôle et la polio. Nous ne parlons pas encore de cela, nous parlons de maladies vénériennes. Bien sûr, nous les traitons, nous les contrôlons, nous réduisons au maximum le nombre d'exacerbations, nous faisons le plus possible pour que les mauvaises conséquences se manifestent le plus possible, le plus tard possible, MAIS nous NE POUVONS PAS guérir complètement le virus!

Par conséquent, vous devez partir de là. Le point suivant: le papillomavirus humain, le virus est très intéressant, son lien avec la carcinogenèse a été prouvé, c'est-à-dire qu'un certain pourcentage, notez, un certain pourcentage, c'est-à-dire moins de 1%, peut provoquer le cancer chez les femmes, les hommes et même un médecin, qui souvent travaille avec ces patients. Autrement dit, si nous voyons chez une fille qu'elle a un test positif pour le papillomavirus humain, nous devons tout d'abord quoi? Tout d'abord, nous devons penser à la fille, y a-t-il une continuation de ce papillomavirus humain, et y a-t-il des conditions concomitantes qui peuvent aggraver ce virus, conduire au développement de certains processus néoplasiques.

Autrement dit, la première chose que nous faisons quand nous voyons une fille a un test positif pour le papillomavirus humain, nous regardons dans quelle clinique ce virus se manifeste..

Dans quelle clinique le papillomavirus humain peut-il se manifester??

Cela peut être un changement du col de l'utérus sous forme d'ectopie, sous forme de papillomes sur le col de l'utérus et dans le vagin, il peut y avoir des papillomes sur d'autres organes génitaux, partout. Autour de l'anus, autour de l'urètre, autour du clitoris, autour des grandes lèvres et des petites lèvres, des papillomes génitaux vénériens (candillomes) peuvent apparaître. Si nous les voyons, nous disons que le virus du papillome humain se manifeste cliniquement, puis notre traitement vise à traiter ce tableau clinique. Nous éliminons les papillomes, éliminons l'ectopie, ce que nous voyons avec nos yeux, nous le traitons.

Si nous voyons que la fille a un papillomavirus humain positif, c'est-à-dire que l'analyse a montré qu'il y a un papillomavirus humain, le rouge est DÉTECTÉ, mais il n'y a pas de tableau clinique, le col de l'utérus est propre, pas de papillomes (candillomes), rien, tout va bien il n'y a rien, alors on dit que dans ce cas il y a un portage du papillomavirus humain, qui ne se manifeste pas cliniquement comme.

Qu'est-ce que ça veut dire? Pourquoi avons-nous besoin de cette gradation?

Le fait est que détruire le virus, s'assurer que le virus du papillome humain est écrit - négativement, n'est pas le but de la thérapie. Nous ne savons pas comment guérir le virus, nous ne pouvons pas le guérir. Nous ne pouvons pas faire apparaître un virus positif comme négatif. Au contraire, dans certains cas, nous y parvenons, nous nous efforçons pour cela, cela peut être réalisé et j'ai vu de tels patients, je l'ai fait de mes propres mains et c'est une fin souhaitée et souhaitable de la thérapie du papillomavirus humain, mais ce n'est pas le but de la thérapie..

Le but de la thérapie est d'éliminer ces manifestations cliniques, sous la forme de modifications du col de l'utérus et sous la forme de modifications de la muqueuse vaginale, de la membrane muqueuse des organes génitaux externes et de la peau des organes génitaux externes sous la forme d'un candillome. C'est ce qu'est le papillomavirus humain et c'est ce qu'est le traitement du papillomavirus humain.

Qu'en est-il du reste? Que devrions-nous faire ensuite? Voici le papillomavirus humain POSITIF, il n'y a rien autour, maintenant que faire pour vous?

Réponse: Contrôle et dynamique. Dynamique en contrôle, contrôle en dynamique. De plus en plus, vous n'avez besoin de rien. Six mois se sont écoulés, sont apparus chez le médecin, y a-t-il de nouveaux changements sur le col de l'utérus? Y a-t-il de nouveaux changements dans la muqueuse? Non, il n'y a pas de candillom, comment va mon virus là-bas? Pas comment ne fait pas, tout de même? Vous pouvez dire au revoir en toute sécurité et continuer. Qui est le porteur du papillomavirus humain? 90% de la planète sont porteurs!

Typage du papillomavirus humain

Les papillomavirus humains les plus nocifs sont 16, 18 souches. Ce sont eux qui sont associés à la carcinogenèse cervicale. Ce sont eux qui causent le carcinome in situ du col de l'utérus, c'est-à-dire le cancer lui-même. Les souches 6 et 11 provoquent plus de changements papillomateux sur la peau des organes génitaux. Tous les virus du groupe 52, 54e, ont également une certaine relation dans le 16e et le 18e et peuvent également provoquer une carcinogenèse. Mais dans l'ensemble, tout ce grand groupe de virus que vous regardez, à partir du 6 et se terminant par une sorte de 50, 56 ou 59. Ce sont toutes des "branches d'un arbre" avec une racine, une source, un tronc. Ce papillomavirus humain, toute la famille, c'est tout, c'est-à-dire que n'importe lequel de ces virus peut provoquer une carcinogenèse plus ou moins probable, et toutes ces "brindilles" sont apparentées les unes aux autres et disent que 16, 18 nous allons traiter, mais 6 et 11 ou 34, nous ne guérirons pas, ce n'est pas correct. On va traiter, ou plutôt, il faut tout traiter, si un tableau clinique apparaît.

Maintenant, concernant votre partenaire sexuel.

Revenons au début de notre article..

Donc, si tout autour de vous a été examiné, réexaminé et que seul le papillomavirus humain est détecté, il doit également être examiné, et pour tout. Pourquoi? Parce que j'ai déjà écrit plusieurs fois, et je le répète encore une fois, nous ne pouvons pas tirer de conclusion sur la conclusion sexuelle d'un couple, uniquement sur la base des analyses de l'un des partenaires. Si rien n'a été trouvé chez le partenaire de l'un et que les tests n'ont pas été effectués sur le deuxième partenaire, nous ne pouvons pas conclure que le couple est en bonne santé..

Du coup, rien n'a été trouvé chez celui qui a été examiné, juste une faible immunité et le virus ne s'est pas encore manifesté, est-ce possible? Oui, facilement. Et le second n'est tout simplement pas examiné et il a une infection latente. nous devons examiner les deux partenaires pour conclure que tout le monde est en bonne santé!

On a des analyses négatives, la seconde a des négatifs, puis on dit que le couple est en bonne santé. Si tel est votre cas, alors votre jeune homme devrait être examiné, pas spécifiquement, pour une infection que vous avez positive, mais pour l'ensemble du groupe. Voici ce qu'un partenaire doit faire.

Ensuite, que doit-il faire?

Et puis, le même que le vôtre. Si le médecin, après examen avec ses yeux, a découvert qu'il avait une candidose pointue sur la tête du pénis, le long de la rainure coronale, le long du frein, dans la région des lèvres de l'urètre, à l'intérieur de l'urètre, alors cela est sujet à une illumination, c'est-à-dire une destruction, une destruction physique. Nous supprimons ces choses sans faute, sans demander si le patient le veut ou non..

Nous ne voulons pas que vous ayez un cancer!

Si votre partenaire a tout propre, il n'y a aucun signe clinique externe du virus du papillome humain, en passant, nous regardons également l'anus, il peut aussi être là, s'il n'y a rien là où il y a, alors la personne est en bonne santé. Si, en même temps, dans ses analyses, le papillomavirus humain est DÉTECTÉ, alors nous l'observons, contrôle en dynamique, dynamique en contrôle, rien d'autre, c'est-à-dire, comme vous, un semestre s'est écoulé, il semblait au médecin, il n'y a rien, au revoir, quelque chose ont supprimé. Quant à la thérapie, ils l'ont enlevée, et ils ont prescrit des pilules, ainsi que des suppositoires, et ont également prescrit une thérapie immunomodulatrice, personnellement, en tant que clinicien, je suis POUR!

Je prescrit tout cela à mes patients, je mène mes patients à l'intérieur et à l'extérieur. Du moment de l'ablation physique des papillomes, au moment où les patients subissent tous les tests NÉGATIF.

Papillomavirus humain: symptômes, signes et conséquences dangereuses de la maladie

Le papillomavirus humain est l'une des maladies sexuellement transmissibles les plus courantes. Il n'y a guère de personne qui n'ait jamais entendu parler de lui, car aujourd'hui, selon les dernières données, 12% de la population mondiale (soit environ 660 millions de personnes) sont infectées par le VPH. La situation relève de la définition d'une épidémie. C'est pour cette raison que la rédaction de Passion.ru a décidé de comprendre ce qu'est le VPH, comment il se manifeste et comment il peut être dangereux..

Svetlana Mashak D.M., Professeur au Département d'histologie, d'embryologie et de cytologie, Faculté de pédiatrie, experte du Coral Club

Qu'est-ce que le VPH?

Il faut noter que les virus sont des gènes errants, ils ont une sorte d'intelligence. L'académicien Kaznacheev a dit un jour qu'environ deux tonnes de "poids vif" viral-bactérien-grippal traversent le corps humain au cours de sa vie. Tous ces processus affectent bien sûr le travail des gènes..

L'infection par le virus du papillome humain (VPH) survient au moins une fois dans la vie chez la plupart des personnes sexuellement actives. La prévalence la plus élevée est observée chez les femmes âgées de 20 à 24 ans et les hommes de 25 à 29 ans. Les facteurs socio-économiques, comportementaux et médico-hygiéniques sont parmi les raisons qui influent sur la propagation du VPH..

Comment le VPH se manifeste-t-il?

Le VPH (famille des Papillomaviridae) cause des lésions cutanées et muqueuses chez l'homme. De plus, leur barrière immunitaire est défectueuse, ce qui conduit finalement à une augmentation du processus inflammatoire. En d'autres termes, pénétrant dans le corps, le virus provoque la croissance de cellules défectueuses non contrôlées par le système immunitaire, ce qui se manifeste clairement sous la forme de papillomes, de verrues et de candil sur la peau. Un autre "foyer" de la manifestation de ce virus est l'utérus. Cet organe est une sorte de "tuyau d'échappement" dans le corps, car il sert d'indicateur direct des problèmes existant dans le corps (s'il y en a, le processus de conception est impossible ou difficile). Le papillomavirus humain affecte la muqueuse de l'utérus et peut provoquer le cancer.

Types de VPH

Le papillomavirus humain peut être divisé en deux catégories: un faible risque oncogène et un risque oncogène élevé. Dans la plupart des cas, avec une infection causée par un VPH à faible risque (types 1, 2, 3 et 4), le corps se débrouille seul grâce à une forte immunité. Dans de rares cas, ce type d'infection provoque des verrues, des papillomes bénins, des lésions précancéreuses et même des cancers. À leur tour, les types 16 et 18 du VPH sont considérés comme des cancérogènes biologiques pour les cancers du col de l'utérus, de la vulve, du vagin, du pénis, de l'anus et de l'oropharynx. En fonction des manifestations de l'infection au VPH sur les organes génitaux, on distingue les formes latentes, infracliniques et cliniques.

La forme latente d'infection par le VPH, malgré la présence d'ADN viral, ne s'accompagne pas de changements morphologiques dans le tissu affecté. Il est possible de déterminer la présence asymptomatique de ce type d'infection à l'aide de méthodes de biologie moléculaire, ce qui nécessite une surveillance constante de l'état de l'épithélium du col de l'utérus, du vagin et de la vulve. Avec ce formulaire, aucun traitement spécifique n'est requis.

Les formes infracliniques d'infection par le VPH (qui sont généralement asymptomatiques) peuvent être déterminées par colposcopie et examen cytologique ou histologique. La plupart des verrues vaginales plates restent asymptomatiques, mais elles peuvent souvent provoquer des démangeaisons, des pertes vaginales ou des taches après les rapports sexuels..

La forme clinique d'infection, à laquelle les médecins doivent le plus souvent faire face, se manifeste principalement sous la forme de verrues et de formations papillaires, qui se produisent généralement dans des endroits blessés lors des rapports sexuels. Leur apparition et d'autres rechutes sont associées à un affaiblissement de l'immunité générale et locale. Une nuance importante est que du moment de l'infection à l'apparition des verrues, cela peut prendre de plusieurs semaines à plusieurs années. Le délai moyen entre l'infection et leur apparition est de 11 à 12 mois chez l'homme et jusqu'à 6 mois chez la jeune femme..

Ilona Agrba K. m. N., obstétricienne-gynécologue du réseau de cliniques "Semeynaya"

Cancer du col utérin - à quel point il est dangereux?

Pour comprendre à quel point cette maladie est courante et dangereuse, il suffit d'étudier les chiffres. Environ 530 000 cas de cancer du col de l'utérus (CC) sont enregistrés dans le monde chaque année - il occupe la quatrième place dans le monde pour la prévalence du cancer chez la femme. En Russie, l'incidence est encore plus élevée - le cancer du col de l'utérus occupe la deuxième place en termes d'incidence chez les femmes de moins de 45 ans. Si l'on considère la structure de la mortalité chez les femmes de moins de 45 ans, la mort par cancer du col de l'utérus est en premier lieu.

Comment pouvez-vous attraper le VPH??

La voie d'infection la plus courante est le sexe vaginal et oral, y compris la non-pénétration. Même un seul contact avec une probabilité de 80% entraîne une infection. Il est également possible d'être infecté par des relations sexuelles orales. Le bébé peut attraper le virus de la mère pendant l'accouchement.

Les filles qui n'ont pas atteint la puberté sont les plus à risque d'être infectées. La spécificité du virus est telle que la plupart des hommes et des femmes sont infectés au début de l'activité sexuelle, et certains sont infectés à plusieurs reprises.

L'infection est-elle toujours égale à la maladie?

Dans un groupe de personnes de moins de 30 ans, 90% des cas d'infection se terminent par une cure indépendante. Les 10% restants entrent dans la phase chronique, qui peut encore progresser vers le cancer du col de l'utérus. Ce processus est très prolongé dans le temps: du moment de l'infection au développement de l'oncologie, il prend 5 à 20 ans. Et le cancer n'apparaît pas "soudainement", il est précédé de maladies précancéreuses. Ainsi, avec une attitude attentive à votre santé, la maladie peut être prévenue ou détectée à un stade précoce..

Le cancer du col de l'utérus à un stade précoce peut ne pas se manifester de manière symptomatique. Par conséquent, il est très important de consulter régulièrement un gynécologue et d'effectuer tous les examens recommandés. Chaque femme doit faire extrêmement attention aux écoulements sanglants, aux écoulements avec une odeur désagréable, aux douleurs dans le bas de l'abdomen.

Comment le VPH et le cancer du col de l'utérus sont diagnostiqués?

Le système de diagnostic est aujourd'hui très avancé et vous permet d'obtenir une grande précision dès les premiers stades. Tout d'abord, des tests de dépistage sont utilisés, y compris un examen cytologique du col de l'utérus, des tests HPV à haut risque, une colposcopie prolongée.

Le Ministère de la santé de la Fédération de Russie recommande un dépistage cervical annuel pour toutes les femmes de 21 à 69 ans. L'examen cytologique pour les femmes de 21 à 29 ans est effectué tous les 3 ans et de 30 à 69 ans - tous les 5 ans. Le test HPV est effectué selon les directives d'un médecin en fonction des résultats des frottis.

Prévention et traitement du VPH

Toute maladie est mieux prévenue que guérie - et dans le cas du VPH, les médecins et les patients ont toutes les chances de le faire. La vaccination peut être recommandée aujourd'hui comme prévention primaire. L'importance de cette vaccination est attestée au moins par le fait que dans de nombreux pays, elle est incluse dans le calendrier national de vaccination. Et ils le font pour tous les enfants - filles et garçons. Et l'expérience d'une telle vaccination a déjà été accumulée, il existe des données sur l'efficacité. En particulier, le ministre australien de la Santé a déclaré que d'ici 2020, l'Australie deviendrait le premier pays au monde à avoir un taux nul de cancer du col de l'utérus, grâce aux vaccinations de masse depuis 2007..

Comme d'autres virus, le VPH peut être éliminé à l'aide de divers produits immunostimulants, tels que le colostrum, la griffe de chat, l'huile de foie de requin, ainsi que stimuler le corps avec divers oligo-éléments - calcium, magnésium, iode, zinc, sélénium, fer. Ces oligo-éléments renforcent l'immunité et ont un effet bénéfique sur la défense de l'organisme contre le VPH. Il y a une déclaration selon laquelle lorsque le VPH se produit dans le corps, une zone de matrice est formée (le premier papillome qui est apparu sous l'influence d'un virus), et s'il est cautérisé et éliminé, la probabilité d'apparition de nouveaux est sensiblement réduite. En cas d'évolution récurrente de la maladie, il est recommandé d'utiliser des agents immunomodulateurs systémiques, en particulier des interférons.